Cesco

Temps De Vie Quotidienne

Recommended Posts

Salut,

comme le savent ceux qui suivent ce que je dis depuis quelques temps, les temps de vie quotidienne m'intéressent particulièrement car je suis persuadé qu'il s'y joue l'essentiel de l'ambiance et des apports en termes de valeurs, au sein d'un séjour.

Je cible principalement mon propos sur ce qui peut se passer en séjour de vacances, mais d'autres avis, tirés d'autres types de temps d'animation, peuvent venir bonifier notre réflexion.

La question est donc simple : quelle importance attachez-vous à ces temps, avec, de manière sous-jacente, cette question : Quel rôle l'animateur doit-il jouer dans ces temps entre enfants, après, par exemple, une journée d'activités (trop souvent de consommation) ?

Dans quelles circonstances prôner un "entre enfant" uniquement, et quand la présence de l'animateur s'impose-t-elle ? De quelle manière ? Doit-il se placer en "zone publique" (j'entends là, hors des chambres/bungalows etc... bref des espaces d'enfants) ou doit-il s'inviter dans ces espaces ?

A vos avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'essentiel des valeurs mais de quelles valeurs?

Le vivre ensemble c'est une chose, mais le rôle d'un animateur c'est d'animer ; la méthode en vogue actuellement, consistant à ne pas avoir un programme minuté a tendance à nous faire penser que l'idéal c'est de ne rien préparer. Je ne suis pas de cet avis.

Quoi que j'ai eu tendance, lorsque j'animais des colos, à considérer les animations comme des temps de vie quotidienne... histoire justement de ne pas tomber dans "les activités c'est chiant et la vie quot c'est délire c'est génial". Franchement si les temps de vie quot sont ce qu'on a de mieux à faire... y'a pas de quoi être fier de son travail.

Je préfère donc qu'on s'organise en animation comme on peut le faire en vie quot, en se parlant, en prenant des décisions avec les enfants si possible, en petits groupes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

L'essentiel des valeurs mais de quelles valeurs?

Simple provoc' pour faire réagir sur mon propos.

Quoi que j'ai eu tendance, lorsque j'animais des colos, à considérer les animations comme des temps de vie quotidienne... histoire justement de ne pas tomber dans "les activités c'est chiant et la vie quot c'est délire c'est génial". Franchement si les temps de vie quot sont ce qu'on a de mieux à faire... y'a pas de quoi être fier de son travail.

Qui a dit que les activités étaient chiantes ?

C'est justement parce que 95% des animateurs considèrent que leur travail se limite à ces temps d'animation qu'il faut attacher une importance particulière aux temps de vie quotidienne.

Au risque de passer à côté des enfants.

Je parle des temps cadrés tels que "temps de vie quotidienne" sur lequel l'animateur animera. Evidemment (ou pas puisque ces temps sont souvent mis de côté).

Et on le voit dans ta réponse. Des réponses concernant les temps d'animation, alors que, je le pense, n'importe quel animateur parle et laisse les enfants participer à la prise de décision lors des temps d'animation, ce n'est pas là une grande trouvaille.

En revanche, aucun apport concernant ces temps de vie quotidienne.

Donc au risque de me répéter, comment procédez-vous sur ces temps de vie quotidienne ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Provoc? Non mais plus sérieusement, quelles valeurs?

Et on le voit dans ta réponse. Des réponses concernant les temps d'animation, alors que, je le pense, n'importe quel animateur parle et laisse les enfants participer à la prise de décision lors des temps d'animation, ce n'est pas là une grande trouvaille
Oui et non, tu vois ce que tu veux voir. Moi j'aime les temps que tu appelles vie quot, et j'aime animer des activités de la même façon, je ne fais pas une séparation entre les deux, du moins pas de séparation dans la façon d'organiser, de me comporter, etc.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Mais il ne s'agit pas de séparer les choses pour les séparer.

Il s'agit seulement de disséquer sa pratique pour reconstruire derrière.

Tu organises de la même façon un temps d'animation ou un temps de vie quotidienne ? C'est-à-dire que tu les as préparés de la même façon ?

De mon côté, je ne prépare pas ces temps de vie quotidienne. Je viens tel que je suis. Avec mes bagages et mon vécu, mais pas avec quelque chose que j'ai préparé. Je ne propose rien. Contrairement aux temps d'animation où je propose une activité que j'ai pensée et réfléchie.

Voilà la nuance pour moi. Et j'ai remarqué que j'appréciais sans doute davantage ces temps lors desquels je pars d'une proposition d'enfant pour lui apporter quelque chose en plus (c'est sans prétention, on peut apporter quelque chose de plus qui fait tout foirer, c'est juste un apport, sans jugement qualitatif).

Je ne suis pas d'accord lorsque tu dis que si notre plus grande fierté est tirée de ces temps, c'est qu'il n'y a pas lieu d'être fier de son travail. Je suis fier de voir, lorsque ça marche, qu'une idée proposée par les enfants, relayée par l'adulte, peut être récupérée par les enfants.

Je ne pense malgré tout pas qu'il ne faille que ce type de schémas lors desquels l'enfant est à la fois initiateur et récepteur du projet. Il faut aussi une préparation d'activités qui étonnent l'enfant et l'amène là où il ne pensait pas (être capable d') aller.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je prépare de la même façon, euh... oui et non tout dépend de quoi on parle.

De la même façon oui, je participe à des réunions avec l'équipe, je note des choses, je réfléchis à ce que je vais faire, et je me prépare. L'organisation sur le terrain est aussi semblable, c'est à dire qu'il y a plus ou moins d'impératifs, il y a des choses à faire, des choses que je propose, des choses que d'autres proposent, et on fait au mieux.

La séparation entre les deux il m'est arrivé de la vivre en tant qu'animateur catalogue "animations", j'ai entendu des trucs du style : "toi tu aimes faire des animations, elles marchent bien" et c'était l'excuse pour rien foutre...

Ou plus clairement, allons jusqu'au fond du problème : je n'aime pas être seul à préparer et à organiser des animations, déjà. Je n'aime pas non plus quand des membres de l'équipe jouent à donf la carte de l'affectif avec les enfants pendant qu'on se galère à préparer des animations qu'ils pourriront. Ça ne t'es jamais arrivé d'être en train de préparer du matos en urgence, seul, et d'avoir autour de toi d'autres anims qui "s'éclatent avec les petits" ? Je n'aime pas ça parce que j'ai déjà ressenti de façon évidente que les collègues qui faisaient ça pourrissaient mine de rien le passage aux activités. Du délire des chambres "il faut" aller en activités... Quelques mots, la situation, la posture, indiquent aux enfants que l'animation est un temps chiant à passer, par la même occasion ils s'accaparent l'affectif des petits. On devient facilement le gros con de service dans ces cas-là, le seul à être exigeant et à rappeler les règles de vie en collectivité.

En créant cette séparation, en faisant des anims plus vie quot et d'autres plus activités, c'est toujours le délire improvisé qui gagne, moins de contraintes, plus de pulsions, plus facile de faire de l'affectif, etc.

Au contraire je fonctionne sans cette séparation ; à la base les journées sont des longs temps de vie quot dans lesquels on propose des animations pour les rendre plus intéressantes.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement