melanie

Retour de colo

Recommended Posts

Coucou à tous, et oui je viens de rentrer de colo et c'était super ! Bien que le séjour n'ai rien eu d'exceptionnel, le groupe anims n'était pas très soudé et parfois léger au niveau boulot, je rentre ravie de mon séjour ou j'ai rencontré des gamins géniaux. Cela fait trois jours que je suis rentrée et j'ai toujours cette boule dans le ventre car ils me manquent tous. En plus je repars demain et pour le moment je ne suis pas très motivée car j'ai toujours le mois de juillet en tete, mais je sais qu'une fois la-bas ça me passera et que ce sera pareil fin aout. Alors merci à tous ces loulous qui m'ont apportés beaucoup et peut etre à l'année prochaine. :bye:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut à tous, je suis de retour, mais pas pour longtemps. Je suis rentree samedi soir de ma colo. J'étais partis un mois dans le var, en camping et avec des 6-13 ans. C'etait super ! Avec l'équipe d'animation et la directrice on s'est tous bien entendus et ceux pendant tous le mois. J'en garde de super méga bon souvenir. L'odeur des pins, le bruit des cigales, le soleil, des gamins sympathiques (dans l'ensemble)... :D

Voila lundi je commence un centre de loisirs, mais je ferais aussi un minicamp de 3 jours, ca va etre sympa. Par contre la je rentrerais que les week ends. C'est déjà ca.

J'espère que pour la plupart vous avez passez de super bonne colo :D

:bye:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité béa

je viens de revenir de colo il y a à peine 1h et je suis toute triste.... :(

Les gamins ont été gformidables, l'équipe d'animation tres imaginative et soudée...bref je me suis de nouveaux potes et on repart l'année prochaine pour 3 semaines de colo mémorables avec les memes loulous!

Maintenant je n'ai plus qu'a deprimer en regardant les photos et en pensant à tous ce que j'ai vécu comme emotions la-bas.

j'avais juste envie de partager ca avec tout le monde. Mais c vrai que les mots me manquent pour exprimer ce que je ressens tellement c'est intense...et tellement je suis fatiguée!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité salami

COUCOU

c est pareil,j ai fait deux colos cette été et je ne trouve pas non plus le smots pour expliqué les joix que ca procure.Malgré que certains enfants nous on donné envie de foncé tete béssé vers le mur des fois,ca reste des moments inoubliables et tres fort emotionelement.Des fois j y repense et j en ai presque les larmes aux yeux.D une part parce que je m etais attaché a des gamins plus qu adorable,et l equipe d anims etait merveilleuses.Donc voila je souhaite a tout anim de passer des journée de colo ou de centre merveilleuse en tout point car quand ca se passe dans des conditions ideal c est vraiment exceptionelle comme metier.

bon courage a tous et vive l animation

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ca les retour de colo c'est super difficile, on a vecu 15 jours ou plus avec un groupes ,on a donc créé des affinités , pris des habitudes. Et d'une minute a l'autre on se retrouve a devoir s'occuper QUE de soit meme et c pas facile l'ennui prend vite place et comme on ne sait pas trop quoi faire ben c'est ensuite la nostalgie qui s'installe et la c'est encore plus dur ! Enfin tout ca pour dire que c'est pas simple et je dirais meme que c'est encore pire quand il faut réanchéner avec un nouveau groupe des le lendemain car il faut tout recommencer des le debut, faire connaissence, créer une ambiance...ETC

Les enfants me disent souvant "Pourquoi sa fait aussi mal de se quitter ? " et je leurs repond que ca fait partie des regles du jeu de la colo et que c'est aussi pour que l'on soit heureux le jour ou l'on se retrouve !

Et oui c'est aussi cela qui fait que les colos sont magic !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Jenny

Les retours de colos ou même les fins de centre aéré, C'est horrible! J'y pense quelques jours avant, je réalise pas encore que c'est la fin sauf quand je dois monter dans le bus qui s'en va de la colo. ça fé 5 ans que chui animatrice et je pleure a chak foa! cé de pire en pire ts les ans! Je fé même pleré lé autres anims, voire dé parans! apré kan chui ché moa tte seule, je mé plusieur mois avant de m'en remètre! japèle svt les autres anims pr reparlé de nos souvenirs kar eux seul peuvent comprendre kar ils ont vécu ça ac moa! Cé dur de sortir de sa tite bulle et de retourné a la vré vie, d'être au courant des infos, dentendre des voatures, de voir une télé é un ordinateur! é pdt un an jatan ke ça!

Nan mé sérieu, vivre pdt 3 semènes ac une dizène d'anims et une quarantène d'enfants et se retrouvé ché toa, cé hyper dur! mé bon vive les colos quand même! Je me sens bien en colo! Hate d'y retourné!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut jenny,

Ton message a très bien commencé mais apparemment le langage sms est revenu au galop :bigemo_harabe_net-134::bigemo_harabe_net-03: !!!! Très franchement, c'est très désagréable à lire sur un forum alors un petit effort!!! Ecris français stp :bigemo_harabe_net-122::bigemo_harabe_net-12: !!! Merci :)

à plus

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pareil, à chaque fin de colo, c'est... :bigemo_harabe_net-102: (kleenex). Dur, dur, surtout que quand je rentre chez moi, mes parents sont rarement là dans la journée et je me retrouve tout seul, dans une maison vie, à entendre résonner les cris des gamins. Alors dans la mesure du possible, je passe du temps chez des potes.

Sinon, truc marrant, pendant deux jours on est encore dans le rythme, puis PAF ! On dort pendant une journée et on met une semain à s'en remettre (enfin, sauf quand on enfile plusieurs séjours). En tout cas moi ça me fait ça. Pour l'anecdote, deuxième soir après la colo, vers deux heures du matin j'entends du bruit. Je me lève, la tête dans le c** :bigemo_harabe_net-101: , vais jusqu'à l'escalier et demande "Qu'est-ce qu'il y'a ?", m'attendant à une réponse du type "Y'a machin qu'est malade." Quelle fut ma surprise d'entendre : "Oui, oui, c'est ton père qui soulage un besoin nocturne. T'es plus en colo Rémi, retourne te coucher, va !". Ca a pas fini de nous faire rire.

Honnêtement, je pense qu'on peut comparer le métier d'animateur et les colos à une drogue : pendant on s'éclate malgré quelques quelques difficultés, ensuite on se sent mal, et après ça nous manque. Sauf que c'est pas dangereux pour la santé ! :bigemo_harabe_net-100:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Louping

Cela fait de nombreuses années que je faisais des colos en tant que colon, et j'avais toujours un sentiment d'abattement en rentrant chez moi.

Mais depuis que je suis animatrice c'est dix fois pire !

La première colo que j'ai faite s'est passée mieux que bien. C'était en Corse, cadre idyllique déjà, en bungalow de toile avec des 10-14 ans. Ils avaient eu beau avoir payé un séjour multi-activités, donc pas forcément sportif, on a pas arrêté des deux semaines ! Ils ont été un super groupe de jeunes, sans quasiment jamais se plaindre (même après 4h30 de marche, ils commençaient à peine à dire qu'ils avaient mal aux pieds, franchement chapeau).

Même sur la fin, où on a eu quelques problèmes au niveau de la santé de certains jeunes (épidémie de gastro), et de l'organisation, ils sont restés super !

Quant à l'équipe d'organisation, l'entente était tellement bonne, qu'on avait pas forcément besoin de parler pour comprendre ce qu'on avait chacun à faire. Tous les animateurs étaient à fond, même si il y a eu des p'tites prises de bec vite calmés car on ne montait pas sur nos grands chevaux, on savait admettre nos torts.

Même le directeur était super étonné, fier de nous et ne me croyait pas quand je lui disais que c'était ma première colo.

Du coup, en rentrant, après tant d'émotions, et tant de choses vécues, je me suis limite effondrée de fatigue et je suis tombée dans une morosité qui a bien duré une semaine. :cray:

J'en garderais jusqu'à la fin de mon travail d'animatrice un super souvenir car j'ai pu me prouver que je pouvais dépasser mes limites et car être animateur c'est quelque chose d'exceptionnel. Je crois que remiposeidon a raison, on peut comparer l'animation à une drogue sans les effets nocifs. Je vais d'ailleurs aller demander à mon médecin de me prescrire une p'tite colo de deux semaines histoire de me remettre sur pied moralement :wink:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité slim

Bonjour ,

Moi aussi plein de souvenirs de colos mais le meilleur c était cet été une colo foot de 10 jours avec une fille en directrice qui ne savait pas joué au foot .

Des gamins super , une équipe formidable et un séjour ou tout le monde c est éclater les anims dans leur animation et les enfants a progressé et meme a passé du bon temps .

Conclusion pour le départ les gamins dégouté il s voulaient resté plus l équipe d animation qui s en va en trainant less jambes et la directrice en larme .

L équipe d animation a promis de repartir endemble et on a réussi ce qu on voulait apprendre a la directrice a joué au football est elle a meme marqué un but le dernier soir en match contre les animateurs d une autre colonie

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Gillon Sofia

Bonjour j'ai 13 ans et avec ma meilleure amie nous voudrions partir dans une colonie cette eté , qui n'est pas trop sticte et ou on s'eclate bien , Le budget de nos parents : 500 euros. Mercii ;)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Cela fait de nombreuses années que je faisais des colos en tant que colon, et j'avais toujours un sentiment d'abattement en rentrant chez moi.

Mais depuis que je suis animatrice c'est dix fois pire !

La première colo que j'ai faite s'est passée mieux que bien. C'était en Corse, cadre idyllique déjà, en bungalow de toile avec des 10-14 ans. Ils avaient eu beau avoir payé un séjour multi-activités, donc pas forcément sportif, on a pas arrêté des deux semaines ! Ils ont été un super groupe de jeunes, sans quasiment jamais se plaindre (même après 4h30 de marche, ils commençaient à peine à dire qu'ils avaient mal aux pieds, franchement chapeau).

Même sur la fin, où on a eu quelques problèmes au niveau de la santé de certains jeunes (épidémie de gastro), et de l'organisation, ils sont restés super !

Quant à l'équipe d'organisation, l'entente était tellement bonne, qu'on avait pas forcément besoin de parler pour comprendre ce qu'on avait chacun à faire. Tous les animateurs étaient à fond, même si il y a eu des p'tites prises de bec vite calmés car on ne montait pas sur nos grands chevaux, on savait admettre nos torts.

Même le directeur était super étonné, fier de nous et ne me croyait pas quand je lui disais que c'était ma première colo.

Du coup, en rentrant, après tant d'émotions, et tant de choses vécues, je me suis limite effondrée de fatigue et je suis tombée dans une morosité qui a bien duré une semaine. :cray:

J'en garderais jusqu'à la fin de mon travail d'animatrice un super souvenir car j'ai pu me prouver que je pouvais dépasser mes limites et car être animateur c'est quelque chose d'exceptionnel. Je crois que remiposeidon a raison, on peut comparer l'animation à une drogue sans les effets nocifs. Je vais d'ailleurs aller demander à mon médecin de me prescrire une p'tite colo de deux semaines histoire de me remettre sur pied moralement :wink:

Pour moi, ce que tu évoques est un problème (cette morosité d'après colo) tout à fait normal sur les premières colos, mais qui, normalement, se décante par la suite. Au bout de quelques colos, aussi splendide soit l'ambiance, le contexte etc..., il faut espérer que cette période de morosité n'existe plus.

Tout simplement car c'est un des paramètres qui permet de juger le détachement nécessaire dont on peut faire preuve face aux enfants.

Détachement, non pas dans le sens : les enfants me blasent. Au contraire, détachement dans le sens où l'on est certain de ne pas s'attacher outre-mesure à l'enfant, ce qui fait qu'on pourra s'investir totalement, créer la relation anim-enfant et la faire évoluer comme on l'entend. Et cette évolution "comme on l'entend" n'est pas possible lorsque l'on est trop proche des enfants (ce qui a pour résultat ces périodes de morosité d'après colo). Car attaché à l'enfant, il guide également où il veut mener la relation anim-enfant, risquant même de l'emmener sur le terrain affectif.

Combien de fois a-t-on vu un enfant "chouchou d'un anim" profiter de ce statut en adoptant un comportement différent face à ses pairs, tout ça parce que l'anim n'a pas su gérer la relation anim-enfant, et a eu peur de mettre les limites normales...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Hello,

pour ma part, je distinguerais ce que j'appelle personnellement le SPC (Syndrome Post-Colo) avec des enfants et avec des adolescents. Avec ces derniers, cela peut être le signe que l'animateur a en effet instauré une relation tellement affective qu'elle s'apparente plutôt à du copinage (comportement tellement redouté de certains directeurs!) qu'à une relation anim-ado. Evidemment cette relation est aussi affective, on ne peut pas se mentir en se disant qu'on ne s'attache jamais à des enfants ou ados avec qui l'on partage un bout de vie (3 semaines peuvent parfois compter beaucoup quand on est enfant!).

Pour les enfants plus jeunes (3-11 ans en gros), un attachement affectif ne me semble pas non plus anormal, mais se pose alors la (fausse ?) question de la "distance appropriée". Longs débats en stage BAFA ça...

Ce "degré d'attachement" dépend beaucoup des personnes, des personnalités... Le bouddhisme enseigne le détachement et me semble quelque chose d'assez sain (et pas saint). Pour ma part, je considère que les colos nous font croiser certaines personnes (anims, enfants, parents parfois...) que l'on ne reverra sans doute jamais, mais cela ne m'empêche d'apprécier les moments partagés, les discussions parfois très personnelles avec certains enfants, mais aussi d'accepter la séparation. Non pas une acceptation forcée de type résignation, mais un véritable lâcher-prise sur cette situation.

M'enfin, on est pas encore bouddha, et le petit pincement au coeur du dirlo dans Nos Jours Heureux lorsque tous les enfants partent, c'est aussi du vécu... :-D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Houlà ! Prise de tête et grandes théories ! Qui ne sont pas fausses (et qui sont même très défendables d'ailleurs), il est vrai.

Mais au-delà de l'attachement que peut ressentir un animateur envers un enfant en particulier (ce qui est évidemment à éviter pour ne pas tomber dans le chouchoutage ou autre...) ou même envers plusieurs enfants (ce qui est déjà plus défendable mais le risque de copinage devient grand), et autres sentiments réfrénables liés à l'âge (mater, enfants, pré-ados, ados), etc... (que je me fasse bien comprendre, je viens de faire là un condensé des deux messages précédents avec lesquels je suis d'accord dans le principe, n'allez pas y voir autre chose), vous-est-il venu à l'esprit que le SPC (comme l'appelle si justement Ludow) vient tout simplement du manque que ressent l'animateur... envers la colo et non les enfants en particulier ?

Je m'explique (j'avoue que ma phrase/paragraphe précédente est un peu tarabiscotée pour ne pas dire capilotractée). Pour ma part, c'est la colonie dans son ensemble qui me manque quand je reviens de colo. Les enfants en font partie intégrante, il est vrai, et y tiennent même une place importante du fait qu'en colo (je n'ai pas fait de centres aérés, ça m'attire moins, et oui je reste à l'ancienne nomenclature car j'ai du mal avec tous les sigles d'aujourd'hui) on est avec eux 7j/7 et 24h/24 avec tout ce que ça implique dans les rapports. Mais la colo c'est un ensemble : les activités, les collègues, les lieux (pourquoi pas ?), le dynamisme, etc... C'est tout ça qui me manque quand je reviens dans mes foyers un peu vides... J'entends encore les cris des mômes dans les moments de silence, je m'ennuie parce que je ne trouve RIEN à faire d'un peu intéressant (même la télé et les jeux vidéos finalement, dont je suis pourtant adepte un peu plus que de raison je l'admets, trouvent peu d'intérêt...). Alors je fais des ballades à vélo, je passe beaucoup, beaucoup de temps avec des amis (ceux qui sont encore dans les environs), les VRAIS amis, qui sont capables de supporter sans m'en tenir rigueur mes récits de colo d'un œil vaguement intéressé alors qu'ils n'en ont rien à faire... (Bon, je ne parle pas que de ça non plus, faut bien se changer les idées quand même !)

Bref, c'est tout ça pour moi le SPC (j'adore ce nom, Ludow). Ca dure une petite semaine. C'est la colo dans son ensemble qui me manque. Voilà. C'était le témoignage d'un animateur occasionnel (du fait de mes études très prenantes, on en reparle quand je serais enseignant, on verra si j'ai toujours envie de faire des colos après une année à se farcir des pré-ados peu intéressés par l'Histoire). Je comprends que les directeurs et les animateurs professionnels peuvent avoir des avis divergents sur la question. Et c'est ça qui est intéressant, non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ta réponse,

je te rejoins d'ailleurs en élargissant mon propos. En effet, c'est (pour moi en tout cas) la colo "dans son ensemble" qui me manque ou qui laisse une impression de vide. En réalité, je pense que c'est la vie du groupe en elle-même qui nous manque. Il faut dire que la séparation est si soudaine...

Mais cela me fait penser que justement, une fin de séjour, ça se travaille en amont. Lorsqu'on y regarde de plus près, un groupe, ça vie, et ça se quitte. Une fois que les objectifs du groupe sont atteints (ex : passer de bonnes vacances), c'est-à-dire lorsque le séjour se termine pour les colos, hé bien c'est finito. Mais si, dans l'organisation du séjour, cela n'a pas été préparé, amené, évoqué avec l'équipe et les enfants/les jeunes, c'est là que l'on assiste à des excès (donc négatif!) de sentimentalité (et il faut avouer que nos chers ados nagent à fond dedans!!), des pleurs à foison, etc... Pour moi, ce n'est pas le signe d'un séjour réussi (ou en tout cas, pas bien fini).

Cela fait seulement 4 ans et demi que j'ai commencé l'animation, et après une vingtaine de séjours, mes motivations changent progressivement. Je ne viens plus chercher la même chose dans ces séjours, et il est vrai que la part d'hyper-affectivité est de moins en moins présente. Donc la nostalgie est de plus en plus rare également. Mais heureusement, cela n'a rien à voir avec un sentiment désabusé, blasé. Au contraire, je trouve de plus en plus d'intérêt dans mes séjours, j'apprends toujours énormément, et cela ne m'empêche pas de construire des relations chaleureuses et parfois intenses avec certains enfants/jeunes.**Vive le vieillissement !! (on pourrait me donner 40 piges là, non?)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

c'est là que l'on assiste à des excès (donc négatif!) de sentimentalité (et il faut avouer que nos chers ados nagent à fond dedans!!), des pleurs à foison, etc... Pour moi, ce n'est pas le signe d'un séjour réussi (ou en tout cas, pas bien fini).

Cela fait seulement 4 ans et demi que j'ai commencé l'animation, et après une vingtaine de séjours, mes motivations changent progressivement. Je ne viens plus chercher la même chose dans ces séjours, et il est vrai que la part d'hyper-affectivité est de moins en moins présente. Donc la nostalgie est de plus en plus rare également. Mais heureusement, cela n'a rien à voir avec un sentiment désabusé, blasé. Au contraire, je trouve de plus en plus d'intérêt dans mes séjours, j'apprends toujours énormément, et cela ne m'empêche pas de construire des relations chaleureuses et parfois intenses avec certains enfants/jeunes.**Vive le vieillissement !! (on pourrait me donner 40 piges là, non?)

Héhé... Mais je n'ai que 19 (bon, 20 au mois de mai) ans, moi ! Donc je suis encore un "grand ado" sentimental. Et je n'ai que trois séjours à mon actif. Donc, laisse-moi profiter de ma tristesse légitime et aiguiser mon expérience. :idiot: Lol (comme disent les djeun's). A propos, tu dis qu'on pourrait te donner 40 piges, moi on m'en donne entre 23 et 30, alors tu sais...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Effectivement, je rejoins Ludow sur le fait que les séjours qui se finissent par des pleurs incroyables sont synonymes de fin de séjour mal préparée. Le départ se prépare aussi, puisque l'on peut (on doit) penser que si un adulte, avec le recul dont il doit savoir faire preuve, n'est pas capable de gérer la légitime (ou non) tristesse d'après colo, les enfants, eux, en seront encore moins capables...

(enfin, quand je parle d'enfants, je devrais peut-être dire les ados, qui sont plus dans l'émotivité, la peur de jamais se revoir... ce qui est le cas 99% du temps, quoi qu'en disent les belles paroles).

Donc, la fin de colo, ça se travaille. Pas de tabou sur le fait qu'on ne se verra plus après, à moins de se retrouver sur une autre colo plus tard (ça m'est arrivé plusieurs fois), ou ailleurs, mais en tout cas par hasard... Et je pense que si l'adulte intègre ce paramètre, qu'on ne se verra plus après, mais qu'on a vécu un moment formidable ensemble, et que c'est ça qu'il faut retenir (et non pas la perspective de se revoir dans un autre contexte ou quoi que ce soit), et bien les enfants le ressentiront aussi et vivront également mieux l'après-colo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

(enfin, quand je parle d'enfants, je devrais peut-être dire les ados, qui sont plus dans l'émotivité, la peur de jamais se revoir... ce qui est le cas 99% du temps, quoi qu'en disent les belles paroles).

heu... moi je vois toujours des amis de colo de quand j'étais ado... ça fait 7 ans pour certains!

Donc, la fin de colo, ça se travaille. Pas de tabou sur le fait qu'on ne se verra plus après, à moins de se retrouver sur une autre colo plus tard (ça m'est arrivé plusieurs fois), ou ailleurs, mais en tout cas par hasard... Et je pense que si l'adulte intègre ce paramètre, qu'on ne se verra plus après, mais qu'on a vécu un moment formidable ensemble, et que c'est ça qu'il faut retenir (et non pas la perspective de se revoir dans un autre contexte ou quoi que ce soit), et bien les enfants le ressentiront aussi et vivront également mieux l'après-colo.

et c'est le but, je pense ! Bien vivre une fin de colo et une séparation (du lieu, des individus, du groupe...), c'est important. Combien de personnes n'arrivent pas à surmonter les séparations dans la vie de tous les jours... Même Christophe Maé le dit bien ("on s'attache, et on s'abandonne...").

Bon ok, je sors ^^

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Louping

Ouah, où que j'aille je déclenche le débat à ce que je vois ! Lol, je dis ça juste car j'ai laissé un précédent message sur un autre forum d'animation où tout un débat était lancé sur le fait qu'un animateur ne doit jamais douté.

Enfin bref je vais pas revenir là-dessus.

Juste pour dire, lorsque je disais que je suis tombée dans une sorte de morosité c'est vis à vis du séjour en général et non pas des enfants qui ne m'ont pas particulièrement manqué en tant qu'individus à part entière.

Quant aux séjours qui se terminent en pleurs, je suis totalement d'accord, ce n'est pas une bonne fin pour un séjour ! Je n'ai eu aucun souci de ce côté là, le retour s'est très bien déroulé.

Ce que j'exposais c'était mon sentiment personnel. M'étant dépassée physiquement dans cette colo, ayant fait abstraction de mes envies pour réellement animer les jeunes, j'ai eu du mal en rentrant chez moi à repenser à moi, à mes propres désirs.

Peut-être que c'est caractéristique du début de l'animation, mais dans ce cas là je veux que chaque colo soit une première ! Ce sentiment est trop "jouissif" si je peux me permettre durant le séjour pour que je tire un trait dessus.

L'animation c'est exceptionnel, c'est une aventure humaine et je trouve que ça devrait toujours le rester.

Et pas d'inquiétude, mon sentiment de tristesse est vite passé et j'ai repris le cours de ma vie étudiante sans souci ;-)

D'ailleurs je remets ça en février, je viendrais vous dire si j'ai eu ce fameux sentiment de vide en revenant ! :dance2:

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Animateursnif

Donc, salut je suis animateur dans une colonie qui c'est fini le 26 juillet et je me suis pas remis de la coupur entre les enfants, l'ambiance étais super cool, les enfants ne râler pas, s etais super ma meilleur colo et ma première en temps que animateur, quand je vue les enfants partir avec leurs parents j'étais triste, au bord des larmes arriver chez moi, c étais très silencieux je commence à allumer l'ordinateur et je regarde les photos des loulous... En pleure je vais sur mon téléphone ou j'ai prix des photos avec les petits et l'équipe des photos d'un avec les loulous même sur une photo ont avais l'impression qu'il vole dans les aires! Je suis en pleure rien quand vous le racontant.... Rentrer chez moi le soir je me fessait un petit diaporama des souvenirs et le soir dans mon lit je pleurer maitenant c'est plus mon cas je me suis un peut resessi et mais j'ai encore une boule au ventre... J'aime pas le sentiment de nostalgie... snif j'ai même fais signée mon t-shirt par tout le monde 46 colons :D Ah.... Si je pouvais faire un retour en arriere revivre se que j'ai vecu

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Et oui... Les retours de colos sont toujours difficiles. Vivre pendant 14 jours ou 21 jour, 24h/24 avec d'autres personnes créer des liens et une habitude... Se retrouver seul au retour de centre, sans un bruit, sans personne à qui parler, sans imprévu, fait une drôle d'impression.

Je te rassure, ce sentiment s'estompe au fur et à mesure des retours de centre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Invité

Ça m'inquiète de lire de telles choses... Un animateur qui rentre chez lui en pleurs parce que les enfants ne sont plus là...

Le rôle d'un animateur, c'est de faire en sorte que les enfants passent les meilleurs vacances possibles pendant le temps du séjour. Il n'agit ni avant, ni après, et c'est très bien comme ça.

Une fois le séjour terminé, le groupe colo se disloque, se sépare, les enfants rentrent chez eux, retrouve leur vie et on n'entend plus parler d'eux. Ces enfants ne sont ni nos enfants, ni nos cousins, ni nos voisins, etc., nous n'avons pas de lien affectif avec eux qui va perdurer au-delà de la colo.

Si les enfants ou les animateurs rentrent chez eux en pleurs après une colo, c'est un cuisant échec selon moi. Cela veut dire que le départ n'a pas été anticipé, n'a pas été préparé, et que les relations qui se sont nouées étaient anormales.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je ne suis pas d'accord avec toi, "invité".

Ok pour préparer la fin d'une colo ou du centre, ce que l'on appelle "la mort du groupe".

Cela n'empêche en rien les liens affectifs, et oui, il y a des liens affectifs qui se crééent, avec les enfants, entre anims, etc.... C'est un groupe de personnes, et un groupe sans lien, je trouve cela bien dommage.

Vivre 24h sur 24 avec un groupe, avec d'autres personnes, en pouvant être sollicité à n'importe quel moment, puis se retrouver seul est bien déstabilisant les premiers temps du retour.

On peut se leurrer en se disant que cela n'arrive qu'aux autres, aux plus émotifs, que c'est un échec... Mais pour moi, un bon animateur et un signe de réussite d'un centre, c'est quand effectivement il s'est créé des liens, des amitiés... Que ce soit entre les enfants, entre les anims, ou avec les enfants. Le départ montre bien ses liens.

Pour reprendre une de tes phrases, j'ai plus de liens avec les enfants de mon centre, qu'avec ceux de mes voisins !

Et puis, pourquoi dis-tu qu'une fois le centre terminé, le groupe se disloque, on entend plus parlé d'eux !?

Rien n'empêche de continuer à communiquer, par courrier, via les mails.... La colo aura aussi pu créé un blog où chacun donne des nouvelles (idées très intéressante selon moi). Et en tant que directeur, j'ai souvent retrouvé des enfants d'une année à l'autre sur mes colos, avec une partie de l'équipe d'animation qui revenait également.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Vous postez un commentaire en tant qu’invité. Si vous avez un compte, merci de vous connecter.
Répondre à ce sujet…

×   Vous avez collé du contenu avec mise en forme.   Supprimer la mise en forme

  Only 75 emoji are allowed.

×   Votre lien a été automatiquement intégré.   Afficher plutôt comme un lien

×   Your previous content has been restored.   Clear editor

×   You cannot paste images directly. Upload or insert images from URL.

Chargement