laballe

Punitions En Général

Recommended Posts

Invité younky

et bien Line je plains ta fille.... Apres on se demande pourquoi certains gosses sont de vrai moutons...

Mais tu a l'air d'avoir trouvé la meilleur réponses qui TE correspond et non la plus adapté pour TA fille!!!!

On devrait faire passer des testes de capacité aux parents je crois qu'on rigolerais bien des fois!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il paraît que ceux qui n'ont pas d'enfants sont toujours les premiers à critiquer ou à donner des conseils à des parents...

Mais Line, votre façon d'écrire ne vous aide pas! :lol:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité younky

Les punition comme le coin est idéal copier la définition du mot autorité piquet etc...

Mais bien sur que c'est l'idéal !!! d'ailleurs c'est bien connu que tout le monde le fais.....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On s'y perd un peu quelque fois et je n'ai pas les idées très claires.

Je pense que la culture des gens augmente car ils ont accès à plus d'informations qu'il y a cent ans. De nos jours, la majorité de la population sait lire, beaucoup de gens ont la télévision, la radio, internet, des téléphones, ils lisent des journaux, et des livres qui ont récemment été écrits traitant de l'éducation des enfants.

Si un livre ne nous dira jamais exactement ce qu'il faut qu'on fasse en tant que parent (ou éducateur), dix livres nous donnent une palette étendue de possibilités parmi lesquelles on peut choisir et s'inspirer pour en tirer nos propres méthodes éducatives.

Suite à toutes sortes de courants éducatifs, il me semble qu'en général on souhaite de nos jours que nos enfants aient l'esprit critique. On souhaite qu'ils soient intelligents et qu'ils aient du caractère, qu'ils ne se laissent pas dicter leur conduite par le premier prêtre venu.

La punition incarne dans les esprits le fait de soumettre les enfants à l'autoritarisme d'un adulte (parent, animateur, etc.) et donc aux abus. On croit qu'un enfant qui a des parents autoritaires se laissera plus facilement dominer par les autres à l'extérieur de la famille, et c'est précisément ce qu'on refuse.

A mon sens ce n'est pas forcément vrai... Un enfant trop soumis à l'autorité d'un adulte peut aussi développer de cette façon des armes, une défense contre l'autorité. Il peut apprendre à contourner l'autorité, à voler, se cacher, dissimuler, mentir, etc. Je pense que tous les animateurs connaissent des enfants qui ont des parents très durs, et qui sont eux-mêmes insupportables.

A cela il faut ajouter que "la punition" incarne dans l'imaginaire collectif les mauvais traitements. On pense facilement que quelqu'un qui punit les enfants est quelqu'un qui maltraite les enfants.

Alors pour ne plus parler de punition, on a inventé la sanction. On ne dit plus punition mais sanction, et comme ça on met la poussière sous le tapis. Il me semble évident que si on change juste le mot, sans savoir pourquoi, on reproduit les écueils. Par exemple on lit souvent que les gens disent qu'il faut sanctionner en obligeant l'enfant à réparer ce qu'il a cassé ou en dialoguant. Or je pense qu'un maître d'école d'autrefois qui punissait un élève lui demandait généralement de réparer ce qu'il avait cassé et lui parlait...

Il y a quelques mois j'évoquais la question de la manipulation des enfants : en pensant les "sanctionner" on en vient parfois à les manipuler (moralement, psychologiquement) ce qui est à mon sens de la maltraitance dans certains cas.

L'autorité d'une personne bienveillante est issue d'un rapport de compétence. Un maître face à un élève est légitime pour se faire obéir, car le maître a les compétences qu'il transmet à un élève qui doit saisir sa chance d'acquérir la compétence.

Afin d'éviter les abus d'autorité et les dérives dans l'autoritarisme, on a inventé une méthode pédagogique modèle, une relation où l'avis de l'enfant a sa place à côté de celle de l'adulte, où l'enfant est digne de considération. Dans ce modèle, l'éducateur ne va pas tant réprimer les mauvaises actions de l'enfant qu'encourager son épanouissement.

D'où tous les dérivés idéologiques. On dit qu'il ne faut pas être formaté par la société de consommation, entrer dans le moule et suivre un chef autoproclamé comme des moutons. Il y a tout un tas de thèmes politiques, aussi, avec les espoirs révolutionnaires communistes, le grand soir, une certaine critique de la droite conservatrice, des religions. Avec un président de droite libéral, le référentiel est d'ailleurs bousculé, la gauche politique devenant parfois conservatrice, perdant son statut de modernisme systématique...

Un petit paragraphe sur le respect aussi pour dire qu'à mon avis, aujourd'hui, "respecter" quelqu'un signifie "le craindre" et pas "admirer ses compétences". On a peur de se faire casser la figure alors on se soumet à l'autorité du plus fort, dommage.

Et pour conclure de façon pratique, j'utiliserai l'exemple du langage.

Lorsqu'un enfant dit à un autre "va te faire enculer sale fils de pute"...

-on peut le punir : le brutaliser et le menacer de le frapper à chaque fois qu'il sera vulgaire. Ça ne marchera pas, dès que vous aurez le dos tourné, il recommencera.

-on peut le sanctionner : lui parler et lui faire comprendre que ce qu'il a dit est mal, lui faire comprendre qu'il faut qu'il s'excuse. Pas dit que ça marche, surtout que s'il est intelligent il ne se laissera pas forcément faire.

-on peut l'éduquer, lui apprendre de nouveaux mots de vocabulaire. Il parlera ainsi bien mieux, et surtout il deviendra plus subtil dans sa pensée, il comprendra mieux le monde et aura une meilleure répartie la prochaine fois qu'il en aura besoin. Au lieu de dire comme tous les idiots "va te faire enculer", il pourra répondre "ta stratégie n'a aucun sens, tu vas nous faire perdre le match"...

La vulgarité attire la grossièreté et la brutalité, tandis qu'un vocabulaire riche permet de séduire et d'accéder au pouvoir.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité cointrol relieves

bonjour à tous!

Tout d'abord je tiens à écrire que ce forum m'apporte beaucoup au niveau de la reflexion de mon métier d'adjointe d'animation. tous les témoignages sont un enrichissement et me permettent une remise en question réguliére!

Jean, tu parles d'éducation en théorie je suis d'accord,mais sur le terrain j'ai de sérieux doute surtout avec un public dit "difficile". un vas te faire enculer devra être sanctionné (ou punis comme tu veux) si des régles ont été établies avec le groupe, qu'elles ne sont pas respectées et qu'il y a juste un erichissement de vocabulaire ( je raccourcis l'idée), ils le vivront comme une injustice surtout pour celui qui est un enculé. A bientôt.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Jean, pour le message ci-dessus!

j'ai oublié de me présenter: tacha je ne m'étais pas connecté désolée!

Modifié par tacha

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je répondais à une maman, ainsi qu'à une suite de messages sur les fameuses sanctions qui me semblaient superficiels (à commencer par les miens).

un vas te faire enculer devra être sanctionné (ou punis comme tu veux) si des régles ont été établies avec le groupe, qu'elles ne sont pas respectées et qu'il y a juste un erichissement de vocabulaire ( je raccourcis l'idée), ils le vivront comme une injustice surtout pour celui qui est un enculé. A bientôt.
Mouais... Tu comprends comme tu veux le comprendre. Tu connais le novlangue?

Je répondais à un parent, et dans ce cas l'éducation c'est de la prévention. Autrement dit si tu ne veux pas maltraiter un enfant en punissant ou en sanctionnant maladroitement, tu as le choix de le former auparavant.

Prenons un exemple de terrain alors. Lorsque tu dois faire traverser une route à un groupe :

-tu les laisses pour voir s'ils regardent avant de traverser, et s'ils le font mal tu surgis et tu sanctionnes tout le monde?

ou bien

-tu les préviens avant, de façon à ce qu'ils regardent avant de traverser, ou mieux, qu'ils t'attendent?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guill

Bonjour,

Moi, je sanctionne le comportement d'un enfant quand son comportement:

-est du vandalisme,

-le met lui ou quelqu'un d'autre en danger,

-est énervant pour moi.

En dehors de ces 3 cas de bêtise, j'ignore le gamin.

Si je le sanctionne dans d'autres cas, je vais lui donner de l'intérêt, et donc je vais le valoriser. Dans ce cas, il y a des chances qu'il garde ce comportement indésirable. Il le gardera d'autant plus si je ne pense pas à mettre en valeur ses "bons" comportements.

Ce n'est une belle théorie hein! Quand on sait la mettre en pratique ça marche vraiment bien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben... Je me situe entre jean et PetitLu...

Tirer les oreilles, même à mes propres enfants (quand j'en aurai..), ça non ! Ne serait-ce parce que ça fait mal, même sans tirer fort, et cela engendre plus la compassion que l'humiliation, l'enfant ne ressent que la douleur et en oublie le pourquoi. Et en plus, dans le cadre des colos et des écoles, il est strictement interdit de lever la main sur un enfant.

En revanche, mettre au coin, oui. Même en colo. Pas dans n'importe quel contexte évidemment. Si un enfant enfreint les règles d'une activité manuelle (par exemple) et que ça débouche sur un pot de peinture cassé, ben ça sert à rien de le mettre au coin. Une petite engueulade par le dirlo, un "Tu comprends pourquoi on t'avais dit de pas faire ça ?" chargé de reproches, et puis on lui file une serpillère. Point, fin de l'incident. Il a cassé, il a nettoyé, il a compris pourquoi, et peu de chances qu'il recommence.

Par contre, en cas de manque disciplinaire non "matériel" (manque de respect, désobéissance systématique), comment veux-tu réparer ? Donc oui, un petit temps au coin, c'est une solution (j'ai pas dit "LA" mais "UNE" solution, d'autres suggestions ?). "Au piquet" comme on dit. Cet été, on a tenté d'agrémenter un peu cette punition en faisant prendre des positions gymnastiques comique à l'enfant, mais les petits monstres ont vite pris ça pour un jeu et un défi, à tel point que certains demandaient à être punis ! Donc, retour au bon vieux piquet, face au mur. Pas très pédagogique ? Évidemment, faut expliquer au gosse pourquoi il est puni, quitte à se répéter. Ensuite, il peut remuer toutes les pensées qu'il veut ou méditer sur ce qu'il a fait.

Mais ça c'est une question d'éducation. Un enfant bien éduqué, s'il se retrouve puni, ne recommencera pas parce qu'il connaît la signification d'une punition. Certains enfants peuvent recommencer vingt fois la même bêtise, et se ficher de la punition comme de leur première barboteuse. L'éducation du respect des consignes et des autres (adultes ou enfants) se fait à la maison, et c'est pas des animateurs qui vont changer ça le temps d'une colo ou d'un accompagnement péri-scolaire.

Mais bien entendu, tellement de facteurs sont à prendre à compte dans ce débat (milieu social, contexte, personnalité, etc...) que ma position est parfaitement démontable, et doit même être remise en question ! Sinon, je serais un bien piètre animateur...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

"Au piquet" comme on dit. Cet été, on a tenté d'agrémenter un peu cette punition en faisant prendre des positions gymnastiques comique à l'enfant, mais les petits monstres ont vite pris ça pour un jeu et un défi, à tel point que certains demandaient à être punis

Déjà le "piquet" comme tu dis est discutable, mais avec les poses en plus (humoristiques ou non) on est carrément dans de la brimade, ce qui est quand même assez grave. Certains enfants vont en jouer pour contourner la violence de cette façon de faire, d'autres l'exprimeront différemment, ou pas du tout, mais seront tout autant marqués par ce genre d'attitude des adultes.

Fais leur faire la chaise contre le mur tant que tu y es, parce que sur le principe c'est exactement la même chose

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

D'accord avec toi pour les poses, au départ je n'avais pas d'avis sur cette décision prise en réunion, fallait essayer (eh, c'est que ma troisième colo en comptant le stage pratique)... Mais il est clair que l'idée n'était pas bonne, j'avoue.

Mais sinon, qu'est-ce que tu proposes à la place de mettre au coin ? Dans le contexte défini dans mon premier post, à savoir hors activité et pour irrespect et désobéissance systématique. Bien entendu, nous n'avons jamais puni de cette manière un enfant injustement. Et en cas d'erreur judiciaire, la punition était aussitôt levée avec les excuses plates et sincères de l'anim ! D'autre part, aucun enfant ne s'est jamais plaint (ni d'ailleurs aucun parent...), parce que les punitions étaient justifiées et expliquées.

Donc, je repose ma question. Parce que c'est bien joli de critiquer, mais concrètement, t'as autre chose à proposer ? Te gêne pas, au contraire ! Je demande qu'à découvrir ! (Et ce n'est pas ironique, c'est sincère.)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Remiposeidon,

Le dernier périscolaire que j'ai fait, avait ce fonctionnement de mettre au piquet etc... Pour résumer, c'était un centre d'adultes pour adultes où l'enfant devait filer droit au sinon, il était puni. Quand j'ai parlé de cette façon idiote de punir les enfants, tout ce que l'on m'a répondu, c'est que les enfants ne se sont jamais plaints ni les parents.

Question: crois-tu que l'enfant va dire à ses parents, aujourd'hui, j'ai été au coin?

Ensuite, il y a tout un travail et une réflexion à mener lorsque tu bosses avec eux et cela doit évoluer lorsque les solutions ne sont pas adéquates. Tu dois toujours te demander à quoi sert ce que je fais? Est-ce que c'est efficace? Qu'est-ce que ça apporte à l'enfant? Est-ce que cela me rend plus crédible et respecté? En fait, tu dois prendre du recul et poser les choses.

Pourquoi le piquet me choque? Cela n'apporte rien à l'enfant à part le mettre en évidence devant tous les autres, en état d'infériorité (je ne parle même pas des positions car tu as compris)

Est-ce que si je te mettais au piquet, tu trouverais cela juste et normal? Tu refuses de tirer les oreilles mais pas d'exposer un enfant au regard des autres, face au mur?

N'existe-t-il pas d'autres manières? Y as-tu simplement réfléchi? Pour trouver, il suffit de se demander quelles relations, tu veux mettre en place avec un enfant? Qu'attends-tu de lui? Quelle image de toi animateur veux-tu lui donner?

L'animation est bien un métier et logiquement, tout ce que tu fais est réfléchi, en gros, au moins!!!

Les solutions, tu discutes avec l'enfant, tu lui expliques pourquoi tu n'es pas d'accord. Tu te déplaces tout de suite s'il ne t'écoute pas. Il doit savoir que quand tu as dit stop, tu ne te répètes pas et tu bouges tout de suite. Tu lui demandes de s'asseoir un moment et quand, il est calme, il vient te voir pour te demander de revenir.

Avant, tu mets les règles en place avec eux, tu les fais participer et décider. Mais il ne faut pas se leurrer, de toute façon, ils feront des bêtises, ils diront des gros mots, franchiront les limites et c'est NORMAL car ce sont des enfants et heureusement!!!

La seule chose dont je sois sûre, c'est qu'à partir du moment où ils ont confiance en toi, tu n'as presque plus ces problèmes. Quand tu es avec un groupe:

- apprend à les connaître rapidement,

- repère les enfants qui ont besoin d'être plus responsabilisés,

- écoute le groupe et sens quand il faut les faire bouger par exemple,

- partage des moments intimistes avec eux,

- si tu es motivé, ils te suivront et ils n'auront pas envie de partir dans tous les sens,

- offre leur des moments de pur délire (vous pouvez hurler, courir etc...)

mais surtout, reste l'autorité du groupe, ce ne sont que des enfants et toi l'adulte, tu ne dois avoir aucun doute.

- règle les problèmes immédiatement et avec justice (si tu peux au sinon, ne tarde jamais)

- si tu ne sais pas et que tu as des doutes, dis leur et prend une décision juste

- répond toujours présent à une plainte même si cela te semble ridicule, dès fois, une petite moquerie représente quelque chose pour un enfant, le simple fait d'une excuse du moqueur arrange tout

En fait, sois à 100% à l'écoute et observe, laisse parler ton intuition car tu es avec des humains.

Je sais bien que c'est une réponse idéaliste mais pas tant que ça pour l'avoir expérimenté souvent. Après, il existe des exceptions mais ce qui est sûr, c'est que plus tu valorises un enfant et moins, tu as de souci avec.

à plus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci laballe pour cette réponse rapide et complète !

Globalement, j'ai déjà mis en application tout ce que tu listes dans la seconde moitié de ton message. En effet, quand je parles de punition, il ne faut pas voir en moi (et en mes collègues) un monstre d'autoritarisme qui punit dès qu'il y en a un qui met un pied au-delà de la ligne jaune. Allons, allons, soyons humains, que diable ! :bigemo_harabe_net-193:

Le piquet n'était pas systématique. Quant aux bêtises, je sais bien qu'ils sont là pour en faire ! J'ai toujours privilégié le dialogue à la punition. Et j'évite le piquet pour bagarre (ça n'avance à rien). A bien y réfléchir, j'ai dû sévir six fois pendant mes deux semaines de séjour cet été. Dont quatre fois avec les mêmes (qui en ont récolté au moins autant avec chacun de m es collègues, je te laisse faire l'addition sachant qu'on était sept...). D'où ma remise en question. Mais je crois que les monstres dont je te parle rentrent dans ce que tu appelles les exceptions, du style de gosse qui te répond "Ta gueule !" quand tu lances un appel au calme.

Sinon, je souscris à l'idée de la chaise et le gamin qui revient te voir quand il est calmé, bien que je pense qu'on arrive à la limite d'âge d'efficacité de cette méthode dans le cadre des 10-12 ans. Mais je souscris quand même ! A se demander comment il se fait que je n'y ai pas pensé moi-même ? :bigemo_harabe_net-24: Atrophie du cerveau due au stress puis à la fatigue ? Syndrome de Panurge vis-à-vis du reste de l'équipe ? Inexpérience ? Un peu des trois, je pense...

En tout cas, merci encore de ta réponse ! Certes, c'est idéaliste. Et alors ? Tu l'as dit toi-même, ça marche. Et pour quoi vivons-nous si ce n'est pour nos idéaux (entre autres, évidemment) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Oula, si le gosse te répond un "ta gueule" quand tu appelles au calme, c'est clairement pas en le mettant au coin que ça va servir à quelque chose.

Et je ne suis pas là dans la réponse-bateau "le coin c'est mal" (même si je le pense) qui est souvent utilisée par des gens n'ayant même pas réfléchi à la question (je parle de mon expérience sur le terrain, pas de personnes ici).

Mais si le gamin t'insulte comme ça, le problème ne viendrait-il pas autant de toi que de lui ? S'il t'insultes ainsi, ne serait-ce pas parce que, quelque part, tu n'as pas su asseoir ton autorité ?

Et quand bien même, s'il s'agit d'un accident (c'est-à-dire un enfant qui a du mal à déceler les limites car il t'a pris pour son "copain" lorsque tu jouais avec eux, chose qui peut arriver assez souvent indépendamment u travail de l'animateur), un simple "Pardon?" sérieux devrait suffire à raisonner l'enfant (avec discussion post-activité).

Mais une des clés serait là pour moi. Plutôt que de punir sans cesse, discuter avec l'enfant. Sur le moment lorsque c'est possible (temps libre, temps de vie quotidienne, temps où tu n'es pas le meneur de l'activité, mais que c'est un autre anim'). Sinon, si ce n'est pas possible (si tu es le grand manitou de la veillée, que tu es déguisé, avec un rôle primordial, ça ne sert à rien de sortir une punition bateau, type mise au coin, car tu te sors totalement de ton rôle et de l'imaginaire que tu as normalement développé pour ta veillée), et bien, tu t'arranges pour avoir la discussion plus tard dans la journée. Entre quatre yeux. Et sauf jeunes ou enfants vraiment difficiles à gérer, quelque chose de positif devrait sortir de cette discussion et, si elle est bien menée, il ne devrait pas y avoir de suites.

Je parlais du cas où tu as un rôle clé dans une veillée, que tu joues un rôle. Le cas échéant, c'est du pain béni pour se faire respecter. Quel que soit ton charisme à la base, il peut aller jusqu'à se décupler selon le rôle et la tenue du rôle que tu joues alors. Ca ne devrait pas poser de problème pour se faire respecter.

Enfin, une des astuces les plus efficaces avec les ados (et pré-ados), si tu as un peu de réparti, reste la taquinerie (attention, il faut savoir la doser, pas d'attaques personnelles, rien qui ne permette aux autres de se moquer de lui par la suite, il ne s'agit pas de vengeance, puisqu'à priori, si on tient son autorité, ce que dit un ado ne doit pas nous heurter, donc aucune raison de se venger).

Ces taquineries permettent de marquer la distance entre l'animateur et le jeune (qui se cherche, et a parfois du mal à trouver la limite entre le copain et l'adulte), ce qui te permettra d'y aller à fond dans tes animations et jeux, sans craindre d'être pris pour le copain...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne punis jamais au coin pendant une activité, et comme tu dis, il y a toujours moyen si l'on joue un rôle d'en jouer encore plus.

Pour le dialogue, c'est toujours ce que je privilégie avec l'enfant. Et dans la très grosse majorité des cas, ça suffit très amplement. Et en cas de sortie du type "Ta gueule", c'est effectivement avec un "Pardon ?!" un peu appuyé que je règle la question, avec succès dans la très grosse majorité des cas également.

Quant à la question de l'autorité... Peut-être ne me suis-je pas montré assez ferme au début du séjour ? Je les connaissais déjà d'un séjour au ski, moins long et moins personnel (150 gamins de 6 à 18 ans), et j'ai eu la faiblesse de croire qu'ils s'étaient arrangés en six mois. Mais je ne me suis jamais présenté en "copain" avec des gosses. Et une chose me rassure, c'est qu'ils sont insolents avec les autres animateurs (qui les ont punis au moins autant que moi). Les seuls pour qui ils montrent un peu de respect, ce sont les animateurs anciens colons (c'est un C.E.). Ils font des colos depuis qu'ils ont six ans et ont donc côtoyés deux de mes collègues du temps où ceux-ci étaient colons (et pas les plus sages d'ailleurs, à ce que je me suis laissé dire, comme quoi... :clown: ). Même pour la direction ils n'ont pas grand respect. Mais pour être honnête, j'avoue avoir un peu (et seulement un peu) de mal à m'imposer dans la tranche d'âge 12-15. L'âge ingrat. J'assume, et je ne peux que m'améliorer. Mais seuls les gosses dont je parle m'ont posé de réels problèmes.

Précisons un peu le cas de ces deux gosses. Ils ne sont que deux, avec quelques copains turbulents aussi mais plus facilement cadrables. D'après ce que m'a dit un des deux gosses lors d'un dialogue avec lui (pendant qu'il faisait un coup de cafard à pleurer sur mon épaule, pas rancunier le Rémi !), ces deux monstres se connaissent depuis l'âge de six ans et leur première colo. Et les colos, ben ils aiment pas ça, c'est leurs parents qui les obligent, et ils n'acceptent d'y aller que pour se retrouver vu qu'ils se voient très peu pendant l'année scolaire. Le reste, ils s'en foutent royalement. Ca, c'est leur version. Le seul élément que je suis capable de vérifier, c'est l'amitié qui les unit. C'est clairement plus qu'un simple copinage de collège. C'est une vraie "amitié" au sens pur du terme. C'est beau... Et ça me fend le cœur de les séparer, mais problème... Ensemble, même s'ils promettent d'être sages (pour la énième fois), ils accumulent conneries sur conneries (insolences comprises). Et si on les sépare, alors là c'est la guerre ! Ils te sabotent une activité avant même que t'ai eu le temps de dire ouf ! C'est dommage, parce que pris séparément, ils sont plutôt sympas...

Mais bon, je m'égare (du nord). Le paragraphe ci-dessus n'est là que pour prouver que ces deux mômes sont un cas particulier, et ne peuvent guère à eux deux plomber toute une colo. Juste la pourrir suffisamment pour courir sur les nerfs de l'équipe d'animation.

Pour revenir au débat sur la punition en général, non je ne suis pas le punisseur fou. Et je sais replacer les limites quand un gamin les franchit sans avoir besoin de recourir à une sanction. Je n'aime pas punir, les gosses sont pas là pour passer leur temps à regarder les murs. Mais quand t'es en train de gérer les douches, que ça se bouscule au portillon et que les affreux te manquent de respect chaque fois qu'ils t'aperçoivent dans le couloir et foutent le souk dans les chambres (et pas seulement dans la leur), ben oui tu les colle dans le couloir... Je ne dis pas que c'est bien, je ne dis pas que c'est la seule solution. Promis, la prochaine fois je penserai à la chaise de laballe.

Quant à la répartie, t'inquiète, je connais. Et t'as raison, ça marche plutôt pas mal.

Merci de ton apport.

Modifié par remiposeidon

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

bonjour

je voulais dire que je ne suis pas trés sur de ces vacance car il n y'a pas beaucoup d'information donc je suis pas sur que sa soi idéale pour nos enfant , la violence et plus encore

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je vois qu'en tout début de sujet, certains ont dit qu'ils souhaitent qu'on laisse les enfants libres dans la cour (en encadrant pour la sécurité physique). Je suis surpris que ça ne m'ait pas fait réagir avant.

"la cours de récré" est un lieu terrible et sauvage pour les enfants, mais c'est un lieu nécessaire au développement de l'enfant qui doit se dérouler sans l'intervention de l'adulte

Ça me laisse perplexe. Déjà je ne suis pas d'accord sur le constat de Madgoblin selon lequel :

C'est très sauvage un cours de récré et pourtant il n'y a pas d'incident "grave"..

Bon il parle d'un film tourné dans une école maternelle, donc vraisemblablement il n'y a pas de sang...

Mais j'ai bossé dans une cour, je me suis demandé si certains cas étaient graves ou pas, je me suis un peu documenté, et j'ai choisi. C'est "important", on va pas dire grave pour ne pas faire dans la surenchère. Ou même je dirais qu'en maternelle c'est important, en élémentaire c'est préoccupant et en collège c'est grave et c'est un peu trop tard...

Les problèmes des cours de collège sont mieux connus parce que les journalistes aiment parler de sang chez les jeunes. Mais ils ne deviennent pas forcément des brutes ou des martyrs du jour au lendemain. Je trouve même qu'en élémentaire on déconsidère trop les problèmes comportementaux des cours de récrés.

Et je ne suis pas sûr que l'adage "ce qui ne nous tue pas nous rend plus fort" soit si vérifiable en réalité. Dans certains cas peut-être que ça marche, mais je ne crois pas que ceux qui sont souffre-douleur un jour apprennent ainsi à se défendre "par leurs propres moyens". Je pense même que c'est le contraire, qu'être souffre-douleur ça rend quelqu'un moins sûr de lui.

En tant qu'animateurs, on organise des poule-renard-vipère, et après? On ferme les yeux quand on voit qu'il y a un enfant qui se transforme en tyran de la cour de récré? On ferme les yeux quand on en voit un qui ne sait pas réagir quand il se fait violenter?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ta réflexion m'intéresse beaucoup puisqu'à un moment donné, j'ai sérieusement été tenté par cette pédagogie visant à laisser les jeunes entre eux, sous prétexte d'une quête certaine d'autonomie, n'intervenant que sur des temps cadrés, et bien sûr lorsqu'un incident est notable.

Je suis désormais dans une posture inverse. Quel que soit le temps de la journée (hors temps de prépa), je suis disponible pour les jeunes. Disponible s'ils veulent me parler, donc visible. Et pas immobile, je me tourne vers certains groupes afin que certaines réflexions qu'ils n'auraient pas osé remonter puissent l'être. En essayant de ne pas être envahissant.

Ce changement d'attitude a notamment été guidé par les effets de domination possibles (et leurs conséquences sur le psychisme des "dominés") qu'on ne peut évidemment pas voir si on n'effectue pas une réelle démarche auprès de tous les jeunes sur ces temps-là.

Il est finalement facile d'avoir la paix pour un animateur. Les enfants s'auto-réguleront dans bien des cas. Pas sûr, cela dit, que ce soit dans un souci du bien-être de chacun. L'enfant n'a pas encore accès à l'empathie comme l'adulte (qui plus est quelqu'un qui choisit de s'occuper d'enfants pour un salaire de misère) peut l'avoir. C'est donc bien à l'adulte d'investir ces temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité GuillGuill

Punition: on puni la personne / Sanction: on sanctionne un acte.

Je pense que la punition n'a rien à faire dans un centre de vacances. Elle est inutile et dangereuse.

La sanction par contre peut y être pratiquée, suivant le projet pédagogique du centre, si tant est qu'il soit porté par le directeur. (C'est peut être un élément de réponse pour notre ami qui a un soucis avec son équipe)

La sanction ne doit pas avoir pour but de faire évoluer l'éducation de enfant. Elle doit juste stopper immédiatement un comportement néfaste. Autrement dit, l'animateur n'est pas un éducateur, dans le sens où son rôle n'est pas de les rendre "mieux éduqués". Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'il n'a pas de rôle éducatif.

La sanction peut être donné dans seulement 3 cas selon le Dr Dodson qui a écrit "Aimer sans tout permettre" (Eh oui certains ferait mieux de lire des bouquins au lieu de se demander si des anims aussi inexpérimenté qu'eux pourront leur apporter des éléments de réponses! ;-) bref! )

Ces 3 cas sont:

- l'enfant fait quelquechose de dangereux, pour lui ou pour les autres

- l'enfant commet un acte de vandalisme

- l'enfant fait quelquechose qui vous tape sur le système (par exemple, vous crie dans les oreilles)

Le reste du temps, on ne sanctionne pas.

Mais surtout je voudrais dire ceci: N'oublions pas de récompenser les enfants quand tout se passe bien.

ça paraît tout bête, mais qui le fait?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pourquoi pas.

Et la sanction du coup, ça consiste en quoi? Et la punition?

Punir la personne et sanctionner l'acte, j'y ai pas réfléchi alors bon admettons, mais concrètement ça se matérialise comment?

La sanction ne doit pas avoir pour but de faire évoluer l'éducation de enfant. Elle doit juste stopper immédiatement un comportement néfaste. Autrement dit, l'animateur n'est pas un éducateur, dans le sens où son rôle n'est pas de les rendre "mieux éduqués". Bien sûr, cela ne veut pas dire qu'il n'a pas de rôle éducatif.

Huh? J'ai pas tout compris... C'est une question de vocabulaire? Quand on sanctionne on agit sur le comportement, si c'est pas de l'éducation, c'est quoi?

- l'enfant fait quelquechose de dangereux, pour lui ou pour les autres

- l'enfant commet un acte de vandalisme

- l'enfant fait quelquechose qui vous tape sur le système (par exemple, vous crie dans les oreilles)

Le reste du temps, on ne sanctionne pas.

Euh... Un enfant crache sur un autre pour l'humilier devant tout le monde. On fait quoi, du coup?

(Eh oui certains ferait mieux de lire des bouquins au lieu de se demander si des anims aussi inexpérimenté qu'eux pourront leur apporter des éléments de réponses! ;-) bref! )

Aussi bêtes que soient les réponses, le forum est ce qu'on en fait. Il ne faut pas hésiter à participer plus souvent.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Plusieurs choses m'interpellent.

Déjà, l'allusion aux bouquins. Les livres sont en effet un vivier d'informations précieuses. Encore faut-il savoir les lire. C'est-à-dire qu'il faut toujours les mettre en lien avec le statut de l'auteur, ses idéaux, l'époque du bouquin etc...

Un exemple, j'aime assez Dolto. Mais elle a une écriture qui peut facilement "endoctriner" si on ne cherche pas à avoir un esprit critique, car elle est facilement convaincante même sur des trucs assez énormes. Et surtout, autant elle était précurseur sur pas mal de choses, autant sur l'homosexualité, elle était à la traîne. Elle indiquait ainsi, notamment dans "Tout est langage" que certaines erreurs éducatives des parents pouvaient déboucher sur des tares telles que l'homosexualité future des enfants. Des tares, oui.

D'où l'intérêt d'avoir un regard critique sur ce qu'on lit et surtout de multiplier les lectures d'auteurs divers, n'appartenant pas aux mêmes champs.

Si c'est pour lire deux bouquins (je dis pas que c'est ton cas hein, je dis que c'est un écueil possible) et les considérer comme des manuels de vérité, autant ne rien bouquiner. L'animateur est avant tout un praticien. La théorie peut (je serai tenté de dire doit) appuyer sa pratique, mais ne doit pas l'éclipser. Bref.

Par rapport à la sanction, pour moi, elle est on ne peut plus éducative. Si on agit sur un comportement qu'on juge non adapté à la norme sociale, ce n'est pas pour avoir la paix immédiate (et j'ai l'impression que ce fameux Dr Dodson tombe dans cet écueil, je vais y revenir juste après). C'est bien pour jouer le rôle sécurisant que doit jouer l'adulte en rappelant ce qui est permis ou non. Car l'enfant, quoi qu'on en dise, est angoissé dès qu'on lui donne un espace de liberté trop gros (j'entends par là aucune limite entre ce qui est permis ou non). Et le rôle de l'adulte est de jouer ce rôle de pilier dont l'interprétation et l'humeur du jour ne viennent pas trop influer sur son aptitude à poser des sanctions.

Je reviens donc à la troisième condition selon le Dr Dodson permettant de punir :

- l'enfant fait quelquechose qui vous tape sur le système (par exemple, vous crie dans les oreilles)

Ba ouais, mais si j'ai pris une demie-cuite la veille parce que je viens de décrocher un CDI ou que mon père est à l'hôpital depuis la veille, mon seuil de tolérance va être bien plus faible que si je reviens de vacances et qu'on est au mois de mai sous un soleil bien agréable. Alors quoi ? Dès que ça me tape sur le système, je punis ? Dans le premier cas, l'enfant qui va hurler un peu le sera, dans le second, l'enfant qui me mettra un petit coup pour rire ne le sera pas ?

Je trouve que c'est un abus de pouvoir (l'enfant suit mais l'adulte a le droit d'avoir ses humeurs, de décider de ce qu'il attend de l'enfant à tel moment, sans même que l'enfant n'aie d'outils pour savoir quelle est l'attente de l'adulte à tel moment). C'est très inconfortable pour l'enfant et c'est juste de la domination d'un autre temps (le bouquin a dû être écrit dans les 70's non ?).

Pour moi, on n'a pas le droit de punir/sanctionner un enfant parce qu'il nous tape sur le système. Parce qu'il n'a pas respecté une règle qu'il connaît, d'accord (et le non-respect de cette règle peut nous les briser, on est d'accord).

Mais un gamin qui hurle dans la cour, ça peut casser les oreilles. Mais ? Il est dans la cour, il a le droit de se défouler non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Dolto, peut-être que ses mots ne sont plus d'actualité, mais le questionnement sur "comment l'enfant devient-il homosexuel" l'est toujours.

ce n'est pas pour avoir la paix immédiate

On aurait surtout besoin de savoir en quoi consistent les sanctions dont parlait GuillGuill.

Là on s'en va tellement loin dans la théorie que ça devient difficile à suivre sans être un peu plus explicite. C'est d'autant plus important que les gens qui lisent ici n'ont peut-être jamais entendu parler de sanction/punition. Paix immédiate, ça a vite fait d'être interprété en "grosse baffe" ou "au coin".

Dès que ça me tape sur le système, je punis ?

Non tu sanctionnes... non? Je suppose que le fait de "sanctionner un acte" empêche toute tentative de vengeance. Mais bon là c'est tellement spéculatif, si on parlait de la composition du brouillard je crois que ça ferait autant avancer la discussion.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement