Invité Noël KOLM

On Fait Une Boum ?

Recommended Posts

C'est-à-dire ? Qu'est-ce qui va de soi ?

C'est bien beau de dénoncer les activités inspirées de jeux télés mais encore faudrait-il le faire devant le public concerné.

En effet, je suis prête à parier que la plupart d'entre nous n'a jamais assisté à ce genre de jeux (tu peux penser qu'on est hypocrites, ça ne changera rien: ces jeux existent peut-être en colo mais alors ils sont sûrement mis en place par des animateurs en manque d'inspiration, qui ne viennent pas sur ce forum par conséquent ou bien ne prendraient pas la peine de lire tes avis).

Imaginons qu'un animateur anime un jeu "la roue de la fortune"

(je ne connais pas le principe mais le titre évoque la chance et l'argent donc à éviter)

Qui n'a pas fait son travail correctement ?

Le jeune animateur à qui on a demandé de trouver un jeu attractif sans lui donner de pistes ?

Le directeur qui n'a pas fait participer ses animateurs au projet pédagogique ?

S'il y a profusion d'activités inspirés de jeux télé comme tu sembles le penser, je crois que ça découlerait d'un problème peut-être plus préoccupant: le culte de l'animateur autonome.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Quentin,

Dans le dernier paragraphe de ton dernier post, tu évoques la situation des garçons qui, en parallèle avec ce que connaissent les filles lors de boums ou autres, connaissent quelques problèmes personnel dans leur relation avec ces dernières.

Je n'ai pas connaissance d'études relatives à ces situations, contrairement aux mécanismes d'hypersexualisation des fillettes étudiés par des services de pédo-psychiatrie citées , par exemple, dans ce long article du "Monde" cité l'an dernier. Eh oui, on ne sait pas tout! et je mesure mon ignorance... qui ne demande qu'à se combler car je suis curieux de tout.

J'avoues n'avoir pas été moi-même très sensibilisé à ces situations et si tu as quelques expériences ou connaissances dont tu pourrais nous faire part, je t'en remercierai d'avance.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Peu, il est vrai et il se passe plus d'énergie à résister à tout changement qu'à inventer du nouveau! C'est ça le sens du "ne rien faire"
En même temps, ne rien changer, c'est peut-être aussi ne rien changer à notre appréciation des enfants et des jeunes.

D'un côté il y a des choses accablantes, parce qu'on sait que voir un film porno à 10 ans, c'est plutôt mauvais pour la santé mentale à court terme, que suivre les codes dictés par la publicité, ce n'est pas forcément suivre son comportement humain naturel, etc.

D'un autre côté... vous avez vu "le ruban blanc" de Hanecke? Ou plus prosaïquement, euh, est-ce qu'on peut accepter aussi que la vie des jeunes aujourd'hui ne soit pas la même qu'il y a 20 ans?

Le jeune animateur à qui on a demandé de trouver un jeu attractif sans lui donner de pistes ?
Mais les animateurs ne sont pas les victimes des directeurs. L'animateur envoie une "lettre de motivation" et c'est lui qui fait la démarche d'aller vers le directeur, de proposer son service "animation". A un moment il faut aussi animer quand on est animateur, préparer, chercher des idées. La réunion sert à ça, à évaluer les places des uns et des autres : qui apporte des idées, qui régule le groupe, qui juge les propositions.

Le directeur qui n'a pas fait participer ses animateurs au projet pédagogique ?
Non, ça, c'est quelques directeurs qui ont peur de prendre des décisions. Moi je pense qu'avant de recruter on doit déjà savoir ce qu'on veut. On peut parler des modalités, mais pas des valeurs. Si mon équipe me demande subitement de faire du suractif, je refuserai et je me poserai des questions sur mon recrutement.

problème peut-être plus préoccupant: le culte de l'animateur autonome
Ça on est d'accord. Même si des gens supportent mieux que d'autres de bosser seul, je trouve que les bons animateurs sont toujours meilleurs à plusieurs. (et ça marche dans l'autre sens, les cons le sont encore plus à plusieurs)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Pour plus de lisibilité, merci de poursuivre les échanges sur la place de la télé en colo dans le sujet qui a été démarré il y a quelque temps. Cela évitera aux AnimNautes qui vous liront plus tard de devoir passer d'un sujet à l'autre pour garder le fil...

Par rapport à ton dernier message Noël, je tiens d'abord à dire que je reste méfiant par rapport au terme d'hypersexualisation. Il est récent (les premières occurences dans la presse française datent de 2005), les définitions varient beaucoup et son importation du Canada ne permet pas toujours de coller à des réalités plus européennes.

Il y a bien un phénomène, mais il me semble plus alimenté par des actions marketing que par des messages médiatiques. Aux Etats-Unis, Wal Mart a lancé récemment la ligne Geogirl pour les ados, composée de produits de beauté dont certains anti-âge. L'objectif, c'est bien de créer une angoisse autour du vieillissement et d'encourager la conso de ces produits dès le plus jeune âge pour s'assurer la fidélité de ces clientes quand elles seront plus grandes.

En France, il y a quand même un paquet de résistances culturelles à ce genre de choses. Si vous feuillez le catalogue de la Redoute et des 3 Suisses, vous ne trouverez pas de strings ni de soutien gorge rembourré. Il y a bien eu des tentatives de lancer des produits sur des segments cosmétiques et mode à destination des enfants mais la prudence reste vive. L'année dernière, Abercrombie Kids avait ainsi dû retirer de la vente des maillots de bain rembourrés sous la pression des consommateurs.

Reste tout l'univers ambiant où l'image du corps est sexualisée et auquel les enfants peuvent être sensibles pour se conformer à ce qu'on attend d'eux. Encore une fois, c'est à nous de réfléchir à nos actions, de sensibiliser les enfants, etc.

Concernant les garçons, je n'ai malheureusement pas d'étude à conseiller. Je n'en ai pas trouvé, alors qu'il y a toute une littérature pour le phénomène chez les filles. Je reste cependant convaincu que les garçons souffrent tout autant que les filles de certains messages. A la télé, on leur conseille d'être beaux, musclés et riches s'ils veulent plaire. Ce culte de la performance peut être particulièrement destructeur à un jeune âge. Il est à relier avec une angoisse énorme sur la performance sexuelle.

On incrimine aussi souvent le porno, responsable de véhiculer une image déformée de la sexualité et de valoriser les garçons comme dominants. On avance qu'il génère des comportements violents dans la sexualité des garçons. Internet et son accès facile aux images porno aurait déclenché tout cela (oubliant qu'avant, on se refilait au collège des cassettes VHS de pornos enregistrés en cachette sur Canal+). Le problème dont on parle peu, c'est que ça peut surtout générer un vrai mal être pour les garçons qui ne sentent pas à la hauteur et générer une perte d'estime de soi.

Si certains ont des données plus scientifiques, je suis preneur...

Quentin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Quentin,

En tout premier lieu, je pense en effet comme toi qu'il serait plus efficace d'évoquer dans leur forums les thèmes qui en ont un. C'est le cas de la télé. Comme il me semble que tu as des fonctions (modérateur ?) au niveau du présent site, peut-être pourrais-tu procéder aux corrections nécessaires et remettre là où elles doivent être les remarques relatives à la télé. Au passage, ça réactivera le forum, ce qui serait très opportun compte tenu qu'avec les J.O. personne n'osera dire qu'il n'a pas de récepteur dans sa colo et il sera intéressant de savoir comment sera traitée l'inévitable demande de télé de la part des enfants au-delà des J.O.

Il n'en reste pas moins que des confusions se font entre les thèmes boum, hypersexualisation et mini-miss... car ces thèmes ramènent en fait tous à la même problématique. La convergence des interventions le prouve mieux que si je l'avais, moi, affirmé. Et du côté des mini-miss, les choses bougent beaucoup. cf. la décision du Maire de Mios (Gironde) concernant la soirée initialement prévu sur sa commune... Les campings ou colos de sa région ont intérêt, dès cette année, à faire preuve de prudence pour ne pas contrevenir à une décision municipale. En outre, j'ai cru comprendre que d'autres positions du même genre se préparaient en Isère. Les temps changent et les erreurs finissent heureusement par se rectifier.

Bien entendu, l'évocation que tu fais de supposés problèmes rencontrés par les garçons ne saurait avoir pour effet d'éviter les réels problèmes rencontrés par les filles. Je préfère penser qu'il ne s'agit pas là d'un nième mécanisme d'évitement. Surtout que depuis le temps que j'aborde ces problèmes, je crois les avoir à peu près tous rencontré ces mécanimse d'évitement tant la manoeuvre, consciente ou non, est courante. Que ce soit de l'intervention des parents, de la "demande" des enfants ou des habitus, la chose n'est pas nouvelle.

Ce que tu cites concernant Wal Mart est connexe mais pas du même ordre: il n'est pas sur le registre de l'hypersexualisation mais sur celui des cosmétiques "santé". Rien à voir avec ce que j'avais cité l'an dernier de cette même chaîne qu'un ami prof à Princeton m'avait envoyé et qui débarque en France (sous-vêtements et maillots rembourrés, voire provoquants dès taille 6 ans) sauf, bien entendu, chez les vendeurs "bien-pensants".

Quand à l'intérêt que l'on porte à ces problèmes, il est beaucoup plus ancien que les références canadiennes que tu mentionne puisqu'au milieu des années 70 (1976) des recherche concernant les rapports entre mass-médias et délinquance juvénile les évoquait et l'émergence sérieuse des boums date des années 80 pour les ados et 90 pour les enfants. 40 ans de résistance et d'évitement qui devraient nous amener à nous questionner nous-mêmes sur les raisons qui amènent cette attitude, outre la tartufferie déjà connue dans le théatre classique "cachez ce sein que je ne saurai voir!"...( mais là, il y en avait un!)

Et si nous pouvions quitter ces prémices dilatoires, nous pourrions enfin aborder le problème pour de vrai: tous les ACM sont censés avoir un projet éducatif et un projet pédagogique. Quoi que je pense de ces textes qui, en fait, n'abordent pas la pédagogie, il parait quand même difficile que les boums ne soient pas mentionnées pouisque ces textes doivent décrire tout ce qui se passe. Et si elles le sont, comme toute activité, elles doivent l'être avec l'indication de ce qui les motive, de leur contenu et de leurs visées de leurs risques, etc.

A moins que l'on considère que les boums sont des "allant-de-soi" dont il est inutile de parler... comme si les rapports filles-garçons dans nos structures n'étaient pas existants... Or, et par exemple, pourquoi est-il prévu des intimités séparées (chambres et douches) alors que les boums (celles que j'ai déjà décrites, pas celles qui ne sont plus des boums et ont déjà évité le problème, on est bien d'accord) organisent une proximité avec la complicité de l'ombre? (par exemple tant il y a d'autres situations aussi ambigues, jeux télé, simulacres de mariage, miss et mister, etc.).

Ne serait-il pas plus sain de solliciter ceux qui ont déjà inscrit quelquechose au niveau de leurs projets pédagogiques de nous en parler? Et de solliciter ceux qui n'ont rien écrit sur ce sujet de nous parler de cette absence encore plus intéressante ?

Pour quoi y a t il des boums avec des enfants? car nul ne nie plus qu'il y en ait! Que vise-t-on? En quoi ceci doit -il être partie des activités des acteurs de l'Educatiuon Populaire? laquelle l'a longtemps écarté clairement avant de se taire.

Et si certains ont écarté ces pratiques au profit d'autres types de soirées, les raisons de cette évolution seraient intéressantes pour ceux qui ne l'ont pas encore fait, non ? Que les plus avancés fassent bénéficier les autres de leurs réflexions et de leurs expériences.

Ce site n'est-il pas un lieu d'échanges pour un enrichissement mutuel ?

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Remettre de l'ordre dans le forum? lol Dans une bibliothèque ou un article wikipedia, mais là... Les forums c'est le prologue du web 2.0, c'est vivant avec des vrais gens qui écrivent et qui ne font pas que répondre à tes exigences à toi.

Il n'en reste pas moins que des confusions se font entre les thèmes boum, hypersexualisation et mini-miss... car ces thèmes ramènent en fait tous à la même problématique.
Justement mettons-y de la diversité.

Hypersexualisation c'est une question de mœurs, d'ailleurs on écrit un peu comme des vieux réacs. Un peu de contradiction ne ferait pas de mal.

Mini-miss, serait-ce uniquement un truc de pervers? On pense à ça mais en fait il faudrait quand même parler des parents, qui inscrivent leurs enfants dans divers castings, pas seulement les concours de miss ou les agences de mannequinat. Les parents, les parents, les parents... Je trouve là-dessus que le problème n'est pas sexuel, mais que c'est plutôt une question relative à l'enfant roi, au désir de l'enfant parfait, à l'envie d'être admiré(e) pour son (ses) enfant(s).

Et au sujet de tes boums, le problème me semble plus relever du contrôle de la vie et du comportement des enfants et des jeunes (animateurs). Parce que si c'est juste une question pédagogique, t'inquiète pas y'en a bien qui trouveront des raisons, même sans y croire, pour s'autoriser à faire faire des boums aux enfants.

Moi-même les trucs que je trouve nazes (les animatrices qui encouragent les "bisous" des petits couples de 7-8 ans devant tout le monde...) je me demande aussi si ça serait pas moi qui devrais laisser faire. Sur ce cas je ne laisse pas faire, mais sur d'autres... moi qu'il y ait des couples d'enfants qui se forment spontanément, j'ai rien contre. Y'a des trucs que je trouve surprenants parce que je pensais pas que ça leur viendrait à l'esprit si jeunes, mais voilà, je constate, il y a aussi une part de spontané, dirait-on.

Bien entendu, l'évocation que tu fais de supposés problèmes rencontrés par les garçons
Supposés ouais, ben quand on s'intéresse au foot, on en entend des vertes et des pas mures. Dernièrement y'a deux joueurs de l'équipe de France qui "se sont peut-être embrassés" (sur le terrain après un but) ça a fait du bruit dans les chaumières des vieux cons, Giroud et Debuchy ont dû démentir illico. Ils n'ont pas le choix, ils savent que c'est un coup à arrêter sa carrière prématurément. Alors là ouais, je me demande bien quel message perçoivent les jeunes garçons de 6-10 ans qui ont des copains et pas de copines.

40 ans de résistance et d'évitement
Tu rigoles j'espère! Il n'y a que depuis deux ans (facebook et les smartphones) qu'internet n'est plus exclusivement traité comme le repère des nazis et des pervers.

Et la télé c'est un lieu commun de dire que ça déclenche la violence. On n'évite rien du tout. Les parents le disent sans le croire, nuance, parce que c'est bien eux qui mettent 4 télés par maison maintenant, et 3 consoles de jeux vidéos. Mais dans l'animation c'est plutôt le contraire, là encore on est aux temps réactionnaires...

Dans l'éducation populaire on est plutôt à fermer les yeux sur les jeux vidéo sous prétexte que tout serait à jeter, je pense d'ailleurs le contraire, les JV c'est bien quand on sait ce qu'on choisit. Idem pour la télé (sauf que là perso j'ai jamais vu de télé qui recevait, y'avait que du lecteur dvd).

Aujourd'hui les études sociologiques montrent un lien statistique entre la perte d'empathie des enfants/jeunes et le nombre de scènes violentes qu'ils observent chaque jour sur les écrans (télé et JV confondus) ; ce lien-là précisément n'est pas connu dans l'éducation populaire.

il parait quand même difficile que les boums ne soient pas mentionnées pouisque ces textes doivent décrire tout ce qui se passe
lol Ça c'est le projet de fonctionnement plutôt non? Je te dis ça parce qu'à moi il semblerait plus logique que le projet péda ne s'attarde pas sur des descriptions exhaustives des activités. Et ça je le dis parce que comme tu le sais je crois que le problème n'est pas celui des boums, mais celui du comportement des animateurs et du comportement des enfants.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En tout premier lieu, je pense en effet comme toi qu'il serait plus efficace d'évoquer dans leur forums les thèmes qui en ont un. C'est le cas de la télé. Comme il me semble que tu as des fonctions (modérateur ?) au niveau du présent site, peut-être pourrais-tu procéder aux corrections nécessaires et remettre là où elles doivent être les remarques relatives à la télé.

Je n'ignore pas que sur un forum, les échanges rebondissent très vite et s'éloignent peu à peu du sujet de départ. Je ne vais pas pour autant supprimer des bouts de messages pour les insérer dans un autre sujet de discussion, ça rendrait l'un et l'autre incompréhensible. C'était davantage un appel, pour l'avenir, à parler de la télé sur le fil consacré.

Au passage, ça réactivera le forum, ce qui serait très opportun compte tenu qu'avec les J.O. personne n'osera dire qu'il n'a pas de récepteur dans sa colo et il sera intéressant de savoir comment sera traitée l'inévitable demande de télé de la part des enfants au-delà des J.O.

Noël, avant de croire que tu es le dernier rempart en France contre l'intrusion de la télé en colo, renseigne-toi autour de tes confrères. Cette habitude de s'ériger en seul gardien de valeurs soit-disant oubliées, c'est fatigant... D'autres que toi se sont déjà saisi de ces problèmes et ont adopté un fonctionnement spécifique, peut-être proche du tien. C'est le cas pour la télé, pour les boums, etc.

Bien entendu, l'évocation que tu fais de supposés problèmes rencontrés par les garçons ne saurait avoir pour effet d'éviter les réels problèmes rencontrés par les filles. Je préfère penser qu'il ne s'agit pas là d'un nième mécanisme d'évitement.

S'ériger en contempteur des interventions sur le forum sans les lire, c'est problématique. Je n'ai pas évité le sujet, j'y ai déjà répondu. Mais tu ne m'as pas lu, comme tu ne lis pas les interventions précédentes, persuadé que tu es d'être le seul à être clairvoyant dans le fonctionnement des ACM aujourd'hui, les autres n'étant que des moutons perdus.

Ce que tu cites concernant Wal Mart est connexe mais pas du même ordre: il n'est pas sur le registre de l'hypersexualisation mais sur celui des cosmétiques "santé". Rien à voir avec ce que j'avais cité l'an dernier de cette même chaîne qu'un ami prof à Princeton m'avait envoyé et qui débarque en France (sous-vêtements et maillots rembourrés, voire provoquants dès taille 6 ans) sauf, bien entendu, chez les vendeurs "bien-pensants".

Rien à voir, pas si sûr... Il y a bien une tendance au raccourcissement du temps de l'enfance, qui s'exprime sous des formes variées : début de la puberté plus précoce chez certains enfants, notamment pour des raisons endocrinologiques liées à notre mode de vie et notre exposition aux polluants ; pression de la performance chez des enfants à qui l'on réduit les plages et de jeu et d'imaginaire ; etc. L'arrivée de ces produits cosmétiques surfe sur cette même vague, qui voit les enfants se comporter en adultes miniatures, dotés de leur trousse de toilette complète. Il y a chez certains adultes un plaisir étrange à les voir se comporter en petits adultes, une fierté peut-être à les voir adopter des codes de grands (sauf qu'ils n'en jouent pas). En réduisant l'enfant à un adulte miniature, ce n'est pas étonnant qu'on l'amène ensuite à défiler sur des podiums comme les grands...

Quentin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En même temps, de quelle "enfance" parle-t-on?

Celle avec plein de vacances et des jeux à la campagne chez les grands-parents?

Celle avant la révolution industrielle où les enfants travaillaient avec leurs parents aux champs ou à la maison?

Celle de la révolution industrielle où les enfants travaillaient avec leurs parents dans les usines?

Celle des écoles non mixtes?

Et justement je ne pense pas qu'on puisse réduire ça au fait de considérer l'enfant comme un adulte miniature. D'autant plus qu'il y aurait de nombreuses interprétations.

Autrefois l'adulte miniature, c'était une miniature jusqu'au jour où il devient un grand, un homme/une femme, selon le mode de vie d'alors. Aujourd'hui les sciences humaines ont inventé toutes sortes de périodes (préadolescence, adolescence...).

Il me semble que l'adulte miniature dont on parle ici serait plutôt l'enfant désiré sur lequel on projette une multitude d'aspirations, de sentiments, etc. qui ne sont pas les siens mais les nôtres.

Ainsi l'adulte miniature autrefois était un parasite jusqu'à ce qu'il sache se prendre en charge, et l'adulte miniature aujourd'hui est l'enfant rêvé et adoré, le faire-valoir de ses parents sur lequel reposent des attentes qui ne sont pas forcément de son âge.

pression de la performance chez des enfants à qui l'on réduit les plages et de jeu et d'imaginaire
Oui ça je le pense aussi ; je pense que les enfants ont moins le temps de "s'ennuyer ensemble", et que c'est peut-être un problème. En tout cas ils sont sollicités de partout, un enfant ça consomme, des cours des leçons des jeux de la télé du réseau social de la radio du cinéma de la musique...

Il y a chez certains adultes un plaisir étrange à les voir se comporter en petits adultes, une fierté peut-être à les voir adopter des codes de grands (sauf qu'ils n'en jouent pas)
C'est de la néoténie, vous croyez? :idiot: (biologiquement ça m'étonnerait, mais socialement?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Hier soir, une animatrice (qui n'a pas l'habitude de travailler avec moi) a trouvé le moyen de dire qu'elle estimait que les boums avaient un caractère éducatif car elles offraient aux enfants la possibilité d'apprendre à draguer!!!!!!!

Les bas m'en tombent.

Quelle profondeur doivent avoir les racines de cette "activité" pour que ses défenseurs soient si acharnés.

Peut-être pourrait-on espérer qu'un jour ils puissent faire la lumière sur leurs basses motivations. (basses dans le sens d'en bas, bien entendu) et que l'on fiche la paix aux enfants avec ces sollicitations d'hypersexualisation précoce, laissant les boums aux adolescents qui en ont l'êge.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les bas m'en tombent.

Ce lapsus est-il révélateur Noël :) ?

Je crois que j'ai de la lecture avec ce sujet avant de pouvoir y répondre de manière adaptée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour répondre aux deux derniers posts on en revient au même problème ado/parents, on a envie d'être plus considérés comme des adultes mais la limite est faible et dépend de l'évolution de chacun. Peut être que toi Léa tu l'as bien vécue mais d'autres n'ont peut être pas vu ça pareil.

Après je suis d'accord avec toi, moi aussi ayant fait beaucoup de colos j'attendais les boums avec beaucoup d'impatience. On parle beaucoup de l'aspect pédagogique mais entre la vie en collectivité et les relations filles/garçons les colos ne sont pas non plus un bon moyen d'évolution ? Il y a une certaine pression à partir de 13 ans ( peut être même plus tôt ) face à ces relations, t'es pas dans le coup si t'as jamais embrassé, si tu sais pas embrasser. C'est les jeunes qui se mettent tout seul cette pression au collège et les colos peuvent les aider.

Je parle personnellement, mes premières expériences avec des garçons ( je parle pas du tout sexuel ) ont été en colos car le contexte aide et ça m'a beaucoup aidé à grandir et à évoluer.

La société insite de plus en plus cela c'est sur mais sommes nous obligés de surproteger les enfants de ça ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Gardes bien en tête que nous n'avons pas à nous immiscer dans la vie sexuelle des enfants, et encore moins à en provoquer l'émergence.

Que si TOUS les êtres sexués sont sujets à des pulsions de reproduction (sinon ils oublieraient de se reproduire et auraient déjà disparu de la terre), les humains font différemment: la sexualité est en latence jusqu'à l'adolescence et doit se découvrir lentement depuis que l'adolescnce a été créée (avant, avec la puberté on devenait directement adulte et reproducteur, ce qui est encore le cas dans bien des sociétés de civilisation différente de la nôtre).

Or toutes les fonctions vitales sans lesquelles notre espèce ne serait pas là sont accompagnées de plaisir qui assure que l'on va les satisfaire: manger, sentir, baiser, etc. Mais tout doit être régulé au risque de problèmes majeurs. Or l'adolescence est une période où le plaisir de la pulsion est là mais la satisfaction de la pulsion interdite... Pas facile, hein.

Ce qui entraine immédiatement qu'avant l'adolescnce, nous ne devons pas entrer du tout dans des vies sexuées... quelque soit de fait la pression exercée en particulier par la sté marchande et par les imbéciles qui demandent aux enfants "t'as un amoureux?" l'obligeant ainsi à en avoir...

En conséquences, toutes activités impliquant des caractères sexuels doivent être hors de notre champ d'intervention. Boums, concours de mini-miss, défilés de mlode et autres "activités" de la même trempe.

Avec des adolescents, il faut inventer et trouver des activités sexuées et non sexuelles.

Relis les très nombreuses interventions sur les thème boum et hypersexualisation précoce. Ces 2 thèmes sont en fait du même acabi.

ET fais bien attention à ce que tu fais dans un domaine où on ne maîtrise pas grand'chose mais où les déviances diverses et surtout les abus sont nombreux.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nom

Non mais moi je pense que tu devrais publier ton projet péda sur ce thème, Babouh. Et faire la com' de ta colo sur ce sujet aussi.

"apprendre aux préados à embrasser", "favoriser les relations de couples éphémères"

Pour la com aux parents, je te propose :

"déniaisez vos enfants"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nom

Par contre tu fais comment pour t'assurer que ça marche? Tu montes une cellule d'aide dans une petite salle à côté?

Et surtout comment tu fais avec les moches? Ou avec ceux pour qui tout est perdu? A te lire on sent que c'est surtout eux que tu souhaites aider. Mais dans les boums moi je vois plutôt des anims qui se concentrent sur les deux ou trois couples qui se forment, et qui laissent de côté les 95 autres enfants/préados.

Et comment tu gères pour ceux qui se découvrent des penchants homos?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je dit pas du tout de les inciter à faire ça, au contraire mais il ne faut pas non plus nier que c'est dans notre société, comme Noël disait avec la question " t'as un amoureux ? ". Et ils ont pas besoin de nous pour être entrainé dans cela mais bon il faut pas non plus tomber dans la paranoïa et tout voir comme une invitation aux relations hommes/femmes . Ce que je veux dire c'est que ça me choque pas que des couples se forment en colo et qu'il y ai des boums, c'est aussi une partie de l'apprentissage de la vie et je pense que ça peut leur permettre d'évoluer, dans le bon ou dans le mauvais sens mais ça on ne peut pas y echaper

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Hé bien, quand je vois une boum, moi ça me choque. Et gravement.

Mais sans doute n'y voyons-nous pas la même chose.

Relis mes nombreuses notes: crois-tu que ce délégué de C.E.? dont j'ai parlé voit bien la même chose que toi quand il déclare "on dirait de vraies petites femmes!"

Comprenons-nous bien: poser à un enfant la question "t'as un amoureux" revient à plusieurs choses: d'abord à dire que c'est niormal et même obligatoire. Que sans doute s'il n'en a pas c'est que quelquechose lui manque. C'est une insuppportable pression sur un enfant. C'est un grave manque de respect de son évolution. etc... Qu'il ait un amoureux à l'adolescence, oui. Ne mélangeaons pas tout. Un peu de connaissances de psycho aide quelquefois... Mais pas celle des journaux et magazines.

Instaurer une boum dont les buts sont de jouer à faire comme les grands mais sans pouvoir aller jusuq'au bout, c'est une incitation à avoir avant l'heure des rapports sans terme, sans finalité !!! Générer des envies avant l'heure et en interdire la satisfaction. T'as juste le droit de faire comme les grands, mais pour de faux. Faut-il être pervers...

Pire encore, en fait t'as l'obligation de faire comme les grands car sinon t'es pas dans le coup. Et qui va voir cela dans la tête d'un enfant qui n'en n'a pas du tout envie mais que les circonstances obligent à ... Et qui va soutenir la fillette un peu boulotte qui ne sera jamais choisie sur des critères de séduction alors qu'elle n'est pas du tout dans ces problèmes.

Pourquoi veux-tu faire subir à des enfants tes problématiques d'adulte?? Laisse - les tranquiilles avec leurs problèmes d'enfant.

Parceque beaucoup d'adultes ne voient pas et ne comprenent pas ce qu'ils font faire aux enfants, pour des cas extrèmes comme les concours de mini-miss il faut en passer par une interdiction. Faudra-t-il faire de même pour les boums.

En vérité: si les boums plaisent par certains côtés aux enfants c'est parcequ'ils ont un besoin naturel de danser. Or parceque les animateurs ne savent pas faire autre chose en matière de danse que ce qui se fait dans les boites, ils pensent avoir rempli leur rôle avec des imitations de boîtes. Ignorants qu'ils sont de danses qui conviendraient aux enfants et qui soient basées sur autre chose que la sexualisation et la séduction. Le problème des boums c'est l'ignorance de besoins des enfants, et des réponses à y apporter.

Dans l'association dans laquelle j'évolue, nous pratiquons d'autres danses et nos veillées de danses pour enfants sont endiablées et redemandées. Mais il s'agit bien de danses pour enfants et pas de danses pour adultes en réduction.

Non. Nous n'avons pas à plaquer nos problématiques sur les enfants et nous n'avons pas à tricher avec eux en affirmant sanbs nuance et sans clairvoyance que les boums c'est bon pour les enfants.

S'il vous plait, ne volez pas leur enfance aux enfants. Ce n'est pas ça l'animation.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité nom

Ah tu ne veux pas les inciter en fait?

Coquine!

Pour pouvoir dire qu'ils ne sont pas dans le coup il faut justement organiser ce genre de boum à la con. Pas de boum pas de pression sociale pas de nécessité d'agir contre nature quand on a 10 ans. Les amours se feront et se déferont naturellement avec ou sans boum.

Moralité la colo est une liberté la boum est une contrainte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Nous sommes bien d'accord: lorsqu'elles sont naturelles, spontanées et libres, les amours ont la beauté de la nature.

Lorsqu'elles sont obligées, elles ne peuvent qu'être à l'origine de problèmes qui resteront toute une vie.

J'aime bien ta dernière phrase que je te propose de compléter comme suit: la colo permet de se détacher des pressions diverses et parcequ'elle est fermée, peut être un espace de liberté. La boum est une contrainte.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

J'ajouterai que les amours enfantines spontanées, nous devons les respecter. C'est à dire ni les interdire, ni les inciter.

Car chacun évolue à son rythme et que pour une fois qu'il n'y a pas de programme, ces rythmes individuels doivent être respecté, comme aussi les diverses voies que certains explorent: outre qu'il n'est pas certain qu'elles nous regardent, gardons-nous bien de nous immiscer dans les intimités enfantines. (Je reconnais que les termes sont scabreux... pour qui veut les voir ainsi).

Les modèles et stéréotypes nécessaires à la formation de chacun sont assez courants dans les histoires et contes pour enfants. Il est inutile (et maladroit) d'en ajouter.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

au contraire mais il ne faut pas non plus nier que c'est dans notre société
J'aurais pas dit ça comme ça. En fait cet argument est aussi utilisé par ceux qui estiment qu'il faut être brutal avec les enfants : la société est violente alors il ne faut pas les surprotéger"...

On n'a pas à les protéger de l'amour. :P

En revanche, est-ce qu'on doit rester sans réagir face à la société des apparences et du superficiel? En ce qui me concerne, sûrement pas, puisque j'estime que ça participe à un appauvrissement culturel généralisé de la société et à une barbarisation des relations humaines.

L'important ce sont les relations, pas les apparences. La boum dont tu parles c'est de la mise en scène, des apparences. Pas sûr que les enfants qui s'aiment cherchent réellement à se taper l'affiche à la boum, ça dépend de chacun.

c'est aussi une partie de l'apprentissage de la vie et je pense que ça peut leur permettre d'évoluer, dans le bon ou dans le mauvais sens mais ça on ne peut pas y echaper
Echapper au culte des apparences c'est tout à fait possible et je le conseille. Pour les ados c'est plus difficile, c'est eux qui sont le plus visés, c'est eux qui ressentent le plus le besoin physique d'appartenir à un groupe, d'être "normal" (= d'être comme les autres) etc. Alors là je sèche à moitié, mais à mon sens, ceux qui ont une éducation morale consistante durant l'enfance sont moins soumis aux contraintes externes de normalité. Organiser des boums où il faut se soumettre aux contraintes externes, j'appelle pas ça une éducation morale moi. D'ailleurs entre ça et certaines pratiques de bizutage ou certaines pratiques sectaires il n'y a qu'un pas qu'il est aisé de franchir sans s'en rendre compte.

Mais évidemment à 18 ans on n'est pas dans le même état d'esprit qu'à 40 ans... Il arrive parfois que la dynamique de groupe entraine les individus dans des comportements dingues. J'ai connu quelqu'un qui a arrêté le métier après que toute l'équipe ait été accusée par plusieurs parents... plainte, circuit judiciaire, interrogatoires, jugement et interdiction d'animer à nouveau.

Quant aux autres relations, qu'elles soient amoureuses ou pas, il faudrait quand même pas perdre de vue que l'animation consiste globalement à faire du lien social. On réunit les gens, on les divertit, on peut même organiser éducation, brassage culturel etc. C'est tout on n'a pas à se mêler de si les gens s'aiment ou pas (et ils s'aimeront t'inquiète pas).

J'ai assisté à ça cet été, quelle plaie... Les ados se sont tirés de la boum pour causer entre eux (donc en fait c'était pas la boum qui les intéressait mais l'absence d'animateurs) et les enfants venaient voir leurs anims pour leur dire qu'ils s'ennuyaient. Alors ça oui, ça c'est vraiment une animation de merde.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Jean, je suis assez étonné, mais ravi de ta réponse.

Avec des angles d'approche qui peuvent être différents, il semble que l'on arrive aux mêmes conclusions.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Anne

Ce qui est génant c'est que parfois cette ' activité' figure sur le document de présentation du séjour, mettant devant le fait accompli le directeur, sinon les parents réclament!

Il m'est arrivé de faire eds séjours avec des ADOS et de ne pas organiser de bomm car cela ne leur plaisait pas!La bomm remplace ed plus en plus les fêtes de fin de séjour. maintenat si l'activité est préparée, organisée cela est acceptable mais combien de booms ressemble à un groupe de jeunes dans une piéce avec ed la musique ou beaucoup font tapisserie, d'autres s'éclipsent discrétement,d'autres passent leur temps à boire des sirops ou autres sodas ou manger les gateaux et bonbons préparés pour l'occasion!

Bien d'accord, je me suis retrouvée confrontée à cela en juillet avec Echanges et Découvertes, avec la tranche d'âge des... 4-10 ans. oui, oui, vous avez bien lu, dans le programme des 4-6 ans il y avait écrit "boom".

Avec des animateurs compétents on peut contourner l'obstacle en s'appuyant sur le thème ; en l'occurence, nous avons fait une boom de pirates (reconvertis en protecteurs de la nature nos pirates, eh oh) plutôt réussie, mais sur la première semaine, j'ai du me batailler dur avec des anims ados qui ne voyaient aucun inconvénient à passer leurs tubes préférés... L'enjeu pour moi d'une colo est de permettre aux enfants de vivre un temps privilégié de leur enfance... dans une bulle, d'une certaine façon, loin du consumérisme et des valeurs de notre télé-réalité-publicité... Sauf qu'aujourd'hui beaucoup d'animateurs (voire des directeurs) sont dans ce moule et ne voient plus aucun inconvénient à vanter les mérites des Mac Do et autres jeux d'argent... Si boom il doit y avoir (et là je n'avais pas le choix), c'est donc une veillée musicale avec des musiques pour enfants (et il y a pléthore !) et des jeux. Les enfants diront boom et nous on saura bien que ce n'en est pas une...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Bienvenue au club!... des sans-boum

Une de plus de libérée de cette chappe de plomb conformiste.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement