Invité L.

Ados, Insultes Et Harcèlement

Recommended Posts

Invité L.

Bonjour,

Je rentre d'un séjour compliqué à plusieurs points de vue avec des adolescents. Plusieurs d'entre eux ont fait l'objet d'un renvoi disciplinaire avant la fin du séjour, parce qu'ils étaient absolument infects : insultes permanentes, harcèlement d'autres jeunes du séjour, insolence perpétuelle, etc. Ils étaient même insortables puisqu'ils s'amusaient à s'insulter entre eux, et provoquaient donc des affrontements dans la rue avec les passants (qui prenaient pour eux les insultes proférées).

Nous n'avons pas su gérer la situation... Comment faites-vous face à des jeunes qui ne respectent rien ni personne ? Quel est votre manière d'agir ?

On a essayé beaucoup de choses, mais l'effet de groupe a eu raison de notre patience.

Merci d'avance pour vos suggestions et vos remarques !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pas connu de situation aussi extrême, mais une année j'ai eu aussi des animateurs menacés par des ados, beaucoup de matériel déterioré, et une santé mentale qui en a pris un coup.

Ce sont les organisateurs qui sont en question, pas les équipes d'animation. Y a-t-il dans ce séjour des membres de l'équipe qui sont revenus depuis l'année dernière?

En général les organisateurs compensent leur nullité en recrutant toujours de nouvelles équipes.

Sinon en tant qu'animateur y'a rien à faire. En gros le boulot des animateurs c'est de séduire et manipuler si la séduction ne marche pas (ce qui est déjà problématique). Quelque fois ça va jusqu'au chantage, aux menaces, et plus rarement heureusement les animateurs sont violents (cris, humiliations, coups).

Or en tant qu'animateur on ne devrait pas aller plus loin que proposer des animations, s'il y en a qui veulent participer, ils respectent le principe, sinon ils viennent pas.

La faille, c'est que l'organisateur sait très bien quel public il recrute, à grand renfort de subventions et de beaux discours sur la mixité sociale (un truc qui ne veut rien dire), sur le droit aux vacances pour tous. Il recrute ceux dont les élus veulent se débarrasser : les élus donnent du fric aux associations pour qu'elles fassent dégager les jeunes loin des villes.

Et l'organisateur recrute les participants avec des publicités alléchantes : séjour nautique? Pas de souci les jeunes s'imaginent peut-être à 4 par bateau en train de faire Nice-StTropez en sirotant un diabolo tout en bronzant sur le pont d'un grand voilier. Et ils se retrouvent dans des chambrées de 6 ou 10 mal équipées (douches dans le couloir) en Bretagne pour faire 2 séances de 2h de voile sur un séjour de dix jours... Avec des contraintes de groupe qui ne correspondent plus du tout à leurs aspirations, et parfois même il pleut... bref je force un peu le trait, mais je pense qu'il ne faut pas aller chercher plus loin les causes de la désaffection des jeunes.

Et cet organisateur-là, il ne supporte pas qu'on lui dise que ses publics aiment la bagarre, qu'ils ont beaucoup de comportements irrationnels ou quoi. Non il veut pas, il dit "chacun est égaux" et hop on n'a pas le droit de lui parler.

Donc aux organisateurs de savoir ce qu'ils veulent. S'ils font un boulot éducatif spécialisé ou un boulot de police, il faut qu'ils recrutent des éducs spés et des policiers. Il faut aussi qu'ils investissent dans l'immobilier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité L.

Merci Jean pour ces quelques remarques.

Ce que j'ai du mal à saisir en fait, c'est pourquoi on en est arrivé là (au harcèlement de plusieurs jeunes, aux insultes répétées, etc.) parce que je ne crois pas que ces quelques jeunes-là soient des terreurs qu'il est impossible de maîtriser. D'ailleurs, quand on était derrière leur dos sans arrêt, il finissait par faire ce qu'on leur demandait de faire (la vaisselle par exemple... puisqu'on était en gestion autonome).

Quand on leur a annoncé le renvoi, leur première réaction a été de s'inquiéter de la réaction de leurs parents...

Et je pense même qu'on a fait une erreur en essayant de les garder le plus longtemps possible. Si on avait renvoyé les deux meneurs plus tôt, peut-être même que les autres se seraient calmés et n'auraient pas eu à partir.

Je crois que s'ils avaient chacun été dans un séjour différent, les choses se seraient passées différemment. L'effet de groupe a créé une situation intenable pour les animateurs et le reste du camp.

Ce qui était monstrueux, c'étaient les insultes, les menaces et les humiliations qu'ils faisaient subir à quelques jeunes...

Un enfant bouc émissaire en colo, ça arrive, un groupe "populaire" qui fait un peu régner sa loi et qui se moque un peu des autres, ça arrive aussi. Mais d'habitude j'ai une prise là-dessus. J'interviens, je passe un savon aux jeunes concernés et ça se calme.

Là, impossible de calmer ces 4 ados, en tout cas vis-à-vis des autres (vis-à-vis de l'équipe, à part quelques colères et quelques remarques mal placées, ça allait). Mais la violence envers les enfants n'est en aucun cas plus acceptable que celle envers les adultes...

Mon organisateur pense qu'on a manqué d'autorité. Peut-être, mais c'est la première fois qu'on en arrive là, alors que des ados difficiles, j'en ai eu des tas...

Vous pensez que c'est une question d'autorité ? Qu'on a mal fixé le cadre au départ ? Ou qu'il était inapproprié ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas. L'autorité, moi, moins j'en fais, mieux je me porte. J'ai toujours l'impression que c'est indigne. Et c'est vexant de se faire gueuler dessus, j'aime pas non plus, et je comprends que les ados n'aiment pas.

Le coup des deux meneurs je pense même que je l'ai décrit moi-même ici auparavant, sinon ben voilà, pour moi c'était pareil. Ils ont commencé différemment tous les deux, le premier était le fourbe, celui qui manipulait les autres jeunes du groupe pour les dresser contre l'équipe, et le second était "le gentil", celui qui passait toujours bien auprès de l'équipe et des autres jeunes, mais c'était le bras droit du fourbe (il lui fournissait ses bons plans, ses armes, il organisait avec lui les violences sur les enfants).

Ce n'est pas une question d'autorité, je n'ai pas le recul suffisant pour bien analyser, mais je pense qu'il s'agit d'une dynamique de groupe. Ces individus-là ensemble, ça donne ça. Une remarque par rapport à ce que tu dis, tu parles des deux meneurs mais il faut aussi prendre en compte la relation avec les victimes, donc c'est pas que la dynamique meneur1-meneur2 qui joue mais aussi la dynamique meneur-victime.

Je pense que la façon de gérer ça c'est de repérer au plus vite les dynamiques et de les arrêter si elles sont mauvaises.

L'autorité, c'est le coup classique pour tout mettre sur le dos des travailleurs qui sont au contact des jeunes. C'est comme ça pour les profs et les animateurs, c'est certainement le cas aussi en prison pour les surveillants ou chez les éducateurs spécialisés.

A nous de faire notre part du job et de critiquer sévèrement les organisateurs sur leur méconnaissance du terrain. Ne pas se laisser impressionner par leurs grands airs style : "tu n'as rien à m'apprendre, je faisais ce boulot à ta place quand tu portais des couches". Quand bien même ce serait vrai (et... ça ne l'est pas si souvent que ça) un organisateur a l'obligation morale de protéger son équipe, pas de l'enfoncer. Et lorsqu'on parle de droit du travail, l'organisateur a même l'obligation légale de protéger son équipe.

Demande à ton organisateur de te décrire et d'analyser très précisément ce qui s'est passé... tu découvriras peut-être que derrière sa conception "d'autorité" il n'y a pas grand chose en réalité... Sauf qu'il va se rendre compte qu'il n'aurait pas pu trouver meilleur animateur/directeur et que donc la faute n'est pas la vôtre mais la sienne.

Aucune loi céleste n'a jamais dit que les adolescents étaient faciles à contrôler, à manipuler, ou à "canaliser" comment on dit parfois. Et je suis sûr d'une chose, la légende selon laquelle "les jeunes recherchent de l'autorité" est fausse.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité L.

Je rebondis sur ce que tu dis sur la dynamique de groupe. Je pense qu'effectivement, le nœud du problème doit être ici... Parce que plus d'autorité... bah ça aurait juste amené les jeunes à avoir un double comportement (un vis-à-vis de l'équipe pour n'avoir rien à se reprocher en face, et un autre vis-à-vis des jeunes qu'ils avaient décidé de ne pas lâcher).

Quelle est, à ton avis, le meilleur moyen de saisir ces dynamiques de groupe ? En parler avec les jeunes qu'on sent en retrait ? Mais quid de ceux qui ne lâchent rien parce qu'ils veulent s'intégrer à tout prix dans le groupe des "populaires" et/ou qu'ils ont peur des représailles ?

Il s'est passé quelque chose de cet ordre-là. L'un des jeunes était persécuté par un autre jeune, mais l'équipe n'a rien vu, parce que tout était fait en douce et que le jeune persécuté n'a jamais montré aucun signe de mal-être. Il voulait faire partie du groupe, et ça supposait supporter les menaces, les insultes, le chantage et les "crasses" qui lui étaient faites sans rien dire.

Ce n'est qu'une fois le jeune renvoyé (et encore, ça a pris un peu de temps) qu'il s'est mis à parler un peu...

On a été complètement aveugle sur ce coup-là, et c'était pas faute de s'intéresser aux jeunes, de reprendre systématiquement les insultes et les méchancetés gratuites, de leur parler et de leur demander leur avis/leur ressenti sur ce qui se passait en séjour... Mais rien n'a filtré.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne sais pas, je connais mal les ados.

Pour les dynamiques de groupes, je ne les connais pas plus que ça. A une époque j'ai fait beaucoup de recherches sur le web sur les dynamiques de harcèlement et les micro-violences à l'école primaire. Par chance j'ai trouvé des vidéos de conférences qui ont été de vraies révélations. C'est Eric Debarbieux et Egide Royer. Deux chercheurs, on pourrait dire sociologues, qui expriment de façon claire et simple les problèmes liés à la violence ainsi que des solutions ou des pistes de réflexion.

Les vidéos ont disparu depuis. Sur ces deux personnes on trouve quelques images de télé qui sont très mauvaises et qui ne font pas honneur à leur travail. C'est un peu le phénomène Bourdieu : la télé est tellement opposée à leur travail qu'elle arrive à corrompre le sens de leurs interventions. Le web est donc une super invention qui permet d'avoir des vidéos longues et de qualité qui ne sont pas altérées par la stupidité des dispositifs de télévision.

Bref beaucoup d'informations, et comme je baignais dans ce milieu j'ai retrouvé dans leurs dires beaucoup de cas concrets. Ça permet d'identifier plus rapidement certaines dynamiques. Ça m'a fait aussi réfléchir sur la façon de traiter certaines victimes. C'est à dire que dans les cours d'école on sanctionne le harceleur, mais on a parfois tendance à tourner le dos au harcelé. Or lui justement il n'a pas conscience de ce qui fait qu'il subit, et il ne sait pas se défendre, et on lui retirerait une épine du pied en le lui apprenant.

Et voilà c'est juste un domaine. Si ces informations me permettent aujourd'hui de repérer plus rapidement certaines dynamiques, je suis sûr que je n'en repère pas la moitié... Pour ça je ne sais pas, il faut surement des formations autrement plus solides qu'un BAFA ou un BPJEPS. Peut-être éduc spé avec de l'expérience dans les groupes d'ados.

Ça s'apprend certainement, cependant je me demande bien qui s'y connait vraiment. Et puis dans le cas des harcèlements par exemple, on a beau connaitre une liste des signes d'alertes (manque de sommeil, difficultés de concentration, changement soudain et fort du comportement, absentéisme) il manque encore un truc pour que ça fasse tilt le jour où on observera ça sur le terrain. Idem chez le harceleur, il n'y a pas un comportement spécifique même s'il peut avoir une tendance à prendre son pied quand il fait souffrir quelqu'un, c'est vraiment un truc qui se passe entre plusieurs individus.

Et puis comme la situation que tu décris, il faut le voir pour le croire : un jeune harcelé qui tente désespérément de séduire son harceleur en croyant que s'il y arrive ça s'arrêtera... Et ce genre de relation réduit quelqu'un en miettes, le pousse à la dépression ou au suicide, ou à des explosions violentes... et pas forcément contre le harceleur!

Je ne sais pas s'il peut y avoir des recettes, des outils tout simples à utiliser en animation. Éventuellement être un adulte disponible, à l'écoute, qui ne juge pas afin qu'un ado se sente en confiance le jour où il viendra te faire une confidence. Aussi c'est le genre de truc qu'on ne peut apprendre que dans les relations individuelles, il me semble. En groupe ça ne sort pas, par exemple quand on fait "le forum de discussion"... il faut parler avec chacun un par un, prendre du temps.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité L.

Salut Jean,

Merci de tes pistes de réflexion...

J'ai commencé à me renseigner sur les dynamiques de groupe... Je suis en train de lire quelques auteurs "phares" sur la question (D. Anzieu par exemple), peut-être que ça m'apportera quelques pistes.

Pour revenir au séjour vécu, même si on avait du mal à comprendre comment on avait pu en arriver là et d'où ce problème pouvait venir, inconsciemment, je crois qu'on a quand même senti le problème. J'en veux pour preuve les réactions différenciées que l'on a eues en fonction des jeunes et de leur comportement... L'organisateur, qui suivait nos difficultés de loin, n'a entendu parler que des 4 jeunes qui ont fini par se faire renvoyer. Pourtant, en apparence dans le séjour, il y avait d'autres jeunes qui posaient problème : insolence, non respect des règles du camping, cigarettes en cachette, sorties nocturnes, etc. Et pourtant, nous n'aurions jamais renvoyé ces quelques jeunes-là. Ils étaient certes pénibles de ne jamais respecter le cadre, de répondre, de faire des conneries en cachette, mais ils étaient fondamentalement respectueux de nous et des autres jeunes, en tant que personnes. Pour schématiser un peu, la différence entre ces quelques ados rebelles et les jeunes qui ont été renvoyés, c'est que les premiers disaient "vas-y, fait chier, bâtard, y'a plus rien à bouffer", pour se faire entendre des autres en général et manifester leur contrariété, tandis que les autres allaient voir UN jeune en particulier en lui disant "tu sais quoi, t'es qu'un gros bâtard, et ta mère c'est une pute", ce qui est fondamentalement différent en termes d'attaque sur la personne.

Mais alors comment faire ? Sur le moment, on n'a pas trouvé d'autre solution que de renvoyer les éléments qui posaient problème au groupe, parce qu'on manquait de recul et qu'on a agit dans l'urgence (et encore, je pense qu'on les a renvoyés trop tard et que le mal était fait)... Vous voyez une autre solution à ce problème ? On avait fait ou pensé à plusieurs choses : les garder dans la colo, mais les exclure du reste du groupe (en les faisant dormir dans un emplacement éloigné de celui des autres), les séparer systématiquement (les mettre dans des groupes différents) pour "casser" leur dynamique de groupe (on est beaucoup moins fort tout seul, quand il s'agit de nuire aux autres), leur faire prendre conscience du mal qu'ils pouvaient faire (? mais alors là, j'avoue que je sèche sur comment faire)... Et je ne suis pas certaine qu'il y ait une seule bonne solution dans le lot !

Les cas d'enfants ou d'adolescents virés de séjour dont j'ai entendu parler, c'était soit par non respect de la loi ou des règles mises en place (consommation de drogue, d'alcool, vols, etc.) soit parce qu'ils faisaient du tort à l'équipe (irrespect vis-à-vis des animateurs, n'écoutent rien, empêchent les anims de mener correctement les animations, etc.).

Là, c'était bien différent... Ils faisaient du mal aux enfants ! Et pour moi, c'est autrement plus grave que de fumer un joint ou de foutre le dawa pendant l'explication des règles du jeu de piste organisé par l'équipe d'animation.

Et sur le coup, on se dit "merde, je sais pas comment réagir, pour ne pas faire encore plus de tort à ceux qui déjà souffraient pas mal de l'emprise de quelques uns" et on a sans doute mal réagi, puisqu'on s'est dit qu'il fallait régler ça comme un problème disciplinaire (reposer le cadre, être plus intransigeants vis-à-vis de certaines choses, etc.) alors que la réponse à apporter est sans doute bien différente....

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Oneiro

Je rentre d'une colo (qui était d'ailleurs ma 1ère en tant qu'animateur) et me sens interpellé par votre discussion, notamment par ce que dit Jean à propos de ces jeunes qu'on envoie en séjour de vacances en les faisant rêver sur des activités qu'ils ne feront pas.

Je ne vais pas détailler ici ma 1ère expérience, qui fut intense et vraiment déroutante, mais je voudrai simplement dire que j'ai également vécu des situations d'insolence et de rejet de la part des enfants, très difficiles à gérer, et que je me suis dis à de nombreuses reprises qu'on ne m'avait pas du tout préparé à ça.

D'une part, ce qu'on apprend à un stage théorique BAFA, en réalité, ne sert pas à grand chose (c'est malheureux à dire, mais c'est vrai), et d'autre part, les organisateurs de ma colo n'ont pas été honnêtes car à aucun moment nous (les anims) n'avions été prévenus qu'il s'agissait d'un public plutôt difficile.

Après avoir suivi votre discussion, je comprends qu'on a tout simplement été lâché dans la nature, sans aucune aide.

De plus, un des organisateurs était passé au début de la colo, et avait conclut rapidement en disant que quelques anims (dont je faisais parti) avaient du mal avec - je cite - "les petits beurs et les renois".

Il avait évoqué, comme vous le dites, un manque d'autorité de notre part, et nous trouvait trop cools.

Moi, je l'avais surtout trouvé très distant et d'une inutilité flagrante puisqu'il n'avait pas du tout cherché à nous donner des pistes pour résoudre ces soit-disants problèmes d'autorité (notion que je rejette complètement).

Je ressors donc de cette 1ère colo riche de beaucoup de choses mais en même temps légèrement bouleversé par ce que j'ai vécu.

Les enfants, même les plus pénibles, je les aime beaucoup et je ne les oublierai pas.

Par contre, j'en veux à l'organisme qui m'a embauché. Je trouve leurs façons de faire, commerciales, hypocrites.

Leurs beaux discours, très creux.

Pour une 1ère fois, j'ai directement mis le nez dans la m**** !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il faut pas seulement demander à ces organisateurs ce qu'ils auraient fait (ils savent baratiner) il faut leur demander de le faire eux-mêmes.

J'en ai bien quelques unes en tête, des organisatrices, toujours présentes pour critiquer les animateurs, leur faire des grandes leçons sur l'animation, reprocher le manque d'autorité et blablabla. Et sur le terrain, on le sait tous, elles auraient jamais tenu une journée entière.

Et quand on pense qu'il faut bien quelques jours à ce rythme, voire une semaine ou deux pour commencer à se demander ce qu'on fout là et à avoir un début de réflexion sur le pourquoi de notre métier... on se dit que ces organisateurs sont vraiment loin du compte.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Lea_recherche

Bonjour à tous, 
Pour mon mémoire de master 2, je suis à la recherche d'ados pour répondre à un questionnaire ! 
Conditions: 
- Tu as entre 13 et 18 ans 
- Tu as 15 minutes devant toi
- Tu as connaissance de la question du harcèlement scolaire (et dans d'autres sphères), de loin ou de près
- De préférence: l'avoir connu personnellement (en l'ayant vécu, subi ou en l'ayant fait vivre par soi-même) 

C'est:
- anonyme
- sur ce lien: https://docs.google.com/forms/d/e/1FAIpQLSeQXhW2fEueWshMdWBHiGwPIc2cfVM8Z6DfOusMwuE3L0JOpA/viewform

Merci à toi si tu y réponds ou si tu partages !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoticons maximum are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement