Aller au contenu


- - - - -

Role D'Un Animateur Ou D'Une Animatrice


22 réponses à ce sujet

#1 Goldorak2 (Invité)

Goldorak2 (Invité)
  • Invités

Posté 01 mai 2010 - 14:36

Bonjour,
Je travaille en animation depuis de nombreuses années. Notre situation devient de plus en plus difficile et nous nous posons des questions sur notre rôle et notre attitude dans notre travail :
Devons nous jouer avec les enfants ?
Quelle est la distance entre un adulte et un enfant ?
Un adulte a t-il le droit de faire un bisou à un enfant ?
Que faire lorsqu'un enfant s'est fait dessus (caca) ? Doit-on l'accompagner au toilette ? Si oui, jusqu'à quel âge ?
Toutes ces questions et bien d'autres se posent suite à des accusations à tort d'un salarié. Il va de soi que cette personne n'a pas été épargné (pas de soutien de la direction, attaque des parents sur croyance des dire des enfants).
Quelle est donc notre place dans l'animation si elle existe encore ?

#2 BigGamer95

BigGamer95

    Confirmé

  • AnimNautes
  • PipPipPip
  • 55 messages
  • Sexe:Masculin
  • Fonction :Animateur(-trice)

Posté 02 mai 2010 - 21:43

Salut,

si on écoute certains directeur/directrice, le role est ... d'animer, bref distraire tout en apprenant des choses à l'enfants
Super... mais largement insuffisant !

Déjà on nous confie les enfants, donc logiquement c'est que l'on nous fait confiance, donc du point de vue des parents, on est responsable de leur enfant. Responsabilité très lourde et parfois risqués (risque d'accident, d'accusations, etc.) mais qui dit responsabilité dit donc devoir, le devoir de faire en sorte que l'enfant soient dans un cadre sécurisé, aussi bien sécurité physique, que psychologique, que mental, etc. ! l'enfant doit se sentir bien
Par conséquent, un enfant se fait caca dessus (pour reprendre ton exemple), et n'est pas autonome, on lui dit "ah désolé tu te débrouilles, j'ai pas le droit de t'aider, trop risqué"... l'enfant va drolement se sentir encadré... livré à lui seul face a son problème c'est sur que ca va faire plaisir aux parents (en gros, tu n'aides pas leur enfant, ils vont forcement raler, et si tu l'aides, ba ils risquent de d'accuser de tout plein de chose) ==> à toi de voir si tu préféres le bien-être de l'enfant à ta propre sécurité, perso moi je n'hésite pas, l'enfant pas avant tout

Autre exemple, un enfant à un problème et pleure ==> j'essaye de comprendre son problème et de l'aider... certains me diront "laisse tomber t'es pas psy ou educ spé", donc d'après eux, je laisse l'enfant pleurer dans son coin ? la encore, l'enfant va se sentir drolement encadrer -_- bref la encore j'interviendrai.

La distance par rapport à l'enfant, je dirais qu'elle doit être proportionnel à la confiance que les parents nous accordent et à la distance nécessaire à enfant. Des parents paranos, mais un enfants ayant besoin d'être proche de l'anim pour être rassuré, ba je préfére rassuré l'enfant par exemple, alors que dans d'autre cas, il faudra mieux garder une distance avec l'enfant (par exemple choix de l'enfant), ca dépend des cas, chaque cas sera très différent :s

"Un adulte a t-il le droit de faire un bisou à un enfant ?" ==> la y'aura toujours les éternels débats sur la pédophilie (bientôt porter un gamin qui vient de se faire mal au pied sera considéré comme un acte dangereux)
je vais ressortir (a peu près), ce que l'on nous avait dit au BAFA (et avec quoi je suis entièrement d'accord) : les enfants ont aussi besoin de sécurité affectif, et l'animateur peut y répondre.
En gros, t'es pas obligé, et de mon point de vue, si la demande de bisou/calin vient de l'enfant, ou que l'enfant en a besoin (pour s'endormir en colo par exemple), je n'y vois pas de problème.
(autre exemple plus banal : beaucoup d'enfant disent bonjour en faisant la bise (même garçon), je vois mal quelqu'un leur répondre "ah non j'ai pas le droit de te dire bonjour comme ça !" -_-)


bref pour moi, l'animateur DOIT avoir comme rôle (et beaucoup d'animateur se limitent à ça) :
* Animer
* Eduquer (en animant)
* Sécurisé l'enfant (physiquement, moralement et psychologiquement)

et l'animateur PEUT avoir comme rôle s'il s'en sent capable et accepte de prendre le risque :
* Aider un enfant psychologiquement
* Rassurer l'enfant (ce qui inclus par exemple un bisou au coucher pour les plus petits (voir même moyen)
* Répondre au besoin affectif de l'enfant
* Accompagner l'enfant sur des aspects de la vie quotidiennes se passant sur le centre (par exemple l'aider à couper sa viande, voir mieux lui apprendre à couper sa viande)

Et évidement, pour les animateurs qui prennent le "risque" de ne pas céder à la paranoïa générale, il va de soi qu'ils ne doivent pas :
* Être seul avec un enfant (si l'enfant racontent des choses fausses, ou qu'ils se passent un truc, aucun témoin donc parole de l'enfant prend le dessus)
* Dépasser certaines limites dans son implication (genre s'impliquer entre l'enfant et ses parents (sauf cas de maltraitance, et même la il vaut mieux avoir recours à des personnes ayant le droit de réellement intervenir comme les assistances sociales)
* Dépasser certaines limites sur le plan affectif (l'animateur doit répondre au besoin affectif de l'enfant dans une certaines limites, il doit pas non plus créer le besoin affectif...)

j'espère que mon avis t'aidera, et si des personnes pensent totalement différemment, je suis pas non plus contre leur avis, et prêt à en débattre s'ils le veulent ^^

Modifié par BigGamer95, 02 mai 2010 - 21:45.


#3 CLOCHETTE (Invité)

CLOCHETTE (Invité)
  • Invités

Posté 18 mai 2010 - 09:26

Bon sinon, je suis absolument d'accord avec biggamer!!!!
Le problème dans ce genre de cas c que les personnes accusées sont rarement soutenues puisque le sujet fait affreusement peur à tout le monde

Mais tout cela doit se baser sur des faits précis! y a t il eu un rapport? ou confrontation?

les rumeurs se forment tellement vite et tant de gens sont prêts à y croire que souvent une petite chose prend des tournures énormes.

Mais malgré tout, oui il faut jouer avec les enfants, non on ne refuse pas un bisou d'un enfant, c'est une question de bon sens! Je comprend que ça fasse peur aux animateurs, mais c'est notre métier, et si des gens voient le mal partout, ce n'est pas aux enfants que nous accueillons d'en pâtir.

Voilà mon humble avis, et surtout il ne faut pas douter de l'importance de faire notre métier le mieux possible!

#4 farwest (Invité)

farwest (Invité)
  • Invités

Posté 19 mai 2010 - 14:46

bonjour..
le dileme ne vient du fait des "impératifs" des organisateurs ou des directeurs ....
le dileme ne vient pas non plus des animateurs
le dileme provient du fait de notre société actuelle ( hyper consommatrice et assistée )
les parents sont de plus en plus demandeurs et de moins en moins conciliants
ainsi, depuis pas mal d'années, des plaintes sont déposées ici et la ..
( plainte parce que le tobogan est peint en rouge, plainte parceque MON enfant à eu un bisou par son animateur
, plainte parce que MON enfant à été puni , alors qu'il est sage comme une image (..mais oui .. c'est ça .. et la marmotte elle met le chocolat dans le paier alu.. mais c'est bien sur .. ) bref une multitude de plaintes ....

Ce qui est important de savoir , quand on est anim et que l'on se retrouve face à une situation ambigüe
"... comment vont etre jugés par autruit , les pédagogies que je met en place.."
et surtout ( si potentiel danger, il y a " ... comment je m'assure d'un maximum de precaution pour sauvegarder la sécurité affective et coorporelle de l'enfant...")

certes, cela ne soustrait en rien les jugements négatifs argumentés par les parents, mais en cas de problematique, les seules institutions qui porteront les jugements, enqueteront dans l'historique, à savoir : commentl'animateur a anticipé son activité, les précautions qu'il a mis en place, s'est il assuré correctement d'appui "compétent" ( ex: lors d'une activité spécifique, l'animateur travaille avec un diplomé qualifié dans cette activité spécifique )

Le role d'un animateur n'est plus ce qu'il était.. ( ma première colo en tant qu'anim date de 1979 )
désormais le role de l'animateur n'est plus d'accompagner l'enfant dans le jeux mais d'accompagner l'enfant dans son éducation et l'éducation de l'enfant n'est pas le role d'un animateur, mais celui des Parents

#5 animarom

animarom

    Confirmé

  • AnimNautes
  • PipPipPip
  • 53 messages
  • Sexe:Masculin
  • Lieu:77
  • Fonction :Adjoint(-e) d'animation

Posté 20 mai 2010 - 18:55

Salut, perso, je pense que c'est une histoire de risque et surtout même d'évaluation des risques.
Évidemment, on le sais bien, qu'un anim' se doit d'éviter (quand c'est possible !!) d'être seul avec un enfant.

Mais évidemment qu'un anim' se doit de jouer avec les enfants !!!!

Il faut savoir mesurer les risques ! Quand une balle aux prisonnier est proposée, on sait qu'il peut y avoir un accident, un blessé. Mais on réduit alors les risques en préparant un terrain, un matériel et des règles adéquates !
C'est selon moi la même chose pour un bisou. On sait qu'il peut y avoir des confusions, des interprétations... Mais on réduit les risques en restant ANIMATEUR (ni copain, ni parent, ni instit'). On dit bonjour avec une bise si l'enfant le sent, on rassure un petit par un câlin mais on ne passe pas notre journée à ça !

Selon moi, ce problème d'ambiguïté fait parti de l'animation, on ne pourra jamais y échapper, comme tous les co-éducateurs (parents, instits, anims, prof, etc.) de nos enfants... L'animateur n'aime pas les enfants, il aime les animer.

A plus
Anima'Forum, forum d'animateur pour animateur.

#6 Quentin

Quentin

    Accroc

  • Modérateurs
  • PipPipPipPipPip
  • 1 773 messages
  • Sexe:Masculin
  • Lieu:Ille-et-Vilaine (35)
  • Fonction :Organisateur(-trice)

Posté 20 mai 2010 - 23:18

et l'animateur PEUT avoir comme rôle s'il s'en sent capable et accepte de prendre le risque :
* Aider un enfant psychologiquement
* Rassurer l'enfant (ce qui inclus par exemple un bisou au coucher pour les plus petits (voir même moyen)
* Répondre au besoin affectif de l'enfant
* Accompagner l'enfant sur des aspects de la vie quotidiennes se passant sur le centre (par exemple l'aider à couper sa viande, voir mieux lui apprendre à couper sa viande)

C'est édifiant ! Et révélateur du désinvestissement progressif des animateurs de certaines de leurs missions.

BigGamer, ce que tu cites n'est pas une partie secondaire du travail d'un animateur : c'est au contraire l'essentiel. Un animateur qui ne rassurerait pas un enfant qui pleure, qui ne l'accompagnerait pas dans ses apprentissages de la vie quot, qui n'aurait pas une écoute attentive des enfants manquerait à la majorité de ses obligations.

Je vois s'ouvrir une brèche plutôt inquiétante : celle des animateurs qui vont se limiter aux tâches dans lesquelles leur responsabilité ne risque pas d'être engagée. Et qui, pour cela, vont fuir toute relation, tout contact avec les enfants, sous prétexte qu'ils pourraient être accusés à tort d'attouchements. A lire les points que tu cites, on voit clairement que tout ce qui relève d'un rapport individuel à l'enfant et non plus d'un rapport au groupe est réservé à ceux "qui acceptent de prendre le risque". Autrement dit, l'animateur joue avec son groupe, anime son groupe, est attentif à la sécurité de son groupe. Mais dès lors qu'il faut tisser des relations plus complices, halte là !

Et évidement, pour les animateurs qui prennent le "risque" de ne pas céder à la paranoïa générale, il va de soi qu'ils ne doivent pas :
* Être seul avec un enfant (si l'enfant racontent des choses fausses, ou qu'ils se passent un truc, aucun témoin donc parole de l'enfant prend le dessus)

Je reprends mon bâton de pèlerin...

Je fais partie de ceux qui "prennent le risque" mais qui pour autant ne s'interdisent pas d'être seul à seul avec un enfant. J'encourage, en tant que directeur, mes animateurs à en faire de même. Même chose, en tant qu'organisateur, avec les directeurs de nos séjours. Quitte à passer pour un inconscient notoire à deux doigts de se faire coffrer à chaque colo, j'assume d'autant plus que je n'ai pas le sentiment de prendre un risque. M'isoler avec Julie qui demande à être écoutée, soigner la blessure de Bruno à l'abri des regards indiscrets ou encore aider le p'tit Marcel qui vient de pisser au lit ne sont pas des prises de risques. Ce sont les missions de chaque animateur.

Ca ne me viendrait pas à l'idée d'appeler un anim à la rescousse comme "témoin" pour qu'on soit deux à écouter Julie : si elle a voulu me parler, c'est qu'elle a confiance en moi. Je ne briserai pas cette confiance en lui imposant la présence d'un adulte qu'elle n'a pas souhaité. Et je prends ce fameux risque.

Ca ne me viendrait pas à l'idée d'appeler un anim à la rescousse comme "témoin" pour qu'on soit deux à soigner Bruno : pour peu qu'il soit déjà angoissé, la présence de deux adultes qui s'affairent autour de lui ne peut qu'augmenter son inquiétude. Et je prends ce fameux risque.

Ca ne me viendrait pas à l'idée d'appeler un anim à la rescousse comme "témoin" pour qu'on soit deux à aider le p'tit Marcel qui vient de pisser au lit. Il n'est déjà pas très fier, pourquoi être deux à s'occuper de lui ? Il a eu le courage de venir m'en parler dans le creux de l'oreille, je comprends bien qu'il ne faut pas que j'ameute la galerie en mettant les autres au courant. Et je prends ce fameux risque.

Mais je le répète, ce ne sont pas des risques. Parce que je ne materne pas non plus les enfants : le p'tit Marcel ira se dépatouiller comme un grand dans la douche, Bruno enfilera les gants de la trousse de secours et se soignera lui-même, etc. C'est beaucoup plus riche pour l'enfant et beaucoup moins sujet à toutes les interprétations erronées. Pour reprendre l'exemple des soins : ce qui peut être mal vécu par un enfant, c'est un soin intrusif, un geste brutal commis par un adulte qui n'a pas pris le temps d'expliquer à l'enfant ce qui allait se passer. Au printemps dernier, Thomas est venu me trouver en disant "Tu dois me mettre de la crème pour mon eczéma". Je lui ai répondu : "Non, c'est toi qui doit le faire". Ca l'a surpris au début, il n'a pas su s'y prendre, je l'ai conseillé et au final, il a fait seul. Pendant qu'il se tartinait de crème, on se racontait nos journées respectives dans l'infirmerie, seul à seul. Je ne pense pas qu'il ira de sitôt me balancer pour des faits imaginaires...
Découvrez un siècle de colonies de vacances
Visitez retro-colo.fr

#7 BigGamer95

BigGamer95

    Confirmé

  • AnimNautes
  • PipPipPip
  • 55 messages
  • Sexe:Masculin
  • Fonction :Animateur(-trice)

Posté 22 mai 2010 - 10:37

C'est édifiant ! Et révélateur du désinvestissement progressif des animateurs de certaines de leurs missions.

BigGamer, ce que tu cites n'est pas une partie secondaire du travail d'un animateur : c'est au contraire l'essentiel. Un animateur qui ne rassurerait pas un enfant qui pleure, qui ne l'accompagnerait pas dans ses apprentissages de la vie quot, qui n'aurait pas une écoute attentive des enfants manquerait à la majorité de ses obligations.


Je suis entièrement d'accord que cela DEVRAIT être l'essentiel, et pour moi ca l'est, mais pour beaucoup d'animateurs (et de directeur) cela ne l'est pas, voir pas du tout.
Nottament sur le point "aider les enfants psychologiquement", lorsque j'aide des enfants de foyers face à leur problème, on m'a déjà dit "laisse tomber... t'es pas psy", ou "c'est pas ton travail, il va bien tenir jusqu'à son retour dans son foyer..."
Bref, quand je dis "PEUT", c'est pas par rapport au choix de l'animateur, j'aurais plutot du mettre "DEVRAIT", mais hélas, certains ne le font pas (et devrait changer de métier -_-), c'est "PEUT" dans le sens "il à le droit de le faire" contrairement à l'avis de certains directeurs, et aussi devrait le faire

Quand au fait d'être seul avec les enfants, ouai je me suis mal exprimer, en fait je le conseil à ceux qui ont peur d'être accusé de tout et n'importe quoi et qui préfère ne pas prendre de risque
Mais personnellement, je suis comme toi, il y à des cas où l'enfant à besoin d'être seul pour parler avec un animateur, les soins, etc.. Bref moi-même, je ne suis pas ce "conseil", et on me l'a déjà reproché une fois (tout comme on m'a reproché d'aider les enfants de foyer face à leurs problèmes...)


Le pire, c'est qu'en dehors des colos, dans ma ville, 80% des animateurs que je connais sont du genre a ne s'occupé que d'un truc : faire une activité pour occuper les enfants, et attendre tranquillement la paie, fumer devant les enfants en sorties, etc.... bref vive le bafa donné à n'importe qui :s

Modifié par BigGamer95, 22 mai 2010 - 10:39.


#8 Rype (Invité)

Rype (Invité)
  • Invités

Posté 21 juin 2010 - 13:04

Et oui, l'animation ce n'est plus ce que c'était... merci la professionnalisation ! Et surtout, merci aux directrices et directeurs qui ne mettent en avant qu'une seule chose: l'activité et le planning !
Comment en vouloir à des animateurs de ne faire que de la "production" que c'est tout simplement cela qu'exige leur direction: "préparer un planning avec toutes les activités pour le Centre de Juillet... qui a lieu dans 6 mois !!!".
Pour ma part, étant moi-même professionnel de l'animation et directeur à l'année de ma structure, je privilégie le dialogue avec les enfants. Les actiivtés ne viennent qu'au second plan, suivant les idées et envies des enfants. Du coup, on a nettement plus de temps pour discuter, voir les aider (ou aider leurs parents quand c'est nécessaire). Le métier d'animation est avant tout autre chose un travail éducatif et un travail social. Le Centre de loisirs n'est pas une usine de production de cendriers en terre...

Et pour ce qui est de rester seul avec un enfant. Ma foi, si c'est nécessaire, où est le mal ? A force de tout interdire et de "se protéger" contre on ne sait quelle menace, on fini par s'auto-prisonnier.

#9 BigGamer95

BigGamer95

    Confirmé

  • AnimNautes
  • PipPipPip
  • 55 messages
  • Sexe:Masculin
  • Fonction :Animateur(-trice)

Posté 24 juin 2010 - 13:35

c'est vrai que coté planning, j'y vois rarement la place pour les envies des enfants dans certaines colos ou centre de loisir
Tout est pré-planifié, l'enfant n'est plus acteur mais simplement consommateur -_-

#10 Guill (Invité)

Guill (Invité)
  • Invités

Posté 28 juin 2010 - 12:03

Pas d'bisous! ça donne des microbes!

#11 Super_flo (Invité)

Super_flo (Invité)
  • Invités

Posté 30 mai 2012 - 12:34

J'ai aussi une question exsitancielle, et dsl par avance si vous y avez répondu précédament, mais je n'est eu le courage de tout lire .. Alors voila, je suis animatrice depuis 2ans mtn, et pour les prochaines vacances nous allons partir en camping avec des 13-15ans, mon directeur m'annonce qu'il n'y aura pas de tente anim', et que nous devrions dormir avec les enfants .. :s probléme, je ne suis pas sûre que cela est autorisé! Dans ce cas, est-il possible que je demande à ramener ma propre tente?! Et ou puis-je trouver un texte qui le stipule, pour avoir un appuis lorsque j'en parlerais a mon directeur?! Merci par avance .. Super_flo

#12 Olivier

Olivier

    Webmaster

  • Webmaster
  • 2 093 messages
  • MSN :Olivier_M78@hotmail.com
  • Sexe:Masculin
  • Lieu:Le Mesnil-le-Roi (78)
  • Fonction :Formateur(-trice)

Posté 30 mai 2012 - 13:02

Bonjour Super_flo,

Ce n'est pas interdit donc tu ne trouveras pas de texte.
Par contre, et je dirai en encore plus pour cette tranche d'âge, cela ne se justifie pas et c'est quand même très déconseillé.

Olivier.
Image IPB

#13 Filleanormale

Filleanormale

    Accroc

  • AnimNautes
  • PipPipPipPipPip
  • 201 messages
  • Sexe:Féminin
  • Lieu:Lorraine
  • Fonction :Animateur(-trice)

Posté 30 mai 2012 - 13:12

Voici ce que l'on trouve dans le code de l'action sociale et des familles:
Article R. 227-6

Les accueils avec hébergement doivent être organisés de façon à permettre aux filles et aux garçons âgés de plus de six ans de dormir dans des lieux séparés.
Chaque mineur hébergé doit disposer d'un moyen de couchage individuel.
L'hébergement des personnes qui assurent la direction ou l'animation de ces accueils doit permettre les meilleures conditions de sécurité des mineurs.
Ces accueils doivent disposer d'un lieu permettant d'isoler les malades.


Mais rien n'est dit sur le fait de laisser des personnes majeures -animateurs ou non- dormir avec les enfants.
Jeunesse et sports autorise même de faire dormir les enfants avec des personnes majeures extérieures à l'équipe d'animation (en refuge ou auberge de jeunesse par exemple) toujours dans le respect de la mixité.
Bien sûr, il vaut mieux éviter ces situations qui demandent une extrême vigilance...

Si tu n'es pas à l'aide à l'idée de dormir avec les jeunes (13-15 ans tout de même !), parle-en sans plus tarder avec ton directeur.

#14 Cesco

Cesco

    Accroc

  • AnimNautes
  • PipPipPipPipPip
  • 731 messages
  • Sexe:Masculin
  • Lieu:Bretagne
  • Fonction :Animateur(-trice)

Posté 30 mai 2012 - 17:30

Bonjour,
comme l'a dit Olivier, ce n'est quand même pas très conseillé.
Amener ta tente perso, pourquoi pas, même si dans l'idéal... Parles-en avec ton directeur. A moins qu'il ne soit vraiment borné, si tu lui expliques pour quelles raisons (légitimes) tu y vois un inconvénient, un compromis devrait être possible.
Tiens nous au courant de la suite des événements.

#15 sam59

sam59

    Confirmé

  • AnimNautes
  • PipPipPip
  • 68 messages
  • Sexe:Masculin
  • Lieu:La nature
  • Fonction :Directeur(-trice) adjoint

Posté 28 juin 2012 - 21:46

Bonsoir,

Sujet très constructif, vous êtes tous passionné et je trouve ça génial.

Pour moi c'est simple, les exemples peuvent être très très très nombreux donc je vais essayer d'aller à l'essentiel.

- La place de l'animateur n'a jamais été plus importante face au manque d'investissement des parents où qui croient bien faire (mais je m'y verrais).

- Il y a l'éducation parentale dominante, puis l'éducation nationale (scolaire) et nous l'éducation populaire. Nous arrivons actuellement, pour reprendre les termes très justes de certains d'entre vous à une " société consommatrice et assistée". A cause de cela, l'éducation populaire fait le travail des deux autres, ou en ramasse les morceaux.

- Pour moi, les directeurs qui construisent de réelles choses sont ceux qui vont faire en sorte que les enfants vont vivre quelque chose d’inoubliable parce que ses animateurs les aura fait progresser, grandir, s'exprimer etc...

- Pour la place de l'animateur, je prends les risques, je réagis par mon bon sens et le projet pédagogique, mais surtout mon bon sens. Si un gamin est en danger ou un danger pour les autres, seul ou ayant le droit ou pas "j'agis", quelque soit la situation.

- Plus il y a d'expérience, mieux c'est. Cela ne fait qu'aborder le sujet sous de nombreux aspects. Mais ce métier étant humain, je dirais que les procédures aussi basses puissent-elles m'enfoncer, "ma place sera celle qui aura protégé l'enfant psychologiquement et physiquement" et cela passe par l'affection qu'il a besoin, si il a besoin de vous faire un câlin, je ne le repousse pas, si il doit se prendre une réflexion pour avancer et qu'elle est expliquée et justifiée, il se la prend.

Bonne soirée chers passionnés ;)


Haaa Benoit, félicitations, bravo. C'est le premier grand jeu de piste et c'est lui le vainqueur !!!
Découvrez Anim-pro



Répondre à ce sujet



  


0 utilisateur(s) li(sen)t ce sujet

0 invité(s) et 0 AnimNaute(s) anonyme(s)