Mistral

Accueil Des Enfants

Recommended Posts

Invité Noël

J'avoue mon étonnement de voir un si faible intérêt pour une telle question.

En effet, si avec des grands venus pratiquer une activité précise l'attente de cette activité domine tout et l'urgence est de démarrer, le problème est bien différent avec des petits:

Lorsque des enfants jeunes arrivent quelque part, il est courant de voir une petite angoisse paraître.

Questionnés sur cette émotion, certains enfants déclarent que leur maman leur manque. D'autres restent coi.

Devant ce désarroi qu'ils ne comprennent pas, certains animateurs tentent de détourner l'esprit encore lié au confort du passé par quelque clownerie importées du club Med.

Pourtant, les premiers moments sont bigrement importants et on peut même dire qu'ils sont cruciaux pour la suite du séjour.

Les expériences de chacun sont bienvenues et méritent que leurs auteurs fassent l'effort d'en parler. Réussites ou erreurs, pour les refaire ou les éviter.

Aidons-nous les uns les autres... entre praticiens collés aux réalités.

A bientôt.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je regrette que ces sujets lors desquels nous invitons les forumeurs à partager leurs expériences soient si peu actifs.

Sans doute les habitudés du forum sont trop peu nombreux en comparaison de ceux qui viennent ponctuellement pour demander de l'aide sur une activité. Ca en dit sans doute plus long que de nombreux discours sur la vérité du monde de l'animation.

Quoi qu'il en soit, sur ces temps, j'ai pu voir des aberrations : un collègue qui, pour réconforter un enfant de 4 ans, triste de quitter sa maman, lui disait "tu vas passer la semaine à chercher Bozo le monstre". Imaginez la tête de l'enfant qu'on séparait sans doute pour la première fois de sa maman en lui disant que des monstres rôdaient dans le centre...

A titre personnel, je fonctionne de la façon suivante : lorsqu'un enfant est amené pour la première fois par ses parents (ça demande une bonne organisation pour le savoir au préalable), j'essaye de voir ceux-ci en même temps que l'enfant. C'est tout simple. Et ça peut paraître tout bête. Et on parle. Vingt secondes si les parents n'ont que ce temps-là à accorder, mais souvent, ils sont plus curieux. Et voyant qu'un contact s'instaure, contact auquel il prend part, et est consulté sur ses envies, ses habitudes etc..., l'enfant, c'est ainsi que je l'explique, sent la relative sérénité sur le visage de ses parents à l'idée de le confier, et se sent d'emblée dans un climat plus serein.

Lorsque je n'ai pas pu être assez rapide, ou qu'un collègue s'en est chargé, ou encore qu'un enfant a un coup de blues bien qu'il ne vienne pas pour la première fois (ce qui arrive aussi), j'essaye de comprendre pourquoi. En lui parlant, en échangeant. Eventuellement en lui proposant le partage d'un temps autour d'une activité qu'il choisit. Jamais en lui donnant le programme des "réjouissances" de la journée, qui ne risque qu'une chose : lui faire croire que la journée, au vu du nombre de choses proposées, sera longue !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Cesco,

Merci d'avoir relancé ce sujet. L'accueil est capital et il existe des façons bien différentes de l'organiser. Parfois, c'est réfléchi... parfois, c'est tout l'inverse.

Je ne suis pas partisan des animateurs déguisés le premier jour, plongeant les enfants dans une histoire dès les premiers instants. Pour entrer dans une histoire, il faut y être disposé, or l'angoisse du premier jour n'y aide pas. Je préfère de loin des accueils simples mais réfléchis.

Tout d'abord, même si ça semble une évidence, il me semble important d'accueillir autant les enfants que les parents. Et pourtant, j'ai déjà assisté à des visites de centres où les animateurs du séjour ne s'adressaient qu'aux parents, oubliant que c'était les enfants qui allaient y vivre... Je veille donc à m'adresser directement aux enfants. Quelques questions très simples posées aux enfants où il suffit juste de décocher un "oui" ou un "non", c'est un premier pas facile pour que la communication s'amorce. Certains enfants se lancent facilement dans des grandes phrases, d'autres se réfugient derrière un seul mot. Mais le dialogue est là.

Je suis parfois perçu comme un fou, mais je m'astreins à connaître par coeur le prénom de tous les enfants avant leur arrivée, en regardant les photos sur les dossiers d'inscription. Cela fait partie intégrante de l'accueil. Il n'y a rien de plus terrible que cet anonymat où, dans les 24 premières heures, un enfant se résume à être "toi avec le tee-shirt vert" ou "toi à côté de l'arbre" : être appelé par son prénom, c'est exister, point.

Concernant la visite du centre, elle a deux objectifs : lever les contigences matérielles et projeter dans la suite du séjour. L'emplacement des WC a autant d'importance que la découverte d'une salle d'activité. Savoir où on va dormir, où on va manger, c'est essentiel. Débarrassés de ces questions, les enfants peuvent entrer dans un séjour. La visite du centre doit aussi permettre de découvrir tout ce qu'il va être possible de faire pendant la colo. Présenter le matériel, proposer de manipuler, découvrir des créations terminées... Le tout en libre service et bien agencé pour donner envie et déjà susciter des idées d'activités.

Enfin, le repas du premier soir est très important. Avec le cuistot, je fais attention à proposer un repas classique apprécié des enfants. Ca va peut-être faire hurler, mais je suis un adepte du cordon bleu-pâtes le premier soir. Pour une raison toute simple : les enfants ont déjà vécu pas mal de changements par rapport au fonctionnement qu'ils connaissent chez eux, il est donc important de retrouver aussi à la colo des choses "comme à la maison". Le cordon bleu-pâtes, je le range dans ce registre. Père Dodu, il aide à une transition en douceur.

D'accord avec toi sur le programme de la journée : l'accueil des enfants, c'est distiller les bonnes infos au bon moment, pas les bombarder de trucs qui les dépassent et qu'ils ne retiendront pas. Attention donc à ne pas trop en dire et à se concentrer sur l'essentiel.

Quentin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Je ne peux que suivre Quentin dans sa proposition de façon d'être pour vivre les choses naturellement et simplement. Et surtout sur un point que tu as bien raison de mettre en exergue: il faut au plus vite connaître les noms des enfants ... et qu'ils connaissent les nôtres. "Toi, là-bas, avec un pull rouge"! ou "Madame ou Maîtresse"! ne sont pas des personnes.

J'ai l'habitude de dire aux anim:

quand un enfant arrive: "bonjour, comment t'appelles-tu? Moi je m'appelle Machin.

La relation personnelle existe tout de suite et... il me connait et même... me reconnait. Je suis quelqu'un.

Oui Quentin, bien d'accord avec toi.

Les jeux et rituels divers, c'est pour quand on est rassuré et tranquille et plutôt pour les adultes. C'est parfait au club Med pour marquer comme une porte qu'on passe invitant à laisser derrière les soucis de la vie. Mais eux ne s'occupent pas d'enfants qui viennent de quitter Maman.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Tout d'abord, je me permet de prendre la défense des animateurs du forum: c'est difficile de devenir un habitué lorsque l'on sait que chaque discussion -même lorsqu'elle est postée à l'attention des anims ou des parents- va fatalement finir par un débat idéologique de théories d'éducation, bien éloignées de nos problèmes pratiques d'animateurs.

Sur cette question-ci, j'avoue que j'aurais bien été en peine d'y répondre puisque je n'ai jamais entendu parler de séjour où l'enfant arrive directement sur le campement (à moins qu'il ne s'agisse d'un terme belge ou quebecquois ?).

Je vais donc répondre pour n'importe quel séjour: ça dépend.

Eh oui, personnellement je suis dans l'impossibilité de préparer à l'avance l'accueil d'un enfant.

Cela va dépendre du lieu (gare, centre-aéré, aéroport, centre fixe, bus de séjour),

de l'accompagnement (seul, avec ses parents, avec un grand frère ou une grande soeur qui part sur un autre séjour,...)

s'il a déjà fait ce séjour,

si je l'ai rencontré au moment de l'inscription,

si j'ai déjà discuté avec ses parents mais que je le vois pour la première fois,

et surtout si l'enfant est prêt à discuter, à rencontrer tout de suite les autres enfants

ou s'il préfère lire en attendant le début officiel du séjour...

En 6 ans d'animation, une seule directrice m'a donné la liste d'enfants et pourtant je la demande avant chaque séjour, sans grand espoir. Ce fut une liste de noms et prénoms avec date de naissance, sans photo ni indications médicales.

Ca m'a quand même aidé pour la préparation des activités puisque je savais l'effectif total et l'âge des enfants.

Mais il est clair que pour l'accueil, les directeurs sont bien mieux informés que nous.

Une fois que tous les enfants sont au centre, encore une fois ça dépend des circonstances.

Si on est en centre fixe, au début de matinée ou d'après-midi on commence par présenter l'équipe d'animation puis on fait un tour des prénoms et on enchaîne avec un lucky-luke (jeu de mémorisation des prénoms).

Une fois l'ambiance bien détendue, ils sont prêts à partir à la découverte du centre grâce à une "chasse au trésor" (pas la peine de connaître les locaux au préalable, il suffit de disperser les indices avant l'arrivée des enfants ou pendant le lucky-luke si on est arrivés en même temps). Je pense que cette activité est nécessaire car ça permet aux jeunes nouer contact et de savoir grosso modo avec qui ils se sentent à l'aise puisque l'attribution des chambres arrive à la fin du jeu. Après c'est le temps pour eux d'installer leurs affaires et d'apprendre à se connaître sans anim sur le dos.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

chaque discussion -même lorsqu'elle est postée à l'attention des anims ou des parents- va fatalement finir par un débat idéologique de théories d'éducation, bien éloignées de nos problèmes pratiques d'animateurs.

Au contraire, en tant qu'animateur, dès lors que tu agis, tu le fais avec ce que tu es.

Il est donc nécessaire d'avoir, au préalable, déterminé quel type d'animateur tu es et d'y avoir réfléchi.

Le but de ce type de forums ne devrait pas être de répondre à des "help, j'ai un thème "Contes" pour la semaine avec des 3-6, que puis-je mettre en place ?". Mais plutôt de permettre à chaque animateur de confronter sa vision à celle des autres. Pour affiner sa position. Et à ce petit jeu là, tout le monde est le bienvenu.

S'agissant de ton propos, il est évident que si tu n'as pas la liste des enfants, tu ne peux pas apprendre leurs noms.

Je pense qu'on est néanmoins tous d'accords pour dire qu'il faut que cette période où Michael est "l'enfant au manteau rouge" soit la plus courte possible.

Apprendre le nom des enfants par rapport au trombi est une excellente manière, à défaut, en trouver d'autres (un contact et une présentation informelle).

Par contre, qu'entends-tu par "début officiel du séjour" ? Que l'enfant qui arrive au centre mais qui lit n'est pas encore dans le séjour ? Que le séjour ne démarre que lorsque les animateurs prennent les choses au main ? Quid des temps entre-enfants pourtant essentiels à l'évolution de ceux-ci ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mistral est animatrice au Québec il me semble.

Je ne suis pas partisan des animateurs déguisés le premier jour, plongeant les enfants dans une histoire dès les premiers instants
Idem. Plus c'est simple et plus c'est accessible.

proposer un repas classique apprécié des enfants
Ah ouais bonne idée.

Les jeux et rituels divers, c'est pour quand on est rassuré et tranquille et plutôt pour les adultes
Ah oui tout à fait! Les jeux qui seraient faits "pour se connaitre" et qu'on fait en grands groupes... l'impossible dès la première heure. Ou les affiches où on écrit des règles... brrr des souvenirs si ennuyeux...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ou les affiches où on écrit des règles... brrr des souvenirs si ennuyeux...

Et pourtant, la pratique a toujours cours... Avec toujours les mêmes propositions convenues des enfants lors de l'élaboration des règles, débitant ce que l'adulte attend d'eux : on ne court pas dans les couloirs, on ne crie pas dans le centre, etc. Pauvres enfants... et pauvres anims qui auront le sentiment que ces enfants savent parfaitement s'intégrer en société alors qu'il ne s'agit que d'un conformisme évident !

Je privilégie une autre approche lors de l'accueil le premier jour : il s'agit de mettre en avant les possibilités offertes par chaque lieu dans le centre. Il s'agit de dire ce que l'on peut y faire : telle salle est destinée au bricolage, telle autre est consacrée aux spectacles... à travers un affichage et un aménagement attrayant. La question des règles d'utilisation de chaque salle ne vient qu'après, au fur et à mesure du séjour, lorsque des problèmes se posent. On en discute avec les enfants (parfois, ce sont mêmes eux qui abordent le sujet) et on trouve des solutions en s'appuyant sur des choses concrètes, sur leur quotidien.

J'ai toujours trouvé terrible que les règles de vie soient posées le premier jour de façon si formelle. On ne peut pas s'y prendre autrement si l'on veut casser net l'enthousiasme des enfants à partir en colo... Je suis content de partir, mais voici tout ce que je ne devrai pas faire à la colo et voilà ce que je risque si je ne fais pas bien... Un tel concept de départ ne peut que rebuter l'enfant, même si c'est juste inconscient.

Quentin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi tout dépend si je suis de service pour les autobus où si je suis directement sur le site du camp.

La plupart des enfants des enfants qui viennent en camp de vacances où en camp de jour sont déjà venus visités l'endroit soit lors des inscriptions ou de la journée porte ouverte.

Si je suis sur le site du camp, je m'arrange pour faire un accueil personnalisé à chaque campeur de mon groupe. Je m'arrange pour avoir ma liste la veille de la première journée comme ça j'ai le temps d'apprendre le nom de chaque enfant en plus d'en savoir plus avec les informations que je reçois.

Le premier soir quand les enfants arrivent nous laissons les parents rester entre vingt et vingt-cinq minutes pour que l'enfant se sente en confiance avec nous et sécurisé le parent. Par la suite, j'emmène mon groupe au dortoir pour défaire les bagages, par la suite je leur fait faire le tour du site rapidement, nous allons au feu de camp où la collation est servit et finalement les enfants vont se coucher

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour à tous,

Ce sujet m'intéresse aussi beaucoup...

En 6 ans d'animation, une seule directrice m'a donné la liste d'enfants et pourtant je la demande avant chaque séjour, sans grand espoir.

Je ne comprends pas pourquoi tes directeurs refusent de te donner les listes des enfants. Quels arguments avancent-ils ?

Je suis d'accord avec ce qui a été dit, je trouve qu'il est fondamental de pouvoir appeler un enfant par son prénom le plus rapidement possible. Comme Quentin, j'apprends tous les prénoms des enfants avant le séjour. Quand j'étais animatrice, étant donné que je n'avais pas les photos à l'avance, je mettais les noms sur les visages au moment du convoyage.

J'ai testé un nouveau système cet été : les animateurs étaient chargés de téléphoner aux enfants et aux parents avant le séjour. C'est un mode de fonctionnement qui nous a permis de préparer l'accueil des enfants, et j'y ai vu plusieurs avantages.

D'un point de vue purement technique, il permet de combler les trous des fiches sanitaires ("ah oui, on a oublié de noter sur la fiche que mon fil a une allergie au lactose", "il va falloir amener ma fille au milieu du séjour chez un médecin pour lui retirer ses points de suture", "Mon fil est somnambule, ça lui arrive de sortir la nuit", etc.).

D'une manière plus générale, c'est l'occasion de rassurer les enfants ("non ne t'inquiète pas, on est là depuis plusieurs jours et on n'a vu aucune libellule jusqu'à présent", "tu pourras être avec ta soeur pour dormir si tu en as envie"), de leur demander ce qu'ils attendent de la colo et ce qu'ils aimeraient faire ("j'adore la thèque, on pourra en faire une ?", "je suis passionnée de théâtre, on pourra faire des spectacles ?", "je sais faire des cookies, est-ce qu'il y aura des anniversaires pendant la colo ?"), et même ce qu'ils ont envie de manger ("des pâââââtes carboooooooo").

Certains enfants sont très bavards au téléphone, d'autres beaucoup moins, mais peu importe. Même si certains sont un peu timides pour parler au téléphone avec un(e) animateur(trice) qu'ils ne connaissent pas encore, ils auront au moins entendu un prénom, une petite description des lieux ("il y a un grand terrain pour faire des jeux extérieurs à côté des salles activités), et quelques indications rassurantes.

Au moment de la première rencontre entre les animateurs et les enfants, on entend des remarques du type "ah oui, c'est ce que tu m'avais dit au téléphone !", "alors la thèque, on l'a fait quand ?", "toujours pas de libellule ? Ouf !". Ils se souviennent de ce premier contact téléphonique, et je pense qu'il a été important pour eux.

Quant à l'accueil en lui-même, tout comme filleanormale, je n'ai pas vu beaucoup de séjours où l'accueil se fait directement sur le centre. J'ai l'habitude de fonctionner avec des convoyages, et donc des prises en charge depuis une gare/un parking/un aéroport. Dans ces cas-là, ma solution pour que le départ se fasse en douceur, est de donner un rendez-vous aux animateurs bien avant les familles, pour que l'équipe ait le temps d'aménager un peu les lieux, d'installer la zone d'accueil, et de donner rendez-vous aux familles un bon moment avant le départ du train (c'est du temps pour discuter avec les parents, ça laisse un peu de temps aux enfants pour commencer à parler aux autres tout en ayant une présence rassurante des parents pas trop loin, etc.). Ce n'est peut-être pas l’accueil parfait (et c'est vrai qu'un accueil directement sur le centre a beaucoup d'avantages !), mais ce sont des petites choses qui font que le départ n'est pas une grosse source d'angoisse. :-)

Modifié par Cerise

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement