Invité nathalie (Invité)

[Discussion] Dur Dur De Trouver Une Bonne Colo !

Recommended Posts

Invité pilou

Noël, tu parles d'aspect éducatif...

Doit-on éduquer les enfants ?

En a-t-on, en tant qu'animateur, les compétences ?

Le code de l'action sociale et des famille précise l'aspect éducatif des ACM (article R 227 - 23 à 26)

L'arrêté de juin 2007 relatif aux formation bafa/bafd précise le cadre éducatif dans lequel se situent animateurs et directeurs

Le projet éducatif est un document obligatoire dans l'organisation de tout ACM

Je crois que tu peux arrêter de te demander si nous avons un rôle éducatif à jouer (la réponse est oui, imposé par le cadre légal) et réfléchir maintenant concrètement à comment tu peux décliner cet aspect éducatif dans les ACM, quelles compétences à acquérir pour les animateurs, comment leur faire acquérir...

D'autant que tu te présentes comme formateur, je pense que tu as là quelques pistes de travail

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité sandrine

Bonjour

Je recherche une colo pour mes 3 enfants, pouvez vous m'aider à trouver un organisme sérieux, il y en à tellement que c'est un vrai casse tête

Merci de votre aide

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noel KOLM

Noël, tu parles d'aspect éducatif...

Doit-on éduquer les enfants ?

En a-t-on, en tant qu'animateur, les compétences ?

L'éducation des enfants, c'est comme la prose: certains en font métier mais tous en font spontanément, comme Mr. JOURDAIN.

Tout enfant est constamment en train de s'éduquer. Parce qu'il est enfant. Qu'il soit ou non avec quelqu'un et avec qui que ce soit. C'est dans sa nature d'enfant, d'humain en construction.

Lorsqu'un enfant va s'acheter une baguette de pain, l'attitude du boulanger est éducative.

Si cette action éducative s'exerce partout et tout le temps, il y a quand même des lieux ou des circonstances où elle est plus marquée ou plus prégnante:

en famille, à l'école, dans le temps libre, avec des amis, etc...

Mr. et Mme CHOMBARD de LAUW, sociologues de l'éducation, ont mis en valeur et conceptualisé 3 "sphères" de socialisation (ou d'éducation sociale si tu préfères): la famille, l'école, le temps libre.

Cette conception élargit le champs de l'éducation des enfants à ce qu'on pourrait appeler "la société", par opposition à la conception de Mr. GISCARD d'ESTAING, par exemple, qui désignait la famille comme "socio-matrice" de l'enfant.

Si ça t'intéresse, c'est volontiers que je m'étendrai un peu sur le fait de savoir qui de ces sphères repérées, famille et société, est primordial et comment.

Dans ces conditions, et puisqu'un enfant est en permanence en train d'être éduqué, ceux qui se donnent de s'occuper d'enfants ont à cet égard une responsabilité toute particulière: si nous avons tous une action éducative évidente, certains sont plus "éducateurs" que d'autres. Ceux qui se désignent pour prendre en charge des enfants étant, bien entendu, plus "éducateurs" que d'autres.

A cet égard: dans la vie, à côté du travail et de la vie de famille, il y a un champs qui est celui de l'animation, qu'elle soit à destination d'adultes ou d'enfant: l'école, l'animation, le sport, etc...participent à l'éduc. Quand on intervient dans le temps libre, on peut être dans le domaine de l'animation. L'animation est donc un des support de l'éducation: on peut intervenir ou pas dans l'animation mais dès lors qu'on s'occupe d'enfants on est en situation éducative.

Ce n'est pas étonnant qu'à côté de la formation NECESSAIRE des enseignants, de la formation INSUFFISANTE des animateurs, on a à une époque créé une grande association qui s'appelle "l'école des parents". Encore que l'on pourrait discuter de l'intérêt de la spontanéité, j'en serai.

De même que face à la seule spontanéité des animateurs, on a créé en 1937 un centre d'entrainement aux méthodes d'éducation active.

A ce stade du raisonnement, je souhaite bien séparer, car des mélanges se font, ce qui est "éducateur" sur lequel je viens de m'étendre de ce qui est "éducateur spécialisé":

Dans les années 50, on s'est rendu compte que lorsque certains pans de l'éducation d'un enfant étaient déficients (donc handicapants) ou inadaptés, on pouvait recommencer, reprendre, et que c'était plus profitable que de taper dessus pour les faire rentrer dans le rang. C'est ce que l'on a appelé la "rééducation" dont un volet est celui de l'éducation spécialisée (primauté éducative de l'ordonnance de 1958).

Aussi, lorsque le nouveau diplôme d'éducateur a complété en 1965 celui de "moniteur-éducateur", et pour bien se distinguer de ceux qui étaient par nature "éducateurs" (famille, école, temps libre), on a introduit le terme de "éducateur spécialisé", essentiellement destinés à l'époque aux problèmes sociaux car le médical était pourvu.

Il est donc clair que tous ceux qui s'occupent d'enfants sont éducateurs de fait, sinon de droit ou de statut... ou de formation, même sans le savoir. C'est d'ailleurs parceque l'Administration a, au bout de 30 ans, finalement intégré cette notion qu'elle demande maintenant des projets "éducatif" en amont des projets dits "pédagogiques" *. (J'en profite pour dire que je fais partie de ceux qui ont été considérés comme empêcheurs de tourner en rond quand je prétendais qu'il fallait un "projet de fonctionnement" pour les colos!)

Mais il, est clair, aussi, que ces éducateurs sont plus ou moins formés, plus ou moins compétents et même simplement plus ou moins conscients de leur tâche. Quelquefois moins que plus!

Or lorsque des personnes se trouvent être en même temps "gardien" d'un enfant et fournisseur de prestations à cet enfant, on arrive au conflit d'intérêt: voilà que se trouvent mélangées 2 situations : il doit protéger l'enfant qui ne peut se protéger socialement lui-même car il, est en train d'apprendre la vie sociale , et le former. Or, lorsque au restaurant, on t'amène un plat insuffisant ou mal cuit, tu râles et, fort de tes droits de consommateur, tu appelle le restaurateur et tu lui dis ta manière de penser. Mais si un tel plat est posé devant un enfant de 6 ans, qu'est-ce-qui va se passer? L'adulte peut très bien lui dire "tais-toi et mange". Il est malsain d'être à la fois le fournisseur intéressé et en charge de cet enfant. CE QUI EXCLU PAR NATURE TOUTE ORGANISATION A BUT LUCRATIF.

C'est exactement ce qui se passe dans le cas de cette maman qui se plaint que son enfants n'ait pas trouvé en colo le programme d'activités qui avait été promis. C'est une tromperie sur la marchandise parfaitement condamnée pour des adultes. Pourquoi pas pour des enfants?? Qu'est-ce-que c'est que cette tolérance ("c'est bien suffisant pour un enfant!"???). Et il n'y a que 2 voies pour s'en sortir: soit on redonne la prééminence éducative et, par là, le sentiment de responsabilité, soit on introduit la direction de la concurrence et de la consommation.

A partir de là, nous pouvons séparer ceux dont c'est une activité à but lucratif et ceux qui ont une vocation éducative (ce qui n'a rien à voir avec le fait que ce soit ou non sur de l'animation). Mais il est évident qu'alors dans le 1er cas si le but est lucratif, l'animation n'en n'est que le moyen et la pédagogie l'outil, alors que dans le 2ème le but éducatif est visé par la mise en œuvre du moyen animation. Là s'opposent pédagogie et démagogie. Le premier cas peut ainsi se parer des atours pédagogiques du 2me dont il n'est que le Canada dry: il a l'aspect de l'animation mais son but n'est que le tiroir-caisse.

Les enfants sans défense méritent mieux.

Qu'en penses-tu ?

Noël KOLM

* utilisation bien abusive du terme dans les projets dont j'aui pu avoir connaissance qui sont des catalogues lorsqu'ils devraient être des projets de pédagogie. (Encore faudrait-il qu'il y ait suffisament de compétences en matière de pédagogie!).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le code de l'action sociale et des famille précise l'aspect éducatif des ACM (article R 227 - 23 à 26)

L'arrêté de juin 2007 relatif aux formation bafa/bafd précise le cadre éducatif dans lequel se situent animateurs et directeurs

Le projet éducatif est un document obligatoire dans l'organisation de tout ACM

Je crois que tu peux arrêter de te demander si nous avons un rôle éducatif à jouer (la réponse est oui, imposé par le cadre légal) et réfléchir maintenant concrètement à comment tu peux décliner cet aspect éducatif dans les ACM, quelles compétences à acquérir pour les animateurs, comment leur faire acquérir...

D'autant que tu te présentes comme formateur, je pense que tu as là quelques pistes de travail

Ca ne répond nulle part à la question. La question n'est pas d'étudier le cadre légal, mais de se poser la question : doit-on éduquer les enfants ?

Je sais que dans l'animation, on a tendance à suivre les procédures et renouveler ce qui se fait depuis 40 ans sans trop réfléchir, mais j'aimerais bien qu'on se pose des questions parfois.

La question que je me pose et que je pose :

Doit-on éduquer les enfants, c'est à dire, placer des objectifs (et pitié, me ressors pas le cadre de la loi qui nous oblige à pondre des objectifs qui ne servent à rien puisque je suis sûr que 90% des animateurs n'en tiennent pas compte et les placent sur le petit bout de papier demandé "parce qu'il le faut", et animent comme bon leur semble), donc bref, doit-on éduquer les enfants en plaçant des objectifs à nos animations sur les apports que cela peut leur conférer, ou ne doit-on pas se contenter d'animer, c'est-à-dire accompagner la vie dans le lieu sur lequel nous travaillons ?

Pour moi, nous ne pouvons pas éduquer, dans le sens où je l'entends, car nous ne sommes pas éduc spé, nous n'avons pas de formation nous permettant d'anticiper : si on fait ceci, ça va développer ça...

Ba non, on n'en sait rien, ça donnera peut-être l'inverse. La formation d'animateur permet-elle d'anticiper ça ? Non... Donc pourquoi prétendre éduquer quand on n'a aucune idée de ce que nos actes vont pouvoir donner ?

Noël, plutôt d'accord avec ta théorie... pour peu qu'on s'accorde sur ta définition d'éduquer... qui n'est pas la mienne.

Si pour toi, le boulanger éduque l'enfant, pour moi, c'est l'enfant qui s'éduque tout seul lorsqu'il va chez le boulanger, puisqu'il découvre un environnement, des personnes, des façons de réagir, bref, plein de choses.

Et si l'enfant est éduqué par toutes les personnes qu'il croise, et bien finalement, personne ne l'éduque. C'est noyé dans la masse, et l'animateur n'a pas plus de légitimité que le plombier.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Ca ne répond nulle part à la question. La question n'est pas d'étudier le cadre légal, mais de se poser la question : doit-on éduquer les enfants ?

Je sais que dans l'animation, on a tendance à suivre les procédures et renouveler ce qui se fait depuis 40 ans sans trop réfléchir, mais j'aimerais bien qu'on se pose des questions parfois.

La question que je me pose et que je pose :

Doit-on éduquer les enfants, c'est à dire, placer des objectifs (et pitié, me ressors pas le cadre de la loi qui nous oblige à pondre des objectifs qui ne servent à rien puisque je suis sûr que 90% des animateurs n'en tiennent pas compte et les placent sur le petit bout de papier demandé "parce qu'il le faut", et animent comme bon leur semble), donc bref, doit-on éduquer les enfants en plaçant des objectifs à nos animations sur les apports que cela peut leur conférer, ou ne doit-on pas se contenter d'animer, c'est-à-dire accompagner la vie dans le lieu sur lequel nous travaillons ?

Pour moi, nous ne pouvons pas éduquer, dans le sens où je l'entends, car nous ne sommes pas éduc spé, nous n'avons pas de formation nous permettant d'anticiper : si on fait ceci, ça va développer ça...

Ba non, on n'en sait rien, ça donnera peut-être l'inverse. La formation d'animateur permet-elle d'anticiper ça ? Non... Donc pourquoi prétendre éduquer quand on n'a aucune idée de ce que nos actes vont pouvoir donner ?

Noël, plutôt d'accord avec ta théorie... pour peu qu'on s'accorde sur ta définition d'éduquer... qui n'est pas la mienne.

Si pour toi, le boulanger éduque l'enfant, pour moi, c'est l'enfant qui s'éduque tout seul lorsqu'il va chez le boulanger, puisqu'il découvre un environnement, des personnes, des façons de réagir, bref, plein de choses.

Et si l'enfant est éduqué par toutes les personnes qu'il croise, et bien finalement, personne ne l'éduque. C'est noyé dans la masse, et l'animateur n'a pas plus de légitimité que le plombier.

Cesco,

Je te remercie de ta réponse.

Pour ce qui est de savoir si nous mettons la même chose sous le terme d'éduquer, je te propose, dans un premier temps, de prendre cette notion comme ce qui contribue à la formation de la personne et, pour ce qui concerne des enfants, dans une démarche de grandissement jusqu'à l'autonomie sociale et personnelle qui fait un adulte. Je précise que je suis bien entendu prêt à entendre d'autres conceptions mais, tu as raison, il faut d'abord que nous parlions bien des mêmes choses.

A ces démarches participent divers contributeurs. Dans des sociétés tribales, c'est la tribu qui est éducatrice ou plutôt chaque membre de la tribu. Nos sociétés avant l'urbanisation était du même ordre: le village avait une action (involontaire) sur chacun qui, d'ailleurs, s'en sentait membre. Et l'ensemble de la population avait un sens de responsabilité collective qui fait que les déficients intellectuels, par exemple, avaient leur place dans la vie sociale et n'étaient pas placés en institution. Il n'y avait pas de discrimination mais de la solidarité. La discrimination est une problématique récente.

Dans nos sociétés urbanisées, les tâches se sont spécialisées et donc des sphères d'éducation se sont formées. C'est l'essentiel du travail de Chombard de Lauw que j'ai cité: famille- école -temps libre pour les enfants. Bien entendu, il y aurait quand même lieu d'y ajouter le quartier, les rencontres diverses, etc... surtout dans la nouvelle vie des cités dans lesquelles les corps se reforment en solidarités. Mais une distinction est nette: certains ont des fonctions désignées et d'autres pas.

Aussi la question que tu poses de savoir si le plombier doit être considéré comme éducateur est particulièrement pertinente: il ne l'est pas par nature mais il contribue "involontairement" à l'éducation, souvent petitement, quelquefois de façon marquante (nous avons tous des exemples d'enfants qui ont été marqués de la rencontre avec une personne qui n'avait aucune fonction d'éducation et qui, pourtant, a laissé une empreinte forte). Et je ne résiste pas à rappeler ici le film "les choristes" dans lequel on voit le moins pros de ceux qui s'occupent des enfants avoir la plus grande influence sur eux et récupérer formidablement un déviant pourtant plein de richesses que les éducateurs professionnels allaient installer dans ses problèmes.

Contrairement à d'autres pays, en France il est considéré que l'éducation est large. C'est une éducation "sociale" équilibrée entre ces sphères, par opposition à des pays où l'essentiel est censé venir de la famille. Surtout dans des pays où la notion de laïcité n'existant pas, c'est la notion de "lignée" qui s'impose (Droit du sol versus Droit du sang). Chez nous, l'Etat entre dans l'éducation; il a sa part et la revendique. C'est justement la raison pour laquelle à la fin du 19ème siècle on a demandé aux instituteurs d'élargir leur impact sur le hors école par la création partout dans les campagnes des amicales laïques dont les équivalents sont maintenant les centres aérés. Ces derniers ne sont pas de simples garderies, quand même. J'ai une plus haute idée et perception de ces institutions!

C'est une telle conception qui a fait passer le nom du ministère des écoles de "Ministère de l'Instruction Publique" à "Ministère de l'Education Nationale". Ces mots ont du sens même si de nos jours ça ne va pas toujours aussi bien qu'on pourrait l'espérer.

De ce raisonnement découle que dans certaines sphères, certains ont une charge précise alors que hors de ces sphères, l'éducation est spontanée. C'est à dire non spécialisée.

Sur la différenciation entre Educateur et Educateur spécialisé, j'ai déjà mis un paragraphe sur mon post précédent en rappelant l'historique de l'apparition des éducateurs spécialisés. J'attends ton sentiment.

En conséquence, les enfants étant par nature en situation d'éducation car c'est leur stade social, tous ceux qui s'en occupent ont vocation à contribuer à leur éducation et en sont donc les éducateurs. Parmi ceux-ci, les gens qui œuvrent dans l'animation (professionnels ou non) sont donc des éducateurs qui agissent dans le domaine de l'animation. Ils n'ont nul besoin d'être éducateur spécialisé ou autre. Ils sont éducateurs comme Mr. Jourdain qui faisait de la prose sans le savoir. C'est dans la nature de leur fonction dès lors qu'ils ont suffisamment de bon sens (c'est d'ailleurs pour cela que des forums comme ici ont beaucoup plus d'importance que certains pensent).

Aussi, c'est lorsque l'on transgresse ces données que les problèmes arrivent. Et par exemple:

-lorsque l'on demande à un animateur de prendre en charge des enfants à problème: ces derniers relèvent d'éducateurs spécialisés; la spontanéité a ses intérêts... et ses limites; ne pas le voir a ses dangers.

- lorsque l'on oublie ces fondements et que l'on anime... sans savoir pourquoi ni pour quoi: on tombe sur des rituels infantilisés ou de la consommation préfabriquée

- lorsque l'on oublie la portée de nos actes pour s'en tenir à des plaisrs immédiats sans en mesurer la portée;

...

Tu as certainement eu l'occasion de voir mes interventions sur les quads, les boums, les mini-miss, Disneyland, le développement dit "durable", etc...

Je suis impatient de lire tes réactions et te redis encore une fois tout le plaisir que j'ai de discuter avec toi.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

P.S.

Qu' un enfant s'éduque "tout seul" au contact de divers personnes est parfait et de la vie normale: c'est l'éducation qui vient du dedans, l'éducation construite par opposition à l'éducation instruite.

Mais... la primauté des savoirs construits sur les savoirs instruits est un des fondements de ce que l'on appelle les méthodes d'éducation active.

Je serais enchanté que l'on ouvre un forum sur ce sujet.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Mimi78

Bonjour,

Je confirme : la colo du Pylône à Mimizan : GENIALE ! mon fils y a fait 2 séjours : infos avant départ, infos pendant le séjour (site internet), les enfants sont littéralement dorlotés. Et j'ai eu l'occasion de les voir encadrer une baignade l'année suivante car nous sommes allés en vacances pas loin, et niveau sécurité nickel !

Il est également parti 3 fois avec "temps jeunes" et les 3 séjours se sont très bien passés à tous les niveaux.

Cette année on hésite entre un séjour "temps jeunes" et un séjour avec "Planète Sciences" (à Bécours). Quelqu'un connaît-il cet organisme ? je ne trouve pas beaucoup d'avis sur le net... On les a rencontrés au forum des métiers à la Défense (92) il y a une semaine...

Merci pour vos avis

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité zcazy

Bonjour,

comment répondre à une affirmation telle que celle-ci: "Dur, dur de trouver une bonne colo!!!"

Étant animatrice depuis quelques années déjà, j'ai eu l'occasion de travaillé avec plusieurs organismes différents.

Pour ma part, j'ai eu la chance de toujours tomber sur une équipe d'animation complémentaire et sympathique.

Cela a permis aux colons (qu'ils soient enfants, pré-adolescents ou adolescents) de passer dans l'ensemble un excellent séjour (d'après les colons eux-mêmes ainsi que les parents.)

Évidemment tout ne peut pas être parfait!!!

Mais la vraie question que vous devez vous poser c'est pourquoi je souhaite envoyer mon enfant en colonie.

A partir de là, il vous faut regarder quel organisme correspond le plus à vos critères...

Certains utilisateurs dénigrent des organismes que d'autres recommandent...

Cela prouve bien que suivant les séjours, l'équipe pédagogique, les colons... tout est différent!

Rassurez-vous les parents, vous n'êtes pas les seuls à avoir du mal à choisir une colo pour vos enfants, nous aussi (les animateurs, directeurs, personnel de service...) nous sommes parfois menés à faire des expériences ... qui quelles qu'elles soient seront toujours enrichissante sur le plan personnel ainsi que professionel.

Je ne vous recommanderai donc comme vous l'aurez compris aucun organisme, cependant je vous souhaite de trouver LA COLO qui fera rêver vos enfants.

Bonne recherche et peut-être à un de ces débuts de séjour!!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

UN AVIS SUR SEJ pour ados?

Alors tout dépend de ce que vous recherchez...

Plutôt un séjour dans un pays européen ou même plus lointain?

Un séjour en France?

Quel thématique?

Pour quel tranche d'âge? (ados c'est un peu vague!!!)

Il existe de nombreux organismes qui peuvent vous intéresser...

Donc avec plus de précisions, il me sera possible de mieux vous orientez sur plusieurs choix possibles.

Après à vous de voir ce qui vous conviendra le mieux!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Toto

Sans vouloir remettre de l'huile sur le feu, je vous déconseille également [xxx]. J'ai été directeur de séjours et je peux vous garantir que la Direction est trés complaisante avec, au hasard, les problèmes d'alcool, de drogue et de sécurité en général en ce qui concerne les personnels comme les enfants. Le seul impératif est la rentabilité et le remplissage des séjours et la direction se fiche des problèmes de nourriture, autre exemple, en disant au driecteur de se débrouiller avec des quantités insuffisantes (commandes passées par la Direction pour 40 personnes quand on est 65). Je vous en passe et des meilleures !

Heureusement, d'autres organismes sérieux éxistent. Les colos sont une super expérience pour les enfants, il serait dommage de les en priver !

Modifié par Olivier
Menace de plainte en diffamation de la part de l'organisateur concerné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Avez vous penser à envoyer vos enfants dans les colonies de vacances au Québec?? Car plusieurs camps accueillent des jeunes venant de l'international

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour,

Nous sommes également très mécontents des camps de vacances [xxx].

Nos deux enfants 11 et 13 ans devaient passer cette semaine dans un camp "[xxx]".

Ils ne sont pas restés 24 h car l'encadrement et la sécurité étaient déplorables.

Je souhaiterais prendre contact avec des parents qui sont dans notre cas.

Merci pour vos réponses

Pagaso

Modifié par Olivier
Menace de plainte en diffamation de la part de l'organisateur concerné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Je fais régulièrement des interventions sur le même thème: le déroulement d'un séjour dépend avant tout de la qualité de son directeur. Et là, il y a de tout.

L'organisateur n'est en cause que pour les conditions mises en place, mais par pour le déroulement... sauf que c'est l'organisateur qui embauche le directeur. Mais sur quelles compétences ?

Quand vous choisissez un séjour, exigez de rencontrer le directeur. C'est quand même lui qui va s'occuper de ce que vous avez de plus précieux au monde. Pas le vendeur ou la secrétaire. Et si vous ne pouvez pas le rencontrer... méfiance: soit il n'est pas présentable, soit il n'est pas encore embauché. Pourquoi??

Les colonies de vacances deviennent de plus en plus des organismes de tourisme pour enfants. Seulement, voilà: dans un club d vacances pour adultes, les conditions matérielles sont seules déterminantes. S'agissant d'enfants, c'est plus fin, plus délicat. L'attention du directeur est autrement p^lus importante que les activités vendues.

Si les enfants n'avaient pas besoin d'être entourés, il n'y aurait pas besoin d'encadrement.

Voici les raisons essentielles pour lesquelles les colos sont si différentes les unes des autres.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité pilou

Je fais régulièrement des interventions sur le même thème: le déroulement d'un séjour dépend avant tout de la qualité de son directeur. Et là, il y a de tout.

L'organisateur n'est en cause que pour les conditions mises en place, mais par pour le déroulement... sauf que c'est l'organisateur qui embauche le directeur. Mais sur quelles compétences ?

Quand vous choisissez un séjour, exigez de rencontrer le directeur. C'est quand même lui qui va s'occuper de ce que vous avez de plus précieux au monde. Pas le vendeur ou la secrétaire. Et si vous ne pouvez pas le rencontrer... méfiance: soit il n'est pas présentable, soit il n'est pas encore embauché. Pourquoi??

Les colonies de vacances deviennent de plus en plus des organismes de tourisme pour enfants. Seulement, voilà: dans un club d vacances pour adultes, les conditions matérielles sont seules déterminantes. S'agissant d'enfants, c'est plus fin, plus délicat. L'attention du directeur est autrement p^lus importante que les activités vendues.

Si les enfants n'avaient pas besoin d'être entourés, il n'y aurait pas besoin d'encadrement.

Voici les raisons essentielles pour lesquelles les colos sont si différentes les unes des autres.

Noël

ha Noel t'es incorrigible.

On avait déjà eu cette discussion il y a quelques temps.

Je ne suis pas tout à fait d'accord avec toi, je remet juste mon avis en copié/collé, un peu la flemme de réécrire la même chose

"Mouai, d'accord avec le fait que le directeur et l'équipe d'animation sont les acteurs essentiels d'un séjour.

après je pense qu'il faut arrêéter de berner les familles qui posent ici des questions sur les séjours vacances en général.

Affirmer qu'il FAUT rencontrer le directeur me semble une ineptie totale. Allons Noel, ne serait ce qu'en terme d'organisation pratique, cela te semble-t-il vraiment possible, si ce n'est via une réunion de présentation de séjour (mais à ce moment là les enfants sont déja inscrits et le séjour en partie payé)

La plupart des organisme vacances fonctionnent sur une organisation liée en partie à l'animation volontaire (sur le secteur vacances du moins). C'est une réalité qui n'a rien de scandaleuse de dire que les recrutements de directeurs ne se font pas un an à l'avance (rien que parce que des gens qui sont généralement étudiants ou salariés ailleurs que dans l'animation) peuvent difficilement s'engager autant à l'avance. Après c'est vrai qu'il y en a qui reviennent d'une année sur l'autre, d'autre qui savent qu'ils peuvent s'engager aussi lgtps à l'avance, mais ce n'est pas une majorité.

Et effectivement des organismes qui attendent de voir si le séjour sera viable avant de recruter le directeur: et alors, est ce si terrible? Tant que ce n'est pas 1 semaine avant le début du séjour. je vois bien la situation du directeur à qui on a promis qu'il travaillerait depuis 1 an et qui apprend que son séjour ne se fera pas faute d'inscrits 2 mois avant le début de la saison: et bien il va arriver directement dans la rubrique "défouloir" pour dénoncer ce mode de fonctionnement qui exploite les personnes.

L'organisateur est, comme son nom l'indique, l'organisateur du séjour. Il n'y a donc rien d'abérrant à ce que ce soit l'interlocuteur premier de la famille. Ca ne veut pas dire qu'il doit être l'interlocuteur unique, mais il me semble qu'il est incontournable et qu'il doit être digne de confiance. Libre aux familles de se renseigner sur cet organisateur, de le sélectionner en fonction des critères qui leurs sont propres (politiques, religieux, thématiques, pédagogiques...), et c'est sur ce point que l'information peut en effet sembler difficile à trouver, ou en tout cas à décortiquer avec un regard non averti.

Les organisateurs n'ont pas aucun regard sur un séjour, si ce n'est administratif comme tu l'affirmes. Un organisateur est quand même le pilote et le garant d'une politique, de méthode éducatives, d'une vision e l'animation. Faut arrêter avec ce discours démago

Un séjour peut très bien être vendu à l'avance par un organisateur avec lieu, thématiques, activités principales déjà définies... sans que ça n'empêche le directeur et son équipe de le préparer efficacement par la suite

Et puis être parent d'enfant qui part en séjour vacances, c'est apprendre à déléguer son autorité, à faire confiance (certes pas aveuglément à tout va) à tiers quant à la prise en charge de son enfant, qui ne sera peut être pas la même qu'à la maison: mais c'est ça aussi l'intéret de ces séjours.

Donc OUI, le directeur et les anim font partie des principaux acteurs d'un séjour dans la mesure où ils vont être en contact direct avec les enfants, mais le séjour n'existerait pas non plus sans l'organisateur

OUI il arrive des accidents ou des dérives chaque année, elles sont cependant minimes (en quantité) au regard du nombre de séjours et d'enfants qui partent en séjour: certaines relèvent de la fatalité, certaines relèvent d'une mauvaise organisation, certaines relèvent de manquements graves aux règles de sécurité, certaines relèvent de l'inconscience de personnes (animateurs, directeurs, intervenants extérieurs, chauffeurs, cuisiniers...)"

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité PAGASO

Bonjour,

Savez vous si le cuisinier et le directeur font parti de l'équipe d'animation ?

Plus précisément, quand il est affiché dans le descriptif de la colonie 1 animateur pour 8 enfants, est ce que le cuisinier et le directeur sont considérés comme animateurs ?

Merci pour votre réponse

pagaso

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonsoir,

Savez vous si le cuisinier et le directeur font parti de l'équipe d'animation ?

Plus précisément, quand il est affiché dans le descriptif de la colonie 1 animateur pour 8 enfants, est ce que le cuisinier et le directeur sont considérés comme animateurs ?

D'un point de vue réglementaire, et compte tenu de l'âge de vos enfants, le directeur ne peut pas être compté comme animateur dans l'effectif. Ce n'est le cas que pour un séjour de 20 mineurs maximum, âgés d'au moins 14 ans. Le séjour auquel ont participé vos enfants ne semble pas correspondre à ces caractéristiques. Voir notamment ce tableau récapitulatif.

Concernant le cuisinier, c'est encore moins le cas : si les animateurs et directeurs sont déclarés auprès des services de Jeunesse et Sports pour le calcul du taux d'encadrement, ce n'est pas le cas du personnel technique et de cuisine.

Bonne soirée,

Quentin

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité SPARAILON

Bonsoir,

Je viens de retrouver ma fille qui a passée les deux semaines à [xxx], lorsqu'elle nous a raconté son séjour on lui a demandé pourquoi elle ne nous avait pas appelé, vu les conditions dans lesquelles les enfants se trouvaient . A priori, le maire s'étant déplacé a comparé le campement à un camp de réfugiés", cela résume la situation. Elle n'a simplement pas osé nous prévenir car on avait choisi ce camp ensemble. Elle avait bien vu des enfants partir trés rapidement peut-être les votres, je viens d'écrire à [xxx] et attend leur réponse. Nous n'allons pas passer sur ça. Nous avons été tant enfants en colonie qu'animateurs ensuite et nous n'avons jamais vu de telles conditions de "VACANCES". Car doit-on le dire les colonies doivent être et rester de bons moments à vivre et faire de bons souvenirs pour les enfants.

Nous partageons bien sûr vos impressions sur cette colo et restons à votre disposition pour la suite. En tout cas nous devons faire bouger les choses afin que d'autres enfants n'assistent à de telles camp!!

Cordialement

MODERATION
Merci de vérifier la véracité de vos citations et de faire attention aux termes employés. Olivier.
Modifié par Olivier
Menace de plainte en diffamation de la part de l'organisateur concerné.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Bonjour,

Savez vous si le cuisinier et le directeur font parti de l'équipe d'animation ?

Plus précisément, quand il est affiché dans le descriptif de la colonie 1 animateur pour 8 enfants, est ce que le cuisinier et le directeur sont considérés comme animateurs ?

Merci pour votre réponse

pagaso

Il ne faut pas confondre ce qui compte et ce qui se compte.

Le nombre ne fait pas la qualité, il en est seulement une des exigences nécessaires.

Aussi, comment compte-t-on et que compte-t-on ?

Lorsque c'est parmi les animateurs que l'on trouve l'assistant sanitaire, celui qui rédige le blog, ceux qui débarrassent ou se consacrent à des tâches ménagères, ceux qui préparent leur matériel, etc.... qui est avec les enfants lorsqu'ils s'acquittent de leurs tâches annexes ?

Et lorsqu'il y a des congés, et des pauses, et des réunions, combien d'animateurs sont en réalité avec les enfants ?

Pour qu'il y ait 1 animateur en exercice pour 8 enfants, il faut 1 assisant sanitaire qui ne fasse que cela, un animateur chargé des questions matérielles, des animateurs spécialisés pour les domaines techniques pointus (céramique, musique, théatre, vivariums, surf, équitation, etc.?..) en plus des animateurs directement en charge des enfants et pas parmi eux.

Au total, c'est de l'ordre de 1 pour 4 ou 5 enfants.

Dans une structure que je connais bien, c'est 1 adulte pour 4,3 enfants en moyenne tous séjours confondus.

Et en maternelle, l'agrément PMI (qui est indispensable sinon fuyez les colos qui ne l'ont pas ou ne vous plaignez pas) est bien plus exigeant. Dans une structure que je connais bien: 6 animatrices plus 1 directrice et 2 personnes de service pour 29 enfants. Faites vos comptes. Et pour avoir moi-même dirigé des séjours avec des petits (4 et 5 ans), je vous assure que 7 pour 29 c'est absolument nécessaire si l'on veut être honnête avec les déclaration bien souvent mensongères de "respect des individus" car pour cela, avec des jeunes enfants, il faut être 1 pour 2 ou 3. Sinon c'est collectif, comme l'école maternelle.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Chanti

AVIS SUR COLO CAP JUNIORS

Bonjour,

Je suis très insatisfaite de Cap Juniors suite à un stage effectué par mon fils de 13 ans au centre de Poitiers cet été 2011 : stage skate, roller et multiactivités.

Beaucoup trop de temps libre avec pour seule proposition : ranger sa chambre, jouer au ping-pong (mais une seule table pour 300 stagiaires don toujours occupée) ou aller consommer au bar (payant)

Nombreux vols d'effets personnels sur le centre

Consommations prises au bar avec usurpation d'identité donc sous le nom d'un autre stagiaire

Animateurs peu disponibles et en sous-nombre.

Aucune activité proposée le samedi ni le dimanche matin.

Animateur qui se repose au lieu d'enseigner le sport.

Lever tôt et coucher tard avec très mauvaise organisation du temps.

N° surtaxé pour contacter un animateur, et aucune solution proposée suite aux plaintes.

Nourriture moyenne.

Mauvaise ambiance générale.

Mon fils a dû quitter le centre 1 semaine avant la fin de son séjour mais aucune écoute de la part de Cap Juniors.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité claire83520

Bonjour, quelqu'un a t'il envoyé son ado avec le site 2M mer et montagne à Mimizan et avez vous été satisfait ? Merci

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

Bonjour, quelqu'un a t'il envoyé son ado avec le site 2M mer et montagne à Mimizan et avez vous été satisfait ? Merci

Je crois utile de préciser qu'à MIMIZAN il n'y a pas que 2M comme colo. D'autres présentent des caractéristiques différentes et ne sauraient être assimilées à celle citée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité adeloush

Bonjour a tous,

Dommage qu'il n'y ait pas plus de messages sur ce forum pour s'echanger des bons plans pour la recherche de colonie.

Il y a telllement de choix qu'on ne se sait que choisir.

Alors la meme question revient toujours : mon enfant sera t'il encadré par des personnes competentes et pas des jeunes qui ne pensent qu'a s'amuser et gagner un peu d'argent pour l'ete.

Je dis cela parce que mes enfants reviennent d'un séjour de 15 jours dans l'isère avec un encadrement pour le moins douteux!!!!(bon je vous relate pas les faits ca risque d'etre assez long)

Donc je suis a la recherche d'un séjour pour cet été, en me disant est ce que je vais reussir cette fois ci a leur trouver une colonie digne de ce nom.

Je vous en dit plus concernant ma recherche des fois qu'un professionel lirait ce message.

C'est pour 2 enfants 6 et 8 ans avec activité multi sports type accrobranche etc......

J'ai toujours gardé de tres bons souvenirs de mes colonies de vacances et j'aimerai que ce soit pareil pour mes enfants!!!

LE TEMPS DES VACANCES !

c'est super et pas chère !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Noël

Au nom d'un égalitarisme doctrinaire, tout classement des colos est évacué... contrairement aux hôtels, restaurants, campings, etc... Et lorsque des organismes fédérateurs font des chartes ou autres engagements, ils sont tellement tenus par l'obligation de n'écarter aucun de leur membre qu'ils font des règles à minima.

Quand aux exigences règlementaires, elles sont... administratives et minimum pour n'éliminer personne.

Il faut donc se faire une idée soi-même, par d'autres moyens. Et se méfier des bonimenteurs qui fleurissent.

La principale condition à la qualité d'un séjour est son Directeur. En effet, quelle que soient les conditions d'accueil, si l'ambiance est mauvaise ce sera désagréable; quelles que soient les activités prévues, si elles sont mal faites avec des enfants mal encadrés ou mal soutenus, ça n'ira pas loin; quelles que soient les équipes: un directeur a l'équipe qu'il mérite. Aussi, méfiez-vous des grosses boites qui "montent" des séjours, s'échangent enfants et équipes, et ne sont que des marchands de vacances bien loin des enfants.

Donc:

1) IL FAUT PARLER AVEC LE DIRECTEUR.

Si, comme ça a déjà été rappelé ici, le directeur n'est pas engagé, c'est à dire si un séjour est "monté" par un organisateur qui ne sait même pas à qui seront confiés les enfants: FUYEZ. Comment imaginer confier son enfant à quelqu'un à qui on ne peut même pas parler??? Qui a été embauché par quelqu'un que vous ne connaissez pas??? Avec une qualification minimum?

2) Intéressez-vous aux conditions d'accueil: quand on a 7 ou 8 ans, le camping plusieurs jours sans Maman, ça tourne vite mal. Surtout s'il pleut. Quand à la nourriture faite pas des jeunes de 20 ans!!! Votre enfant mérite des locaux de qualité et pas les centres dont les adultes ne veulent pas. Les chambres, les lits, les sanitaires, les soins, la nourriture, tout... et la distance pour les activités (2 km à pied c'est pas un bord de mer quand on a 8 ans!).

3) Fouillez la question des activités: équipement, matériel, compétences, etc... Nous connaissons tous un organisme commercial prétendument "scientifique" chez qui hors des 2 heures quotidiennes d'activité "vendues" le laisser-aller domine.

Des bons organismes, il en existe autant que de détestables. Soyez vigilants, soyez exigeants.

Vos enfants sont ce que vous avez de plus précieux.

Noël

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

Je suis partie de nombreuses fois en colonie de vacances étant petite et autant ça se passait super bien pour moi, mais pour ma sœur c'était l'enfer. et pourtant on partait avec le même organisme ... donc je pense vraiment que ce qui compte c'est les animateurs (et le directeur ... enfin surement). Et je suis aussi bien partie avec ma mairie que vacances pour tous. Je pense surtout qu'il faut partir avec un organisme qui nous inspire confiance (il y aura tjrs du + et du - car ce ne sera pas les mêmes anima ni les mêmes enfants dans les colos), que l'enfant choisisse sa colo. S'il fait ce qu'il aime devrait pas y avoir de problème ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement