tonia-tong

Le Cee, Contrat D'engagement Educatif

Recommended Posts

Invité dirlo

:ph34r: bonsoir... :ph34r:

Moi j'ai pas changé, je fais toujours plus de 80 jours.

D'ailleurs le taux de rémuneration n'pas changé non plus, on est toujours aussi sous payés par rapport au nombre d'heures.

Mais bon l'animation ya qu'ça d'bon ! :dance2:

Et un petit message aux éventuels organisateurs :bigemo_harabe_net-07: de manifs "d'anim" qui passeraient par ici, de ne pas faire ça en pleine saison d'hivers........... yen a qui bossent !!!! !!! !! ! !

Tout ça pour dire que l'on fraude :police: pour travailler et faire le taff que l'on aime !!!!

:bigemo_harabe_net-167:

Sinon pour répondre a Déborah,

Pour savoir si tu vas bosser dans l'illégalité suffit de compter tes jours.

Après, avec un CEE tu n'as pas de prime de fin de contrat. Mais tu peux continuer a toucher les assedics en travaillant en tant qu'anim / personnel de service / dirlo / econome / assistante sanitaire. (car c'est aussi tout ce petit monde qui est en contrat CEE, il ne faut pas l'oublier).

Droits assedics acquis en travaillant en CEE, biensur. Parce qu'il ne faut pas se cacher ça leur fait du personnel d'animation qui fait des heures de dingue et qui touche pas un rond, donc on est "rentablant" pas cher

Après pour ce qui est de l'éfficacité de Pole emploi c'est zéro !!! :bigemo_harabe_net-63:

Ils disent qu'ils manquent de personnels alors qu' avec tout les chomeurs qu'ils croisent, ils pourraient en embaucher pas mal

:bigemo_harabe_net-167:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dirla

Sinon pour répondre a Déborah,

Pour savoir si tu vas bosser dans l'illégalité suffit de compter tes jours.

Après, avec un CEE tu n'as pas de prime de fin de contrat. Mais tu peux continuer a toucher les assedics en travaillant en tant qu'anim / personnel de service / dirlo / econome / assistante sanitaire. (car c'est aussi tout ce petit monde qui est en contrat CEE, il ne faut pas l'oublier).

Droits assedics acquis en travaillant en CEE, biensur. Parce qu'il ne faut pas se cacher ça leur fait du personnel d'animation qui fait des heures de dingue et qui touche pas un rond, donc on est "rentablant" pas cher

Après pour ce qui est de l'éfficacité de Pole emploi c'est zéro !!! :bigemo_harabe_net-63:

Ils disent qu'ils manquent de personnels alors qu' avec tout les chomeurs qu'ils croisent, ils pourraient en embaucher pas mal

:bigemo_harabe_net-167:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité level

Je tenais à dire, et ce message est destiné à tous les "bisounours", que ce CEE est une vraie escroquerie. L'argument qu'on entend dans la bouche des larbins qui ne se rendent même pas content qu'ils défendent les intérêts non pas des familles démunies mais bien ceux des assos (car oui les assos peuvent se faire du fric et ne sont pas simplement altruiste) ainsi que des grands groupes comme aventure scientifique( j'ai bossé avec eux), de dire que l'animation est un engagement personnel dont l'intérêt est de permettre à tous de partir en vacance est une ineptie. Je ne discuterai même pas du pour et du contre du CEE car seul, et je l'espère, un manque d'expérience peut nous faire signer un tel contrat. Qui après avoir fait 1,2 voir 3 colos ne s'est pas rendu compte que d'être payer, aller, grand grand max 50 net par jour pour bosser 48/24h, n'étais pas de la carotte. De plus, je dirais au contraire, nous qui faisons de l'animation et donc qui travaillons avec de l'humain, de surcroit avec des enfants (cela signifie d'énormes responsabilités qui peuvent nous conduire en prison en cas de pépin), que d'embaucher pour une misère pareille encoure de nombreux risques et entre autre le manque d'investissement de l'anim (car faut pas rêver, il n'y a pas que des bisounours en France) qui peut rapidement conduire à un danger pour l'enfant.

Encore une fois tous les jeunes qui passent le BAFA, comme moi à l'époque où je l'ai passé, qui croient s'engager dans une action collective et qui se sentent ainsi utile aux moins favorisés, désenchantent rapidement pour plusieurs raisons:

-déjà seul un travail sur le long terme peux aider un enfant en difficulté, donc les mjc te font miroiter des truc totalement faux lorsqu'elles te parle de l'engagement personnel et il n'y a pas que les mjc qui te dise ça.

-Ensuite lorsque tu gagne 400 euros pour 3 semaines et qu'on te rembourse à peine le billet de train il te reste rien à la fin donc même pour un job d'été ce n'est pas rentable.

-Enfin (mais je pourrai encore en énuméré), la fatigue, les maladies qu'on choppent avec les enfants, le relationnel entre anim qui n'est pas toujours top, font de nos rémunérations un enjeux importants, car avec des conditions de travail pareil il faut être soit mazo, soit naïf soit foncièrement hypocrite (cf bisounours).

Je pense ne pas avoir besoin de rentrer dans les détails pour qu'on me comprennes donc je dis halte à l'arnaque, 2 solutions concrètes si vous en voyer d'autres n'hésitez pas:

1. Postuler à ces postes accepter le contrat, sans le signer bien sur, et au dernier moment leur faire faut bon.

2. Envoyer des mails pour tous ces postes du style non au dictat des bas salaires escrocs. Si une centaine d'anim envoie un mail comme çà je peux vous dire que sa va les rendent maboule.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord avec ton constat de base : ce n'est pas parce que l'on est employé dans le social que l'on doit être bénévole (ou quasi bénévole).

Comme tu l'as dit, les responsabilités endossées pour ce type de travail font qu'on puisse prétendre à autre chose qu'à un salaire de misère. Le fait d'être respecté - donc payé convenablement - entre totalement là-dedans.

Cela dit, je ne suis pas d'accord avec les déductions que tu tires de cela.

Pour moi, stigmatiser les employeurs utilisant le CEE, c'est se tromper de cibles. Je me mets à la place d'un employeur. J'ai un budget limité, et j'ai la possibilité de payer un animateur 700€ ou 1.200€. Je ne verrais jamais cet animateur, l'affectif ne rentre même pas en compte. La tentation de rogner un peu sur le budget est grande.

Une centaine de mails reçue par un organisateur et/ou un directeur ne changeront rien à la donne. Si on veut s'attaquer au CEE, cela doit se faire à plus grande échelle... ou ne pas se faire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité level

Bien entendu tout est relatif et je suis d'accord sur le principe logique de payer moins pour rentrer dans le budget. Cependant bien souvent les employeurs ont été anims et une fois devenue employeur se comportent comme on s'est comporté avec eux. De plus, je reconnais que s'attaquer au bas de l'échelle c'est un peu comme taper dans le vent mais le principe est de s'indigner et de le faire savoir. Dernièrement j'ai postuler pour un poste de péri-scolaire, j'ai été convoqué et lors de l'entretien on m'a fait visiter le centre blindé en fournitures (équipement complet d'équitation pour une vingtaine d'enfants, patins à glace, casques pour faire du kart, etc, etc...) et à la fin il ose me proposer un CEE à 20 euros la journée.??? Ou va le monde. Bref cela se retrouve dans toute la France et je dirais en m'avançant un peu (voir système anglais d'animation bien plus avantageux)que se problème est Français. Donc comme le rassemblement et l'unification des anims autour d'un projet pour lutter contre l'exploitation est difficile, ces manœuvres que je propose sont un premier pas et réalisables depuis son bureau. Si t'as d'autres idées n'hésite pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

Bien entendu tout est relatif et je suis d'accord sur le principe logique de payer moins pour rentrer dans le budget. Cependant bien souvent les employeurs ont été anims et une fois devenue employeur se comportent comme on s'est comporté avec eux. De plus, je reconnais que s'attaquer au bas de l'échelle c'est un peu comme taper dans le vent mais le principe est de s'indigner et de le faire savoir. Dernièrement j'ai postuler pour un poste de péri-scolaire, j'ai été convoqué et lors de l'entretien on m'a fait visiter le centre blindé en fournitures (équipement complet d'équitation pour une vingtaine d'enfants, patins à glace, casques pour faire du kart, etc, etc...) et à la fin il ose me proposer un CEE à 20 euros la journée.??? Ou va le monde. Bref cela se retrouve dans toute la France et je dirais en m'avançant un peu (voir système anglais d'animation bien plus avantageux)que se problème est Français. Donc comme le rassemblement et l'unification des anims autour d'un projet pour lutter contre l'exploitation est difficile, ces manœuvres que je propose sont un premier pas et réalisables depuis son bureau. Si t'as d'autres idées n'hésite pas.

Outre le fait que tu te trompes de combat, juste pour ton info, il est illégal de te proposer un CEE sur du périscolaire. Le CEE ne peut etre proposé que par des associations (pas de mairie, d'intercommunalités...) et sur des temps extra scolaires (Mercredi, week end et vacances scolaires)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité level

Tache d'être un peu plus exhaustif quand tu dis que je me trompe de combat car si ce que tu dis est vrai j'ai d'autant plus de raisons de m'indigner pour une pratique courante.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pilou

Tache d'être un peu plus exhaustif quand tu dis que je me trompe de combat car si ce que tu dis est vrai j'ai d'autant plus de raisons de m'indigner pour une pratique courante.

Le CEE contractualise l'engagement dans l'animation volontaire. A savoir un engagement non professionnel, sur les temps de loisirs des enfants. Il le contractualise tant bien que mal, certes, mais il a le mérite d'exister.

Cette notion d'animation volontaire est essentielle. Elle permet à des jeunes, ou moins jeunes, de participer activement aux vacances d'enfants, de se confronter à la vie des adultes parfois pour la 1ere fois (et non pas au monde du travail), de favoriser l'accès aux loisirs pour tous. Voila, ça c'est sur le papier.

Aller à l'encontre de cette notion d'animation volontaire sous prétexte que les statuts et rémunérations ne permettent pas d'en vivre est une erreur à mon sens, car l'animation volontaire n'a jamais prétendu faire vivre les gens ou proposer d'emploi à l'année. Ce n'est par essence pas sa vocation.

Il existe l'animation professionnelle pour ça, qui agit sur d'autres temps, à travers d'autres espaces.

C'est pourquoi il semblerait plus judicieux de:

- s'attaquer aux employeurs qui proposent des CEE lorsqu'il n'en ont pas le droit (comme je l'ai dit précédemment des mairies ou collectivités territoriales, sur des temps périscolaire...)

- essayer d'oeuvrer plutôt pour une valorisation du montant de l'indemnité en CEE quand c'est possible (parce que oui 20€/jour c'est scandaleux, mais 50 à70€/jour me semblent déjà plus acceptables et valorisant)lorsqu'on est bien dans un cadre d'animation volontaire. Alors certes on gagnera tjs plus en allant cueillir des pommes si on ne regarde que l'aspect financier. Là c'est un choix à faire (cf plus haut)

- lutter pour une valorisation financière et des statuts dans le champ de l'animation professionnelle.

Mais j'insiste sur le fait qu'il faut faire attention à ne pas mêler anim pro et anim volontaire, au risque de discréditer totalement le discours

Bien évidemment des gros organismes abusent du CEE dans le sens où on sait pertinemment qu'ils brassent des centaines de milliers d'euros, que leur but est lucratif, et qu'il indemnisent au plus bas.

Mais il y a aussi un paquet d'autres associations qui ne pourraient pas agir sans la possibilité de proposer des CEE à leurs animateurs.

Lutte plutôt contre ces grosses assoc plutôt que contre le CEE en lui même, c'est ça que j'entendais par "tu te trompes de combat"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pistono

Bonjour,

J'arrive en pleine discussion, mais j'ai une question assez ciblée.

En fait j'ai travaillé deux fois deux mois dans un Centre de Loisir et j'étais en contrat CDD.

Seulement le directeur m'a dit que c'était impossible pour moi de continuer à travailler là bas car ils ne peuvent pas proposer de CEE à des personnes qui ont déjà été embauchées en CDD dans ce centre.

J'ai du mal à trouver des info qui pourrait m'expliquer le pourquoi du comment...

Merci à vous.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité COLETTE

Le contrat CEE existe depuis des années.

Il permet au asso de payé au minimum 2h de smic la journée de travail d'un anim'.

C'est en effet une des grandes raison pour laquel les animateurs nous avons dans les centres de vacances seulement des anim's inexpérimenté car il peuvent encors ce permettre de vivre avec un salaire si bas.

Les municipalités n'ont pas le droit d'utiliser ce salaire. Il y en a qui le font, c'est illégal.

Lttons pour la défense et de reconnaissance du métier de l'animation.

vincent

Ce n'est pas 2h mais 2,2h du smic soit 19,80 € la journée minimun au 1er janvier 2011

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

J'arrive en pleine discussion, mais j'ai une question assez ciblée.

En fait j'ai travaillé deux fois deux mois dans un Centre de Loisir et j'étais en contrat CDD.

Seulement le directeur m'a dit que c'était impossible pour moi de continuer à travailler là bas car ils ne peuvent pas proposer de CEE à des personnes qui ont déjà été embauchées en CDD dans ce centre.

J'ai du mal à trouver des info qui pourrait m'expliquer le pourquoi du comment...

Merci à vous.

Salut,

je n'ai jamais entendu parler de ça. Tu lui as demandé où il a vu ça ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Annanas

Juste une chose, jongloman : regarde les offres d'emploi, 90% sont maintenant stipulées "UNIQUEMENT DES TITULAIRES DU BAFA EN CEE" déjà les bafa qui ne veulent pas de ces conditions ils l'ont dans l'os, mais en plus les titulaires de bapaat et bpjeps sont refusés parce que ce contrat c'est l'el dorado pour les employeurs... je vais passer un bapaat grâce aux aides de la mission locale (dieu, bouddah, yahvé, allah, bénissez-la), et a côté me payer plein de spécialisations (sports d'eaux vives, etc) mais je ne demande pas plus que le smic horaire et les assedics a la fin.......... C'est pas parce qu'on a un équivalent du BAC qu'on va demander des cent et des milles... je trouve ça juste dégueu et inadapté.

Comme d'hab, quoi.

PS: merci tania-tong, j'ai imprimé et affiché ton premier post à REFLETS, où je suis actuellement en préqualif animation (tu pourras visiter notre blog dans 2 ou 3semaines), on a tous décidé de laisser tomber le BAFA...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Annanas

Juste une chose, jongloman : regarde les offres d'emploi, 90% sont maintenant stipulées "UNIQUEMENT DES TITULAIRES DU BAFA EN CEE" déjà les bafa qui ne veulent pas de ces conditions ils l'ont dans l'os, mais en plus les titulaires de bapaat et bpjeps sont refusés parce que ce contrat c'est l'el dorado pour les employeurs... je vais passer un bapaat grâce aux aides de la mission locale (dieu, bouddah, yahvé, allah, bénissez-la), et a côté me payer plein de spécialisations (sports d'eaux vives, etc) mais je ne demande pas plus que le smic horaire et les assedics a la fin.......... C'est pas parce qu'on a un équivalent du BAC qu'on va demander des cent et des milles... je trouve ça juste dégueu et inadapté.

Comme d'hab, quoi.

PS: merci tania-tong, j'ai imprimé et affiché ton premier post à REFLETS, où je suis actuellement en préqualif animation (tu pourras visiter notre blog dans 2 ou 3semaines), on a tous décidé de laisser tomber le BAFA...

....Et ajouter que moi être anim si je peux le faire 350jours/an, JE VEUX :bigemo_harabe_net-151:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Fanny

Bonjour, je suis en CEE moi aussi (enfin j'étais) et la directrice m'a appeler hier pour mettre fin à mon contrat par téléphone, la raison: j'ai un autre centre en septembre et j'ai prévenue le grand patron avant elle... Pas de préavis, pas de raisons valables (sachant que j'étais engager par un autre directeur à l'origine qui est parti et celui çi m'avait dit jusqu'à fin juillet donc ce que je fais en septembre sa me regarde)... Je peut faire quelque chose ou j'ai plus qu'à aller sur planet anim ou faire le tapin?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dudule

Bonjour, je suis en CEE moi aussi (enfin j'étais) et la directrice m'a appeler hier pour mettre fin à mon contrat par téléphone, la raison: j'ai un autre centre en septembre et j'ai prévenue le grand patron avant elle... Pas de préavis, pas de raisons valables (sachant que j'étais engager par un autre directeur à l'origine qui est parti et celui çi m'avait dit jusqu'à fin juillet donc ce que je fais en septembre sa me regarde)... Je peut faire quelque chose ou j'ai plus qu'à aller sur planet anim ou faire le tapin?

Bonjour Fanny

Voila un extrait du CEE. Il faudréit donc que ta directrice prouve que la fin de ton contrat avant terme soit du à un cas de force majeure ou de faute grave de ta part.

En cas de désaccord, le contrat d'engagement éducatif ne peut être rompu à l'initiative de l'organisme avant l'échéance du terme, sauf en cas de : force majeure, faute grave du titulaire du contrat, impossibilité pour celui-ci de continuer à exercer ses fonctions. Fiche

Oh la la, tu as cité planetanim ! Attention; il y aquerlques temps le webmaster à supprimé la citation de ce site.

En allant dans la rubrique règlementation de ce site tu trouveras le texte en entier du CEE.Allez au revoir

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité noH

Bonjour a tous;)

J'ai été anim en séjour de vacances pendant 4semaines l'été dernier et on m'a proposé un CEE.

Celui ci ne précisant pas que faisais les nuits et n'incluant pas de primes de nuit, j'ai donc refuser de le signer. On me l'a ramener le dernier jour du centre et je l'ai signé en mettant un avenant relatif au prime de nuit mais l'asso en question refuse toujours de me verser les 200euros auquels j'ai droit sous prétexte que le CEE ne permet pas de mettre en place des primes de nuit...

Est-ce vrai, Ou sont ils tout simplement des escrocs comme je le pense?

Merci d'avance;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité dudule

L'indemnité du CEE est journalière, avec un minimun. Donc ton organisme n'est pas obligé de te payer les primes de nuit. Désolé, mais pourquoi as tu finalement accepté de faire ce séjour alors que cela t'avais été refusé ?

de plus je ne comprends pas tres bien ce contrat signé le dernier jour du séjour. Ca c'est illégal tu n'aurais pas du commencer le séjour sans contrat.

.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vous trouverez ci-dessous un article du Monde daté d'hier sur le statut des animateurs en ACM.

Le statut des animateurs de colonies de vacances devant le Conseil d'Etat

LEMONDE.FR avec AFP | 30.07.11 | 11h41 • Mis à jour le 30.07.11 | 13h27

Prisées par les familles, les colonies de vacances pourraient connaître des difficultés financières à l'avenir si le droit du travail, notamment en matière de repos obligatoire, devait s'appliquer aux animateurs et à terme renchérir le coût de ces séjours. Les associations organisatrices de séjours s'inquiètent des conséquences d'un arrêt de la Cour de justice de l'Union européenne (CJUE) d'octobre 2010 qui remet en cause le "contrat d'engagement éducatif" (CEE), un statut dérogatoire proposé aux moniteurs et directeurs de colonies de vacances et centres de loisirs.

La CJUE a jugé que ce contrat n'était pas conforme à la législation européenne car il ne prévoit pas de "période minimale de repos journalier" ni de temps de repos compensateur. Le CEE se situe entre travail salarié et engagement citoyen. Il concerne quelque 500 000 jeunes et se limite à 80 jours par an. Créé en 2006, ce contrat de travail, qui figure dans le code de l'action sociale et des familles et non dans celui du travail, peut être proposé par des collectivités, des associations mais aussi des entreprises privées si elles proposent un accueil collectif de mineur (ACM) à caractère éducatif.

L'association Solidaires Isère l'a contesté devant le Conseil d'Etat sur plusieurs points, dont l'obligation du temps de repos journalier (11 heures). Pour Solidaires Isère, le CEE est "un vrai scandale", "exploitant de manière éhontée les jeunes 24 heures sur 24". "Sous couvert de bénévolat, les jeunes qui encadrent les colonies sont bien des travailleurs", insiste Jacques Dechoz, en appelant à des négociations sur l'emploi éducatif. C'est une démarche "volontaire et citoyenne" qui "n'est pas un métier et ne peut pas en être [un]", rétorque de son côté la Ligue de l'enseignement, qui plaide pour un "engagement volontaire occasionnel" et met en garde contre un renchérissement des coûts des colonies de vacances.

ATTENTION À L'EFFET D'AUBAINE

Le Conseil d'Etat tranchera en septembre et devrait demander l'application des demandes européennes. Puis le gouvernement devrait se prononcer dans la foulée, selon le ministère de la jeunesse. Une proposition de loi, déposée le 13 juillet par un député UMP, abonde dans le sens des associations et vise "à reconnaître un régime spécifique aux personnels pédagogiques occasionnels des accueils collectifs des mineurs".

La secrétaire d'Etat chargée de la jeunesse et de la vie associative, Jeannette Bougrab, reconnaît qu'il "faudra tenir compte du droit européen". "Pour des questions de sécurité, les animateurs doivent avoir des repos", a-t-elle déclaré. "Il ne faudrait pas qu'un statut dérogatoire pour ces jeunes permette à des très grosses structures de bénéficier d'un effet d'aubaine", a-t-elle ajouté, soulignant que les accueils de mineurs sont gérés à 70% par des associations, contre 30 % par des entreprises privées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ça signifie sans doute que la solution qui sera apportée n'aura aucune influence concrète : les animateurs resteront dans un cadre dérogatoire au code du travail. Il est question de fixer un cadre quant au temps de repos... Eh beh ça nous fait une belle jambe.

Une fois le cadre fixé, on pourra le contempler...

Mais tant que l'animation reste "un engagement", les animateurs seront jeunes, naïfs, mal renseignés, incapables de se défendre, et soumis. Donc qu'il y ait un cadre ou pas on s'en fout : ils continueront de faire entre 10h et 18h (voire plus) de boulot par jour, ils continueront de préparer leurs activités chez eux, ils continueront de se faire voler des jours de repos.

C'est un cercle vicieux. C'est toute la conception du métier qu'il faut changer. Tant que ça sera précaire, les animateurs seront jeunes et dociles. Et tant qu'ils sont jeunes et dociles, ça reste précaire... Et ainsi de suite.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

C'est un cercle vicieux. C'est toute la conception du métier qu'il faut changer. Tant que ça sera précaire, les animateurs seront jeunes et dociles. Et tant qu'ils sont jeunes et dociles, ça reste précaire... Et ainsi de suite.

Justement, ce n'est pas un métier mais un engagement volontaire qu'il faut valoriser. La valorisation passe en effet par une indemnisation décente, des jours de repos réels qui soient vraiment là et permettent réellement de se reposer.

Mais faut arrêter avec ses revendications foireuses qui tendent à faire croire aux jeunes qu'on peut vivre à l'année de colos ou tout autre ACM. L'animation volontaire peut être parfois une entrée pour continuer dans l'anim pro, mais bien souvent pour des jeunes c'est avant tout l'occasion d'être considéré pour la 1ère fois comme un adulte, d'être considéré et valorisé à travers l'encadrement PONCTUEL d'un ACM. Et je pense que l'enjeu du BAFA et de l'animation volontaire sur ce plan là est essentiel

Revendiquer l'application stricte du droit du travail pour les animateur volontaire, alors que cette activité est définie par le CASF, c'est comme si tu regardais un vélo et que tu disais "elle est pourrie cette voiture, elle a que 2 roues! Vite, je vais lutter contre ça!"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On ne se connait pas, tu parles comme ça "aux jeunes animateurs" si tu veux mais pas à moi.

Valoriser un engagement volontaire, c'est valoriser une idée : c'est déjà fait. C'est même ce qui est fait de mieux, c'est tellement bien fait que les jeunes n'ont pas l'impression d'être dans une situation indigne. Ils ont l'impression de servir une cause, et ils sont donc fiers d'être exploités. Les belles photos, les projets ceci, les articles dans la presse cela, etc. maintenant même le contrat porte le nom de la valorisation idéologique.

Moi je postule que les temps de repos ne seront pas respectés tant que le secteur ne sera pas transformé profondément. Parce que ceux qui contrôlent les repos sont aussi ceux qui se débrouillent pour que leurs animateurs ne les prennent pas : ce sont les organisateurs et les directeurs. Or les jeunes se soumettent complètement à leurs employeurs à cause de l'idéologie (qui est justement bien trop mise en avant).

Mais faut arrêter avec ses revendications foireuses qui tendent à faire croire aux jeunes qu'on peut vivre à l'année de colos ou tout autre ACM
Euh... Non ben non non il ne faut pas arrêter. Je ne vois pas pourquoi des gens ne devraient pas avoir l'espoir de vivre d'un métier quand d'autres personnes autour d'eux y parviennent (accueils périscolaires, centres de loisirs municipaux, structure sociales, structures culturelles, structures éducatives).

pour des jeunes c'est avant tout l'occasion d'être considéré pour la 1ère fois comme un adulte, d'être considéré et valorisé à travers l'encadrement PONCTUEL
... donc ils sont considérés comme des jeunes qui s'initient, et pas comme des adultes responsables.

Je préférerais penser que les jeunes animateurs sont, comme quelques uns que j'ai rencontré, des gens qui décident consciemment de faire un métier qui ne rapporte pas grand chose sinon une expérience de vie. L'animation est pour eux un acte citoyen, ou un moyen de s'ouvrir aux autres.

Mais cela ne nous dit rien quant à l'évolution future des conditions de travail : les animateurs qui craquent durant les séjours (qui ont des coups de cafard, qui pètent un plomb, etc.) ont surtout besoin de conditions d'exercice plus dignes. C'est de ça qu'il est question dans l'article d'information. La cour de justice européenne semble ne pas trouver normal qu'on puisse accepter d'exploiter des animateurs même s'ils le font, apparemment, de plein gré.

Comme dirait l'autre, tant que les moutons n'ont eu le droit qu'au pré avec de l'herbe séchée, ils ne peuvent pas savoir qu'il existe de l'herbe verte. Mais une fois qu'ils seront au courant, ils seront peut-être moins prompts à se faire avoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oh ouais attends j'oubliais :

Revendiquer l'application stricte du droit du travail pour les animateur volontaire, alors que cette activité est définie par le CASF, c'est comme si tu regardais un vélo et que tu disais "elle est pourrie cette voiture, elle a que 2 roues! Vite, je vais lutter contre ça!"
Oui, exactement. Dans le social on lutte contre les inégalités, on a des idéaux, des espoirs, des rêves, une certaine culture qui nous différencie des profiteurs... Mais moi je ne confonds pas les voitures et les vélos...

Alors je souhaiterais à tout le monde de pouvoir se payer une voiture, plutôt qu'encourager ceux qui pédalent sous la pluie en leur disant "mais pourtant ton vélo est vraiment superbe".

C'est à dire que je trouve ça ridicule de dire que partant du principe que l'animation n'est pas un travail reconnu par notre gouvernement, il ne faut pas demander qu'on donne des droits aux animateurs.

Il faut commencer par faire reconnaitre le métier, et ensuite ils auront des droits alors, si tu veux.

Ou si je prends ton raisonnement à l'envers, on devrait penser à administrer l’hôtellerie-restauration par le CASF aussi alors, puisqu'il a l'air carrément plus "libéral" que l'inspection du travail. Comme ça, les gros problèmes de droit du travail dans l’hôtellerie ne seraient plus des problèmes, puisque ça ne serait plus un travail...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

On ne se connait pas, tu parles comme ça "aux jeunes animateurs" si tu veux mais pas à moi.

Valoriser un engagement volontaire, c'est valoriser une idée : c'est déjà fait. C'est même ce qui est fait de mieux, c'est tellement bien fait que les jeunes n'ont pas l'impression d'être dans une situation indigne. Ils ont l'impression de servir une cause, et ils sont donc fiers d'être exploités. Les belles photos, les projets ceci, les articles dans la presse cela, etc. maintenant même le contrat porte le nom de la valorisation idéologique.

Moi je postule que les temps de repos ne seront pas respectés tant que le secteur ne sera pas transformé profondément. Parce que ceux qui contrôlent les repos sont aussi ceux qui se débrouillent pour que leurs animateurs ne les prennent pas : ce sont les organisateurs et les directeurs. Or les jeunes se soumettent complètement à leurs employeurs à cause de l'idéologie (qui est justement bien trop mise en avant).

Euh... Non ben non non il ne faut pas arrêter. Je ne vois pas pourquoi des gens ne devraient pas avoir l'espoir de vivre d'un métier quand d'autres personnes autour d'eux y parviennent (accueils périscolaires, centres de loisirs municipaux, structure sociales, structures culturelles, structures éducatives).

... donc ils sont considérés comme des jeunes qui s'initient, et pas comme des adultes responsables.

Je préférerais penser que les jeunes animateurs sont, comme quelques uns que j'ai rencontré, des gens qui décident consciemment de faire un métier qui ne rapporte pas grand chose sinon une expérience de vie. L'animation est pour eux un acte citoyen, ou un moyen de s'ouvrir aux autres.

Mais cela ne nous dit rien quant à l'évolution future des conditions de travail : les animateurs qui craquent durant les séjours (qui ont des coups de cafard, qui pètent un plomb, etc.) ont surtout besoin de conditions d'exercice plus dignes. C'est de ça qu'il est question dans l'article d'information. La cour de justice européenne semble ne pas trouver normal qu'on puisse accepter d'exploiter des animateurs même s'ils le font, apparemment, de plein gré.

Comme dirait l'autre, tant que les moutons n'ont eu le droit qu'au pré avec de l'herbe séchée, ils ne peuvent pas savoir qu'il existe de l'herbe verte. Mais une fois qu'ils seront au courant, ils seront peut-être moins prompts à se faire avoir.

Ha ouai, la grande théorie du complot des organisateurs qui ont pour unique objectif de se faire de la thune sur le dos de jeunes animateurs. C'est vrai que c'est l'intention première de tous les bénévoles investis dans les associations qui mettent en place des ACM. Pas la peine de discuter avec toi, le socle commun et la notion des enjeux des ACM est inexistant

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non je n'ai pas écrit ça et je ne l'ai pas pensé.

Je suis toujours en train de parler de l'article cité par Olivier : la cour de justice européenne s'intéresse à un problème de pauses et de temps de repos.

Moi je soutiens qu'il peut y avoir un conflit d'intérêt dans la tête des organisateurs et des directeurs. J'ai rien contre, eux, mais c'est un fait. Et puis il suffit de lire l'article : ce ne sont pas des animateurs mais des associations qui protestent contre la cour de justice européenne.

C'est marrant tu ne trouves pas? Les associations qui défendent soi disant des droits humanistes qui sont soudain les premières à protester lorsqu'il s'agit de défendre les droits des travailleurs? Ah pardon, les droits des "bénévoles"... M'enfin qu'est-ce que ça change : dans les faits moi je vois des associations à statuts humanistes qui s'agitent en disant "hé ho non il faut pas donner de pause obligatoire aux animateurs".

Quant au fait de discuter avec moi, oui tu as raison, en parlant clairement et en argumentant sur le forum, tu risquerais de me faire changer d'avis... brrrr! quelle horreur!

Ah oui alors histoire de bien enfoncer le couteau : les bénévoles, ça existe peut-être aux restos du coeur, ou dans les petites associations de quartier. Mais les grandes associations nationales embauchent des salariés (animateurs, directeurs, secrétaires, éducateurs, cuisiniers, factotums, etc.), achètent des véhicules et des biens immobiliers (ou louent pour plusieurs milliers d'euros à l'année), et se comportent comme des entreprises qui sont en concurrence : publicité, offres en catalogues, actions de communication... Ils émettent des factures, ont des services de comptabilité absolument gigantesques... ainsi que... des services juridiques... hum...

Et sur le terrain, c'est encore mieux, les animateurs sont tellement embrigadés qu'ils refusent de parler de "clients", et qu'ils sont parfois prêts à rompre leur contrat s'ils entendent un organisateur parler de "marché". Et ils tapent sur le dos des grosses associations dont le nom commence par un U et qui promeuvent le sport en les accusant d'être "injustement concurrentiels en faisant de l'activité à consommer"... mais si c'est dans leurs statuts associatifs, à ces Usiens, après tout, c'est encore eux qui sont le plus réglo!

Parce que ça si on allait faire un tour du côté des statuts associatifs, on rigolerait bien je crois! Déjà à peu de choses près, les grosses machines nationales ont les mêmes activités... En tout cas au quotidien quand on entend des asso qui balancent sur le dos des autres, c'est pas tant sur les statuts associatifs (que personne ne connait) que sur la prétendue qualité du travail.

Et enfin puisque tu en parles, même si les associations ne complotent pas, il est évident que de nombreuses personnes s'y démènent avant tout parce que c'est là leur travail, qui leur rapporte leur salaire. Ils savent que les séjours raccourcissent d'année en année, que les inscriptions se font parfois rares, que les subventions sont difficiles à obtenir et qu'elles ne sont parfois pas versées en totalité... et si en plus de ça la charge du personnel augmente soudainement d'un tiers, ils mettront la clé sous la porte.

Et puis dans certains cas, attention : les présidents des associations ont du souci à se faire, parce qu'ils savent (ou alors leurs directeurs) que certains postes ne respectent pas le droit du travail... Oui même les postes "normaux". Par exemple : un factotum qui fait trop d'heures et à qui on n'accorde pas ses jours de récup... Par exemple un animateur à qui on a toujours beaucoup demandé mais avec qui on n'a pas toujours été très reconnaissant... Ces gens quand ils se retrouvent sans travail du jour au lendemain ils sont en crise, et ils sont susceptibles d'attaquer l'asso en justice pour réclamer la réparation d'un abus antérieur : des jours de congés non donnés, des primes pour les nuitées ou pour les week-ends "oubliées", des dizaines d'heures non payées...

Je comprends bien certaines de leurs angoisses. Mais de là à dire qu'il ne faut pas donner de droits supplémentaires de repos aux animateurs, il y a un pas que je ne franchirai pas.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement